« Des gars comme Benjamin Tardif (-2), Félix Robert, Yann-Félix Lapointe (-3) et Michaël Kemp (-3) doivent en donner plus. »

Défaite de 8-2 contre Halifax : « Les vétérans devront en donner plus »

Le Phœnix de Sherbrooke a subi un deuxième revers en autant de matchs lors de son présent voyage dans les Maritimes, vendredi soir, alors que les Mooseheads d’Halifax ont été sans pitié, en route vers une victoire facile de 8-2.

Les moments de réjouissance ont été fort peu nombreux pour les Sherbrookois face à une formation qui fait partie du top 4 dans la LHJMQ.

C’est Samuel Poulin qui a ouvert la marque dans le match, avec son 21e de la saison, inscrit en avantage numérique.

Et ensuite? Le trou noir. 

Les Mooseheads ont inscrit huit buts sans réplique, avant que Michaël Kemp n’en marque un deuxième pour Sherbrooke, en début de troisième période.

S’il a été conciliant avec sa troupe à l’issue du revers de 5-1 face à Cap-Breton mercredi, l’entraîneur-chef du Phœnix Stéphane Julien aurait aimé avoir une meilleure contribution de ses vétérans, et de ses gardiens, vendredi soir.

« Encore une fois, j’ai aimé notre début de match. On a marqué en premier, et c’était 1-1 quand notre gardien (Dakota Lund-Cornish) a accordé un mauvais but en fin de période. Un tir du revers de l’extérieur de l’enclave. Il en a accordé un autre, en tout début de deuxième période. Ensuite, on n’a plus été en mesure de toucher à la rondelle », a-t-il déploré.

« Ce n’est pas compliqué, mes meilleurs joueurs ont été Samuel Poulin, Baily Peach et Patrick Guay; deux gars de 17 ans et un gars de 16 ans. Mes vétérans ont eu de la difficulté à répondre présent ce soir, de même que nos gardiens, qui viennent de connaître deux mauvais matchs de suite. Dans ces conditions, c’est difficile de remporter des matchs. »

« Des gars comme Benjamin Tardif (-2), Félix Robert, Yann-Félix Lapointe (-3) et Michaël Kemp (-3) doivent en donner plus. Ce sont des gars d’expérience et on a besoin d’eux dans les matchs serrés, contre des équipes très bonnes. Surtout contre des formations aussi solides qu’Halifax; Raphaël Lavoie a fini avec cinq points, Samuel Asselin aussi. »

« On a manqué de caractère et de détermination. En première, on était dans le match, mais le but en fin de période a semblé nous scier les jambes. »

Le Phœnix n’aura pas trop le temps de s’apitoyer sur son sort, car il affronte les Islanders de Charlottetown, samedi soir, pour clore son voyage dans les Maritimes.

Un match qui s’amorce à 18h, heure du Québec.