David Perron n'avait pas remis ses patins souvent avant de disputer les matchs de son tournoi.

David Perron : « D’habitude, je suis plus préparé! »

SHERBROOKE — Avec l’été de rêve qu’a vécu le champion de la coupe Stanley David Perron, celui-ci n’a pas eu beaucoup de temps pour chausser ses patins. Le joueur des Blues de Saint-Louis a tout de même invité ses amis des quatre coins de la LNH à venir disputer le tournoi À bout de souffle au profit de sa fondation, samedi.

« D’habitude, j’arrive plus préparé pour le tournoi! » rigole le numéro 57, qui a eu une courte saison morte. « Mais avec l’été que j’ai eu, c’est normal, j’ai encore quelques petits bobos. On est ici pour s’amuser et pour la fondation. »

En effet, David Perron a vécu un été de rêve. « Le fait de vivre les célébrations à Saint-Louis, de revenir à la maison, de célébrer ici avec mes amis, c’est exceptionnel et je n’aurais pas voulu que ce soit différent. Cependant, ça va me prendre un bon mois d’entraînement », avoue-t-il, sourire en coin. 

Malgré l’absence de quelques habitués, les amateurs ont quand même pu se mettre de l’excellent hockey sous la dent. La présence de Jonathan Drouin du Canadien, de Kristopher Letang des Penguins, de Samuel Girard de l’Avalanche et de Derick Brassard, pour ne nommer que ceux-là, a plu aux partisans.

« Il y a un peu de malchance, il y a quelques gros noms qui n’ont pas pu venir comme Sean Couturier, Mathieu Perreault, Jonathan Marchessault et Louis Domingue. Leur horaire ne leur permettait pas, sinon ils auraient été encore présents », explique David Perron qui organise ce tournoi depuis quatre ans. 

Comment on recommence à focaliser sur le hockey à partir du moment où on gagne la coupe Stanley? « Tu ne peux pas penser à ça avant la journée de mardi [NDLR Lorsqu’il a apporté la coupe à Sherbrooke]. Tu penses juste à ta journée, car tu veux gagner une coupe toute ta carrière. Tu veux l’amener dans ton patelin et avoir une journée exceptionnelle. Le prochain mois sera important pour tourner la page mentalement et être prêt physiquement », considère celui qui a joué 779 matchs dans la LNH pour cinq clubs. 

David Perron est toujours passionné de hockey, même après 14 saisons dans la grande ligue. « En m’en venant ce matin, je me suis rendu compte à quel point le hockey me manquait. Je n’ai pas patiné souvent cet été, je m’ennuyais du hockey. J’ai hâte que le hockey recommence »

Jonathan Drouin a profité de son passage à Sherbrooke pour signer des autographes.

Drouin heureux à Montréal

Pour sa part, l’attaquant du Canadien de Montréal, Jonathan Drouin, a apprécié l’expérience, lui qui faisait un retour en Estrie. « J’étais venu à Magog dans le temps, quand j’étais plus jeune. David m’a appelé et je pense que c’est une belle chose. On ramasse de l’argent pour une belle fondation en même temps, tout le monde semble avoir du plaisir », analyse le numéro 92 de la Sainte-Flanelle.  

Pour lui, il est important de prendre quelques minutes avec les partisans. « Je viens de Montréal. Les gens de partout au Québec suivent le Canadien et sont fiers. Des jeunes n’ont pas la chance de nous rencontrer. De prendre une vingtaine de minutes d’autographes pour eux, je pense que c’est vraiment cool », commente-t-il.

Malgré les critiques, le Québécois aime Montréal. « Je pense qu’il faut trouver le milieu. Les fans vont toujours avoir leur opinion. J’adore jouer à Montréal. J’adore jouer au Centre Bell, c’est un rêve. Toutes les fois que j’entre sur la glace, c’est spécial », résume l’attaquant du CH.