David Perron

David Perron croit au potentiel des Oilers

Les amateurs de pool de hockey pourront miser cette saison sur les Oilers d'Edmonton sans craindre la débâcle. Une promesse signée David Perron.
Selon le hockeyeur sherbrookois, les Oilers forment une meilleure équipe que la saison dernière, eux qui ont terminé au bas du classement dans l'Ouest.
Les dernières acquisitions et la maturité acquise par le jeune groupe de joueurs leur permettront certainement d'accéder aux séries selon lui.
Rappelons que lors de l'ouverture du marché des joueurs autonomes, les Oilers ont acquis les services de Benoit Pouliot et de Mark Fayne.
Sam Gagner a toutefois changé d'adresse, tout comme Ales Hemsky en milieu de saison.
Or, les Oilers pourront également compter sur le talent offensif de Teddy Purcell et peut-être même sur la recrue Leon Drasaitl, troisième sélection au total lors du dernier encan de la LNH.
« Sincèrement, je pense qu'on a un meilleur club que l'an dernier malgré la perte de Sam Gagner et Ales Hemsky, qui semblaient avoir besoin d'un changement. Les dernières acquisitions seront positives. Les dirigeants voulaient améliorer le troisième trio en le rendant plus offensif et je pense qu'ils y sont parvenus », admet le numéro 57.
Et que pense-t-il des dernières acquisitions?
« Pouliot et Fayne sont quand même deux joueurs qui ont atteint la finale de la coupe Stanley. Je pense que les Oilers sont allés les chercher puisqu'ils savent comment se rendre jusqu'au bout. C'est évident qu'ils connaissent la recette pour gagner et ils nous partageront leur expérience. Et pour la première fois, je vais jouer avec un francophone! » se réjouit Perron.
L'ajout de Nikita Nikitin améliorera également la défensive d'Edmonton.
« Nikitin, j'ai joué avec lui à St-Louis. Il possède tout un tir! »
Tous les espoirs sont permis
David Perron et son équipe savent que les attentes demeurent élevées d'année en année chez les Oilers. Mais cette fois, il croit que ce sera la bonne.
« Ça fait huit ans que les Oilers ne font pas les séries et on ne se le cachera pas, il faut que ça débloque. On ne peut pas avoir un mauvais début de saison comme l'an dernier. Les dix ou quinze premières parties seront cruciales pour nous. On pourra bâtir là-dessus et enfin briser cette barrière. »
Une blessure à guérir
Avant le début du camp d'entraînement, David Perron devra soigner sa blessure à la hanche en espérant entamer la saison en pleine santé.
« J'ai encore une légère douleur à la hanche. Ma blessure m'empêche d'effectuer certains mouvements sans que ça fasse mal, ce qui me force à faire attention durant mes entraînements. Je n'ai pas encore patiné et heureusement, mon programme au gym demeure le même. Mais je suis content de voir que ça guérit peu à peu et je suis confiant en vue de la prochaine saison », assure le Sherbrookois.