En travaillant une vingtaine d’heures par semaine à la boucherie de l’épicerie de Lambton, Félix Robert est entré dans la catégorie des travailleurs essentiels ciblés par le gouvernement lors de la pandémie de la COVID-19.
En travaillant une vingtaine d’heures par semaine à la boucherie de l’épicerie de Lambton, Félix Robert est entré dans la catégorie des travailleurs essentiels ciblés par le gouvernement lors de la pandémie de la COVID-19.

De champion à travailleur essentiel comme boucher à l’épicerie du coin

La fièvre des séries se faisait sentir. Le Phoenix trônait au sommet du classement. L’adrénaline était à son paroxysme et Félix Robert carburait à l’énergie de la foule avec cinq matchs à jouer à la saison. Puis du jour au lendemain, le petit hockeyeur de Lambton passait de champion de la LHJMQ à travailleur essentiel en pleine pandémie.

Félix Robert ne travaille pas dans les CHSLD. Ni dans les hôpitaux. Mais son emploi d’été est qualifié d’essentiel par le gouvernement : boucher à l’épicerie du coin.

« C’est mon quatrième été à la boucherie de l’épicerie de Lambton. Je ne pensais pas entrer au travail aussi rapidement. Une semaine après la suspension de la saison, je donnais déjà un coup de main à la boucherie. Ça ne me faisait pas peur. Il n’y a pas de cas de Covid-19 à Lambton. Mais il y a parfois des visiteurs de l’extérieur. On prenait les précautions nécessaires en portant des gants notamment et en gardant une bonne distance avec les autres. »

Durant toute la saison, Félix Robert a talonné le meilleur du circuit, Alexis Lafrenière, pour le plus grand nombre de points par match disputé cette saison. Même s’il compte une vingtaine de parties de moins que ses coéquipiers à son compteur, le joueur du Phoenix occupait le 5e rang des pointeurs de la LHJMQ au moment de l’arrêt de la saison grâce à ses 92 points en 46 parties.

À son retour dans son patelin, la coqueluche du village faisait jaser.

« Les clients me parlaient beaucoup de hockey ou de ma saison dans les premiers jours. Mais à Lambton, on fait le tour de notre monde assez vite, donc on n’en parle plus beaucoup nécessairement. Les gens du village me disaient surtout qu’ils étaient fiers de moi. »

Et avec raison. Personne à l’exception du futur choix de première ronde au prochain encan de la LNH, Alexis Lafrenière, n’a réussi à atteindre la moyenne d’un point par match. Félix Robert a mené les siens vers le sommet du top 10 de la LCH, rien de moins. Tout cela malgré une mononucléose subie au beau milieu de la saison.

« Je pense à l’annulation de la fin de saison et des séries chaque jour. Un moment donné, on réussit à faire notre deuil. Mais on avait tellement une belle chimie. Je m’ennuie de notre gang et je trouve ça très décevant de voir comment tout s’est terminé trop rapidement. Notre noyau était solide et contrairement à la majorité de mes coéquipiers, je ne pourrai pas me reprendre la saison prochaine. Par contre, si je fais abstraction de l’annulation des séries, je ne pouvais pas souhaiter finir mon junior majeur d’une meilleure façon. »

En attente d’une invitation à un camp professionnel

Âgé de 20 ans, Félix Robert a signé sa lettre d’engagement avec les Aigles bleus de l’Université de Moncton et rêve encore au hockey professionnel.

« Je suis super content de me joindre aux Aigles bleus, mais j’espère recevoir une invitation à un camp professionnel. J’aimerais signer un contrat chez les pros. C’est mon objectif. Mais le hockey universitaire, ce n’est pas une fin en soi, bien au contraire. C’est une autre occasion de me faire valoir dans une ligue supérieure et de prendre de la maturité », soutient celui qui n’a jamais été repêché dans la LHJMQ.

Et l’Europe?

« Peut-être plus tard, on verra ce qui arrive! Je m’attendais à recevoir rapidement une invitation chez les pros, mais parfois, tout dépend des besoins des équipes. Je connais des gars super bons qui n’ont pas reçu d’invitation et d’autres que je considère moins bons que moi qui ont signé un contrat ou obtenu une invitation. »

Reste à voir aussi ce qui adviendra de la prochaine saison.

« Ça m’inquiète un peu. J’ai hâte de voir ce qui se passera. En attendant, j’ai des poids à la maison et un banc d’entraînement. Je n’ai pas de difficulté à trouver la motivation pour m’entraîner, mais ce n’est pas comme lancer quelques rondelles ou se pratiquer sur la glace. »

Robert vole la vedette au gala du Phoenix

Lors du dévoilement des récipiendaires du gala de fin de saison du Phoenix, Félix Robert a remporté tous les trophées qui lui étaient accessibles : joueur offensif de l’année, joueur le plus utile et coup de cœur des partisans, qui lui ont réservé un bel au revoir.

« Je suis flatté. Je le prends comme une belle tape dans le dos de la part des fans. »

Félix Robert attend maintenant patiemment la date du 20 mai, puisque la LHJMQ dévoilera le récipiendaire du Trophée Michel-Brière. Être préféré à Xavier Simoneau et Alexis Lafrenière au titre du joueur le plus utile à son équipe dans la LHJMQ lui permettrait de continuer de jouer les pronostics. Et ça ne fait peut-être que commencer.