Les Magogois d’adoption David Vinas et Alain Vanden Eynden affichaient fièrement leurs couleurs à quelques heures de la confrontation entre la France et la Belgique mardi en demi-finale de la Coupe du monde de soccer. Vinas et Vanden Eynden ont traversé l’Atlantique depuis plus de 25 et 36 ans respectivement, mais mardi ils appuieront sans réserve leur pays d’origine, la France pour Vinas et la Belgique pour Vanden Eynden.

Demi-finale France/Belgique: que du bonheur pour deux expatriés

La demi-finale mardi entre la Belgique et la France à la Coupe du monde de soccer est un véritable cadeau du ciel pour les mordus du ballon rond. Les Magogois d’adoption Alain Vanden Eynden et David Vinas, respectivement Belge et Français d’origine, attendent ce grand moment avec impatience.

À l’aube de ce duel que plusieurs experts qualifient de véritable finale, Vanden Eynden et Vinas ne s’entendaient pas sur l’issue du match. « Je suis d’accord avec David qui affirme que le meilleur gagne, mais le meilleur, c’est la Belgique », soutient le Belge le plus connu dans la région Magog-Orford.

Lire aussi: George Laurent aime ce qu’il voit des Bleus

« Je vais laisser Alain avec ses illusions, mais c’est la France qui va se qualifier pour la finale, de répliquer David Vinas. Au rugby ou au soccer, chaque fois que la France figure parmi les négligés et qu’ils sont mis au défi, c’est à ce moment-là qu’elle hausse son jeu et l’emporte. C’est ce qui va se passer mardi. »

Les deux s’entendent sur un point : le match sera extrêmement corsé et aucune équipe ne dominera outrageusement l’autre.

La Belgique ne devrait-elle pas être établie comme favorite après avoir vaincu en quart de finale le Brésil, une équipe qualifiée par plusieurs comme la plus puissante du tournoi? « Le Brésil était surévalué, estime David Vinas. L’Uruguay, que la France a vaincu en quart de finale, leur était supérieur. » Une opinion partagée par Alain Vanden Eynden.

Pas par chance

David Vinas et Alain Vanden Eynden ont savouré le parcours de leurs favoris depuis le début du tournoi en Russie. Beau joueur, Vinas vantait les mérites de la Belgique. « La Belgique joue avec aplomb depuis leur première partie. Ils n’ont jamais connu de baisse de régime. Ce fut plus lent pour la France. On peut dire qu’on les voit sous leur véritable identité depuis deux parties. »

« Les deux équipes ne sont pas en demi-finale par chance. C’est pleinement mérité. Il reste que ça fait un peu bizarre de ne pas voir des pays comme l’Allemagne, l’Espagne, le Brésil, pour en nommer quelques-uns, qui ne sont plus dans le décor. En même temps, une fois la déception passée de voir son pays être écarté de la compétition, je crois que personne ne se plaint de la situation actuelle avec de nouveaux acteurs dans le carré d’as », fait valoir Vanden Eynden.

La rivalité attendra

À savoir si une nouvelle rivalité naîtra entre la Belgique et la France dans les grands rendez-vous de soccer, les deux amateurs croient plutôt que la patience est de mise. Ce n’est pas demain que Belges et Français s’insulteront sur la frontière les séparant, du moins pour le soccer « Pour la France, les grands rivaux demeurent l’Italie. Impossible d’en sortir, précise Vinas. D’enchaîner Vanden Eynden. « Pour la Belgique, rien ne surpasse un affrontement contre la Hollande (Pays-Bas). »

Peu importe qui gagnera mardi, Alain Vanden Eynden et David Vinas soutiennent que le grand gagnant, c’est peut-être le soccer lui-même. « La Coupe du monde soulève toujours énormément de passion, d’euphorie. On sent que ça gagne de plus en plus l’Amérique du Nord. C’est fantastique. C’est peut-être de ça qu’il faut se réjouir », ont-ils déclaré conjointement tout en invitant les Magogois à se rendre dans les endroits publics à Magog où le match sera présenté sur écran géant.