David Foley participera pour une dernière fois aux Jeux de la Francophonie, fin juillet en Côte d'Ivoire.

David Foley : dernier coup de barre

Le Sherbrookois David Foley participera pour une dernière fois aux Jeux de la Francophonie, en juillet prochain, en Côte d'Ivoire. Un dernier coup de barre pour le perchiste sherbrookois.
Foley a récemment été sélectionné sur l'équipe du Québec qui participera à la compétition qui se déroulera à Abidjan, du 21 au 30 juillet.
En plus d'Émy Béliveau, qui fera partie de l'équipe canadienne, Sherbrooke aura cinq représentants en Afrique : Alex Porlier-Langlois (lancer), Marc-Antoine Lafrenaye-Dugas (lancer), Marc-André Raîche (demi-fond) et Arianne Beaumont-Courteau (perche) seront aussi de la compétition.
« C'est ma dernière fois, c'est sûr! L'objectif, c'est de donner une dernière go, un dernier bon coup d'entraînement pour faire du mieux que je peux là-bas, et de représenter le Québec du mieux que je peux ».
« Pour l'occasion, j'ai engagé mon ancien entraîneur, François Thénault, grâce à Excellence sportive Sherbrooke (ESS) et ça m'aide beaucoup. Ça fait 20 ans que je saute; les dernières années je n'avais plus d'entraîneur, car j'étais devenu l'entraîneur. Je surfais sur une vague que j'ai bâtie avec les années. À un moment donné, la vague devient blanche un peu et ça devient moins surfant. L'arrivée de François va m'aider. »
Âgé de 33 ans, Foley a récolté les titres au niveau canadien et les participations à plusieurs compétitions internationales au fil de sa carrière, notamment avec l'équipe d'athlétisme du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke.
Une carrière comme on en voit rarement au Québec pour cette discipline très nichée qu'est la perche.
Ce sera la quatrième fois que Foley participe aux Jeux de la Francophonie; il était à Nice en 2013 (cinquième place avec un saut de 5 m), au Liban en 2009 (médaille de bronze avec un saut de 5 m) et au Niger en 2005, sa première expérience (9e place avec un saut de 4m60).
Depuis quelques années, Foley a ralenti la cadence côté compétition, afin de donner un coup de pouce en tant qu'entraîneur. À la perche, bien sûr.
Les cheveux plus longs, comme la barbe, Foley complètera cet été son doctorat en génie mécanique à l'Université de Sherbrooke.
Un diplôme en poche qui lui permettra d'explorer d'autres horizons.
« J'aime l'innovation, ça me tente d'inventer des trucs. Je ne pensais pas me rendre jusqu'au doctorat, mais il faut parfois suivre le chemin de la vie. Je finis cet été, et j'ai déjà un produit en tête, un produit qui serait utile pour les écoles et les universités. Dès la fin de mes études, je vais partir sur la route pour tenter de vendre le concept », dit-il sans ajouter de détails.
« Je veux aussi continuer à coacher. J'ai déjà averti Luc Lafrance (entraîneur-chef de l'équipe d'athlétisme du Vert & Or et du Club d'athlétisme de Sherbrooke) de trouver quelqu'un, et je vais aider à la transition. Je crois avoir une certaine expérience à transférer », dit-il en souriant.
En Côte d'Ivoire, David Foley sautera 5m20 ou 5m30.
« Ce sont des hauteurs semblables à mes meilleurs sauts. Je suis quand même réaliste, j'ai mis moins d'heures d'entraînement que ce que j'ai déjà fait. »
Plus récemment, Foley a récolté le bronze aux championnats canadiens d'athlétisme en 2015.
David a commencé la perche en 1998 avec Athlétisme Sherbrooke et il intègre le programme sport-études au Triolet dès le secondaire III.
Parmi les compétitions d'envergure auxquelles David a participé figurent le championnat du monde jeunesse de 2001 en Hongrie, le championnat du monde junior de 2002 en Jamaïque. Il a également participé aux Jeux panaméricains juniors de 2001 en Argentine et de 2003 à Barbade, ainsi qu'au championnat NACAC de 2004 à Sherbrooke.