Brendan Cregan (sur la photo) a terminé la rencontre avec 33 arrêts sur 34 tirs. À l’autre bout de la patinoire, Dakota Lund-Cornish a cédé quatre fois sur 30 tirs.

Cregan vole la première

Deux buts marqués par l’Armada en moins d’une minute ont coupé les ailes du Phœnix, qui s’est buté vendredi soir à son ancien gardien Brendan Cregan lors du premier affrontement de la série contre Blainville-Boisbriand.

« Pour nous, cette victoire de 5 à 1 sur la route est énorme! » a confié la première étoile du match, Brendan Cregan, échangée aux Fêtes par le Phœnix contre un choix de 7e ronde. 

Les Sherbrookois avaient pourtant débuté la rencontre avec énergie malgré la faible foule (2091) présente au Palais de sports, en partie à cause de la tempête. 

Les sept premiers tirs ont été inscrits au dossier du Phœnix, mais les deux premiers buts ont été marqués par les visiteurs. 

Alexander Katerinakis et Cole Fraser ont tour à tour déjoué Dakota Lund-Cornish, qui semblait quelque peu déçu de sa performance. 

« Il y a plusieurs choses que je veux améliorer pour la prochaine partie, admet le gardien du Phoenix. J’aurais voulu empêcher les deux premiers buts. On a eu nos chances par la suite et la rondelle a souvent mal bondi sur notre palette au moment de réaliser les jeux. Il y a un peu de malchance dans cette défaite. On le savait qu’une guerre nous attendait. Cette fois, on doit vraiment passer en mode séries et tout ira bien. »

Une sortie décevante

Le Phœnix ne semblait pas jouer avec le sentiment d’urgence espéré lors d’une série éliminatoire. 

« Notre niveau de compétition était un peu décevant. On n’était pas sur les détails. C’est ce qui a coûté la victoire. On doit tout faire de la bonne façon en séries, sinon l’autre équipe en prendra avantage », avance le capitaine Samuel Poulin, qui a donné une bonne frousse à son équipe et aux partisans en quittant la rencontre à la suite d’un mauvais contact pour ensuite revenir plus tard en première période. 

« Notre façon de rivaliser n’était pas très bonne. Elle sera meilleure samedi », confirme l’entraîneur Stéphane Julien, tout en précisant que son capitaine « va très bien » et que « ce n’était qu’un hématome ».

L’Armada a continué de surfer sur le momentum acquis en première période en marquant le troisième but du match, l’œuvre de Simon Pinard. 

Samuel Poulin a donné la réplique tout juste avant le deuxième entracte, mais Blake Richardson a amenuisé les chances du Phœnix de revenir dans la partie au dernier tiers.

Stéphane Julien est allé le tout pour le tout en retirant son gardien avec plus de six minutes à jouer dans le match. Après avoir vu le Phœnix bourdonner autour de Cregan, Simon Pinard a conclu ce premier match de la série avec un but dans un filet désert. 

« En n’ayant pas l’avantage de la glace, c’est certain que je suis content d’avoir vu mon club être allé chercher cette première victoire. Les gars étaient engagés et ils ont respecté le plan de match », a remarqué l’entraîneur de l’Armada, Bruce Richardson. 

Cregan fait la différence

Bruce Richardson s’est dit plus que satisfait de la tenue de son gardien vétéran:

« On est extrêmement jeunes. Notre équipe est la moins expérimentée de toute la ligue. Ça nous prenait un gardien qui pouvait nous aider quand on est plus occupés dans notre zone. Il est un individu incroyable. Il rivalise bien, il se prépare de la bonne façon, il veut faire la différence et il réussit à la faire! »

Pendant que Brendan Cregan se réjouissait de voir l’Armada avec le vent dans les voiles, Félix Robert s’est fait le porte-parole de l’équipe en y allant de quelques confessions. 

« C’est toujours bien d’aller chercher le momentum dès la première partie, mais on doit garder cette constance. On le sait que Sherbrooke va rebondir. J’espère faire la différence, mais on forme une équipe de 24 joueurs et le travail de tout le monde est important comme on a pu le voir ce soir. »

« On doit mettre beaucoup plus de trafic devant Brendan, être plus opportunistes et tirer davantage au but. On arrivera plus prêt et on respectera notre style de jeu. On veut gagner toutes les parties et celle-là est comme une claque dans la face. Ça réveille et on déploiera encore plus d’énergie samedi. »

L’Armada s’attend à une contre-attaque

Le Phœnix promet de revenir en force samedi après-midi au Palais des sports lors du deuxième match de cette série de premier tour. Et l’Armada se dit consciente que son opposant compte bien lui réserver une violente réplique.

Dakota Lund-Cornish admet que son équipe peut faire mieux, lui le premier.

« Dès le début du match, j’ai remarqué que l’on ne patinait pas comme d’habitude et la vitesse est notre force, donc quand on n’est pas rapides, on devient vulnérables. On a la nuit pour penser aux solutions et on va revenir en force samedi», assure Stéphane Julien.

«L’important, ce n’est pas juste de gagner une partie, mais bien quatre, rappelle Bruce Richardson. Si l’on perd le momentum demain avec une défaite, notre victoire de ce soir ne voudra plus rien dire. Ils vont retrouver deux bons joueurs demain (Taro Jentzsch et Alex-Olivier Voyer) et ils sortiront avec le couteau entre les dents. Il faudra être encore plus prêt.»

«L’Armada a travaillé plus fort que nous et on le savait que Blainville allait miser sur l’effort pour nous vaincre (...), enchaîne Stéphane Julien. On a perdu beaucoup de bagarres à un contre un. Je ne sais pas si c’est la nervosité, mais on a perdu nos jambes en première période. Après les deux buts accordés, on a tenté de revenir dans le match en travaillant de façon individuelle. C’est un signal d’alarme que l’on a reçu, mais on sait bien que ce n’est que le premier match. »