Patrick Mahony, directeur de Courir en Estrie, note déjà un changement.

Course et chaleur ne font pas bon ménage

Présenter des événements en septembre et en octobre deviendra peut-être la norme dans le monde de la course à pied avec le réchauffement climatique et les quatre ou cinq prochaines années qui s’annoncent globalement de plus en plus chaudes de l’avis des scientifiques. Le Défi des collines de Sainte-Catherine-de-Hatley dont la 8e édition sera présentée dimanche n’échappe pas à ce phénomène qui affecte de plus en plus de coureurs.

Les adeptes de la course à pied seront-ils tentés davantage par les épreuves qui se dérouleront à l’extérieur de la saison estivale ? Seront-ils plus sélectifs du genre de parcours pour se diriger vers des circuits moins côteux ? 

Patrick Mahony, directeur de Courir en Estrie, note déjà un changement. « Les coureurs y pensent de plus en plus. S’élancer alors que la température extérieure frôle les 40 degrés, ce n’est pas la meilleure façon de faire la promotion de ce sport. Les coureurs ont beau s’adapter, s’entraîner tôt le matin ou avant le coucher du soleil, tôt ou tard ça te rattrape quand le taux d’humidité est aussi élevé que cet été. Il y a bien des organisateurs qui vont réévaluer la pertinence de tenir leur événement durant la saison estivale. Le Marathon de Québec est passé du mois d’août à la mi-octobre. Il n’y a pas si longtemps, il y avait seulement deux marathons au Québec en octobre, le mien à Magog et à Rimouski. Ce nombre a triplé dans les dernières années », confie Mahony tout en ajoutant que d’autres disciplines comme le triathlon et le vélo n’y échapperont pas.

Mahony se souvient qu’il était regardé quasiment comme un extraterrestre lorsqu’il a planifié et annoncé son Marathon de Magog à une date aussi tardive qu’à la toute fin octobre. « Vous allez rire, mais je me basais déjà sur le réchauffement climatique pour choisir la date du marathon. Ce n’est quand même pas d’hier qu’on en parle dans le monde. Sans prétention, j’avais prévu le coup. Fin octobre, les coureurs et coureuses pourront venir se rafraîchir à Magog », fait valoir Patrick Mahony.

Défi des collines

Entretemps, c’est au Défi des collines que Mahony convie les coureurs et les coureuses dimanche. Les mêmes distances que par le passé sont au programme, dont l’épreuve de 30 km. Pour une deuxième année d’affilée, le Défi des collines couronnera le meilleur coureur livre pour livre selon un système de calcul qui tient compte de la vitesse et du poids des participants qui voudront bien se plier au jeu. La pesée officielle se tiendra à la salle communautaire de la municipalité entre 7 h et 8 h 30 lors de la remise des dossards. Soulignons que les coureurs les plus rapides de chaque épreuve seront aussi honorés.

Le Trophée Jonathan-Martel sera toujours à l’enjeu. C’est le coureur ou la coureuse qui affichera la plus grande détermination et la meilleure attitude sur le parcours qui en héritera.

Mentionnons en terminant que les inscriptions seront acceptées sur place le matin de la course. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site www.courirenestrie.com.