L’unité défensive du Vert & Or a bien fait durant une partie du match, mais elle n’a pu contenir complètement l’attaque des Carabins.

Débâcle sherbrookoise à Montréal

Même s’il a eu deux semaines pour préparer son affrontement face aux Carabins de l’Université de Montréal, le Vert & Or n’a tout simplement jamais été dans le coup, vendredi soir, subissant un cinquième revers en autant de matchs en 2018.

Les Sherbrookois ont été inertes en attaque, capables en défensive et relativement efficaces sur les unités spéciales, mais ce fut bien peu pour contrer les Carabins, qui l’ont emporté sans jamais être inquiété par 43-2.

Impossible de gagner un match lorsque votre attaque ne génère pas de points ; encore plus impossible lorsqu’elle ne parvient pas à faire avancer le ballon.

L’attaque sherbrookoise n’a tout simplement jamais pu se mettre en marche. Une preuve? Une production nette de -6 verges en première demie. Au total, elle n’a pu faire mieux que 55 verges de gain net et seulement quatre premiers essais.

En fait, il a fallu attendre le dernier jeu du troisième quart, une course du porteur de ballon Gabriel Polan, pour voir le Vert & Or réussir à faire bouger les chaînes pour la première fois.

Les Carabins ont mis du temps à ouvrir la machine.

C’est à la fin du deuxième quart que les Montréalais ont inscrit 17 points en seulement une minute et neuf secondes. Dimitri Morand (14 en 18, pour 275 verges et trois passes de touché) a rejoint Louis-Mathieu Normandin sur 53 verges et Regis Cibasu sur six verges ; et Montréal a ajouté un placement lors du dernier jeu du match, tout juste après un échappé du Vert & Or sur le botté d’après touché.

Ce court laps de temps fut amplement suffisant aux Carabins pour remporter le match, qui s’est étiré pendant encore deux autres quarts de jeu.

Le touché de Normandin, qui était son deuxième du match, a été inscrit sur un troisième essai et une verge. Sherbrooke se préparait pour une faufilade du quart, mais Morand a bien feinté avant de rejoindre Normandin, qui a galopé jusqu’à la zone des buts.

Si l’unité défensive du Vert & Or avait relativement bien fait jusque là, on a senti qu’elle a vacillé après ces trois attaques décisives.

Les Sherbrookois ont forcé un touché de sûreté en toute fin de match, inscrivant deux points sur le jeu, en plus d’un simple du botteur du Vert & Or, alors que le retourneur montréalais n’a pas été en mesure de sortir de la zone des buts à temps.

Mais, comme un malheur n’arrive jamais seul, une décision des arbitres après le match a annulé ce simple.

Même s’il a amorcé le match aux commandes de l’attaque du Vert & Or, Xavier Owens n’a pas terminé la rencontre ; il s’est blessé à la main droite. Il n’a jamais pu trouver son rythme, comme en témoignent ses deux passes complétées en huit tentatives et ses maigres huit verges de gain.

Son remplaçant, Conor Sinclair, n’a rien pu faire ; aucune passe complétée en cinq tentatives, et une interception.

De récente mémoire, il s’agit de la plus difficile prestation offensive du Vert & Or.

« On voulait être discipliné dans ce match, et on ne l’a pas été, c’est la grosse déception. Offensivement, on n’a pas été capables de bouger le ballon. On avait les effectifs qu’on voulait avoir. On va regarder ce qu’on fait à l’attaque pour voir comment on peut améliorer ça. Défensivement, on s’est bien battus pendant 90 % de la première demie. Les Carabins ont réussi un très beau jeu sur un troisième essai ; même si on s’y attendait et qu’on pratique ces jeux-là, ce fut un beau jeu fait dans un moment critique pour eux », a dit Mathieu Lecompte.

Ce dernier a aussi noté qu’à partir de ce moment, son équipe a faibli.

« On a une jeune équipe qui n’a pas su se ressaisir rendu là, qui a un peu abandonné à la fin du deuxième quart. Je suis un peu déçu. On est capable de jouer ensemble. Même si l’attaque ne faisait rien, défensivement et sur les unités spéciales, on pouvait se battre contre les Carabins. Mais aussitôt que ça se met à aller mal, un manque d’expérience et de confiance, on voit le résultat. »

« On ne va pas jeter le blâme sur personne pour notre prestation à l’attaque, on va regarder les vidéos, on va discuter avec coach Rémi (Giguère, coordonnateur de l’attaque), et tous les gens à l’attaque. On va essayer d’apporter les correctifs pour inscrire des points. »

« On a travaillé sur notre exécution afin d’être meilleur dans ce qu’on fait, mais ce soir (vendredi) ça n’a pas fonctionné. Il faut regarder ça en équipe pour voir comment on peut s’améliorer. »

Chez les Carabins, le jeu truqué fut aussi un moment clé dans la rencontre.

« On pensait qu’on avait de bonnes chances d’aller chercher le premier essai, et même plus. Ça nous a donné un certain momentum pour la suite. Par contre, début du troisième quart, notre porteur (Asnnel Robo, 78 verges de gain) traverse le terrain pour le touché, mais le jeu est rappelé à cause d’une punition. Il va falloir apprendre à gérer le succès », a dit l’entraîneur-chef de Bleus, Danny Maciocia.

« Je suis content de notre défensive, c’est de loin la défensive la plus constante, avec le meilleur synchronisme. On a seulement donné un touché au quatrième quart à Sherbrooke et rien aujourd’hui. Pourtant on n’a rien changé dans notre approche. Je me rappelle qu’on a déjà réussi 11 sacs du quart, ici il y a plusieurs années contre St-Mary’s. Mais en bout de ligne, il n’y a qu’une statistique qui m’importe, c’est la victoire. »

Le Vert & Or se prépare maintenant à la visite des Redmen de McGill (1-3) vendredi prochain à Sherbrooke.