Le Coaticookois Anthoni Grenier disputera le combat final du gala de boxe de samedi.

De la boxe pour tous les goûts

Il y en aura pour tous les goûts ce samedi au Club de boxe de Sherbrooke, dans le cadre du premier gala de la saison 2017-18. Une finale à saveur de revanche, des combats préliminaires intéressants et une sous-carte axée sur un mélange de jeunesse et d’expérience.

Le combat principal de cette soirée du 4 novembre mettra aux prises le Coaticookois Anthoni Grenier à Nick Forand, du Club de boxe Performance, un combat chez les 84 kg.

Il s’agit en fait d’un combat revanche entre les deux pugilistes, qui se sont affrontés une première fois lors de la finale des Gants de bronze, tenue en Beauce le printemps dernier.

Grenier l’avait emporté par décision unanime.

Ce sera la première fois qu’il fera les frais d’une finale de gala.

« J’ai surtout boxé entre l’âge de 15 et 17 ans, sous la supervision de Mike Wheeler, à l’époque. J’ai ensuite quitté pour Montréal où j’ai boxé au Club Champion. Ce sera mon neuvième combat », a dit celui qui est âgé de 26 ans.

Anthoni Grenier est confiant en vue de ce duel revanche.

« Je me rappelle avoir gagné les trois rounds, même si j’étais un peu usé. J’avais disputé cinq combats en deux semaines avant cette finale. J’avais mal un peu partout. Samedi, si je peux contrôler mes émotions, ça devrait très bien aller. Il (Forand) a une bonne force de frappe, il est grand, mais je suis meilleur que lui », a-t-il dit avec un sourire.

Le pugiliste de Coaticook est un habitué des projecteurs, voilà certainement pourquoi il n’est pas intimidé le moins du monde à participer à la finale d’un gala de boxe.

C’est que pendant quelques années, il était plutôt connu sous le nom « Tony the Wanted », un lutteur qui a participé à plusieurs galas en région.

« Je me rappelle d’un gala disputé à Coaticook il y a quelques années, l’événement servait à amasser des dons pour une bonne cause. Il devait y avoir 1200 personnes dans les gradins! Ce sont mes frères (MG Animal et Raging JF), des vrais passionnés de lutte, qui m’ont un peu entraîné là-dedans. J’adorais l’adrénaline! J’ai été champion de l’ALE (Académie de lutte estrienne) et champion par équipe. J’ai aussi lutté au sein d’autres organisations, dans des sous-sols d’église, et de très belles salles », s’est-il rappelé.

« J’ai arrêté ça, je devenais un peu trop compétitif et orgueilleux. Aussi, je voulais vraiment me concentrer sur la boxe. Je m’entraîne tous les jours, je suis sérieux et discipliné, des qualités que je n’avais pas nécessairement étant plus jeune. »

Après le gala de samedi, Anthoni Grenier se concentrera sur la compétition des Gants d’argent, fin novembre.

Loïck Lahaie et Ludrick Caron auront deux défis importants à relever face à des adversaires coriaces.

Lahaie et Caron en action

Les deux combats préliminaires à la finale mettront aux prises les deux jeunes sensations du club, Loïck Lahaie et Ludrick Caron.

Le premier affrontera Jad Khabbaz (Club de boxe Champion) chez les 59 kg, alors que le second livrera un premier combat de trois rounds de trois minutes lorsqu’il affrontera Jordan Mathieu (Club de boxe Champion) chez les 55 kg.

« Ce sera un beau challenge pour Ludrick, qui vient de gagner les Gants dorés. Son adversaire est champion canadien en titre. On a hâte de voir comment il va gérer un combat avec des rounds de trois minutes. C’est un changement important. C’est donc un combat de transition pour lui en prévision du Défi des champions, où il combattra chez les juniors. Il devra doser son énergie, son émotion, son stress et le temps de façon différente », a dit Jean Gauthier, coordonnateur de l’équipe de compétition.

« Dans ce cas, il n’y a pas de pression de résultat. C’est un combat de transition vers une catégorie où les boxeurs ont pour la plupart une expérience plus vaste, voire même internationale ».

« C’est une année importante pour moi. J’ai plusieurs ajustements à faire en passant chez les juniors. Ce ne sera pas une année facile. Je prends ce combat de samedi pour l’expérience, tant mieux si je peux gagner », a dit Ludrick Caron.

Quant à Loïck Lahaie, il aura un adversaire coriace en Jordan Mathieu, qui a participé récemment aux Jeux Commonwealth jeunesse, aux Bahamas.

Un adversaire d’expérience qui a déjà 32 combats en banque, mais que Loïck a battu en juin dernier.

« On va probablement se battre chez les 60 kg, soit la même catégorie dans laquelle j’ai gagné les Gants dorés récemment. Je suis toujours prêt pour les défis. Et il va y en avoir dans cette catégorie; je veux prendre ma place, je veux bien faire afin de faire connaître mon nom. 

Ce sera une belle préparation pour le Défi des champions », a dit le jeune homme.

Ingrid Dubuc livrera un dernier combat à la maison samedi.

Un dernier combat local pour Ingrid Dubuc

Ce gala de samedi sera aussi le dernier combat local pour la boxeuse vétéran Ingrid Dubuc.

Celle qui occupe la fonction de chef de division sport à la Ville de Sherbrooke approche de la quarantaine et les possibilités de participer à des compétitions après 40 ans sont pratiquement nulles au Québec.

« À partir de 40 ans, on est obligées de boxer en catégorie Maître; le problème, c’est qu’il n’y a aucune femme de 125 à 135 livres avec plus de 10 combats au Québec enregistrées, sauf moi. Ça veut donc dire que je ne pourrai plus faire de compétitions officielles. Livrer des combats de démonstration, ce n’est pas la même chose. »

Dubuc a disputé son premier combat en 2014. Elle en aura livré 27. Un horaire chargé pour celle qui a été longtemps entraîneuse de l’équipe féminine de soccer senior AAA des Verts. Elle a également été directrice générale de Soccer Estrie.

« J’ai découvert la boxe aux Jeux de la Francophonie à Ottawa, en 2001, où j’étais adjointe aux événements boxe et judo. Je m’étais alors promis d’essayer une fois ma carrière de coaching terminée au soccer. Le défi du sport individuel est tout autre; tu es ton pire ennemi dans le ring. Si tu te mets des limites, tu vas avoir mal, tu vas souffrir. Tu es la seule personne à blâmer si tu livres une mauvaise performance. Ça permet de transposer ça dans la vie normale; ainsi, quand je vais présenter un gros dossier au conseil municipal, le niveau de stress n’est pas le même que dans un combat! »

Le gala s’amorce à 19 h et il sera précédé d’un 5 à 7.

Une activité portes ouvertes démonstration boxe est offerte de 14 h à 16 h avec au menu des combats impliquant les jeunes boxeurs du programme initiation à la boxe.