La Sherbrookoise Magdeleine Vallières Mill a pris le 28e rang de la catégorie U23 lors des Championnats du monde de cyclocross, qui se déroulaient tout le week-end à Bogense, au Danemark.

Cyclocross : Vallières Mill finit dans le top 30

La Sherbrookoise Magdeleine Vallières Mill a pris le 28e rang de la catégorie U23 lors des Championnats du monde de cyclocross, qui se déroulaient tout le week-end à Bogense, au Danemark. La jeune athlète de 17 ans espérait un meilleur résultat, mais reste satisfaite de son top 30.

Les Pays-Bas ont occupé tout le podium dimanche, Inge Van der Heijden décrochant l’or. Vallières Mill a terminé l’épreuve avec 2 m 32 s de retard sur la championne. La première Canadienne a avoir franchi la ligne d’arrivée est Ruby West, en 20e position. 

En entrevue avec Canadian Cyclist, Vallières se disait satisfaite de sa course. « J’ai eu un bon départ, et après je suis allée un peu trop vite. Je suis très contente de mon départ, mais après j’ai reculé dans les positions. Et puis j’ai rattrapé d’autres coureuses. Je suis contente de comment ça s’est passé, j’espérais un petit peu un meilleur résultat, mais je suis heureuse de la course. »

Il est a noté que la performance de la Sherbrookoise est encore plus impressionnante considérant son âge, les autres coureuses étant plus vieilles. La jeune cycliste en était à sa deuxième expérience aux Mondiaux, elle s’était qualifiée l’an dernier pour les Pays-Bas.

La cycliste compétitionne aussi en vélo de route et en vélo de montagne. Elle prendra deux semaines de repos et recommencera l’entrainement pour la saison estivale qui approche.

Une autre Québécoise dans le top 30

La coureuse de la catégorie élite Maghalie Rochette a elle aussi enregistré un top 30, terminant au 23e rang à 3 min 33 s de la gagnante.

« Le parcours était très plat, avec une petite bute très abrupte que l’on montait et descendait quelques fois, et qui ajoutait un élément technique au parcours. Il faisait très froid, alors le sol était gelé. À quelques reprises durant la semaine, la couche de boue à la surface gelait et le parcours devenait super glissant. Par contre, la journée avant la course, il s’est mis à pleuvoir. La surface est devenue boueuse, mais pas gelée, alors pas autant glissante », a expliqué la cycliste.