La direction du Phœnix de Sherbrooke se penchera sur la possibilité d'assurer un soutien financier aux employés à temps partiel de l'équipe.

De l’aide pour les employés à temps partiel du Phœnix ?

Après avoir vu plusieurs propriétaires et joueurs d’équipes professionnelles vouloir assurer un soutien financier à tous les employés à temps partiel, le Phœnix de Sherbrooke se penchera sur le sujet prochainement lors d’une réunion entre les actionnaires et la direction.

Les employés des différents amphithéâtres de la LHJMQ sont affectés par la décision de l’annulation de la saison et possiblement des séries éliminatoires et leur emploi est menacé en raison de la crise du coronavirus.

Une vague de solidarité envers ces employés s’est formée lors des derniers jours et les actionnaires réfléchiront à savoir quel traitement sera réservé au personnel qui œuvrait lors de la présentation des matchs à domicile. 

« Les actionnaires se réuniront et tout dépendra probablement du report ou de l’annulation des activités, explique la directrice des opérations Charline Durand. Il faudra vérifier les finances et évaluer les pertes. »

Or, le Phœnix s’attend à recevoir l’aide du gouvernement afin d’éponger les pertes causées par la propagation de la COVID-19 en Amérique du Nord. 

« Tous les critères sont respectés. Nous respectons l’obligation de ne pas tenir de rassemblements de plus de 250 personnes et nécessairement, il y a des conséquences majeures à tout ça sur nos revenus », tient à préciser Charline Durand. 

Selon elle, rien n’oblige les organisations à soutenir leurs employés à temps partiel selon les normes du travail. Par contre, Québecor a mis sur pied un fonds d’urgence de 500 000 $ pour venir en aide à ses employés en événementiel, incluant ceux du Centre Vidéotron pour les matchs des Remparts de Québec et ceux du Centre Excellence Sports Rousseau pour les parties de l’Armada de Blainville-Boisbriand.

« Tout est une question de bonnes intentions. Nous tenons par contre dès aujourd’hui à remercier tous les employés du Phœnix, du premier au dernier. En partant du photographe de l’équipe jusqu’à la mascotte. On veut aussi remercier les partisans pour leur appui inconditionnel. Je reçois beaucoup d’appels d’encouragement et d’empathie de leur part. Toutes les organisations se partagent leurs trucs aussi dans cette période de crise. Il y a une belle collaboration entre les différentes équipes. »