La Coalition Avenir Québec appuie des revendications exprimées dans le passé en Estrie, formulant l’engagement de redonner accès aux grands plans d’eau avec une baisse des tarifs imposés par les municipalités pour les rampes de mises à l’eau.

LA CAQ se mouille... le gros orteil!

CHRONIQUE / La Coalition Avenir Québec (CAQ) saute dans le bateau des pêcheurs de l’Estrie en promettant de s’attaquer à la tarification élevée imposée par les municipalités qui, selon elle, brime l’accès à une richesse collective.

Passé pratiquement inaperçu dans l’actualité nationale, cet engagement politique annoncé vendredi dernier est d’intérêt dans notre région. Les coûts d’utilisation des installations municipales permettant d’accéder aux lacs Memphrémagog et Massawippi ont notamment été majorés à la hausse dans le cadre d’un processus d’harmonisation orchestré par la MRC Memphrémagog.

La Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs (FédéCP) avait alors dénoncé par l’intermédiaire de son président régional, Michel Dufort, des coûts prohibitifs ressemblant à des interdictions déguisées.

La volonté caquiste est portée par le député Martin Lemay, qui représente la circonscription de Masson (secteurs de Mascouche et Terrebonne) où des pêcheurs ainsi que des plaisanciers sont également confrontés à une flambée des prix pour accéder au fleuve Saint-Laurent.

Le député Lemay n’était pas disponible pour nous parler mercredi, mais dans les propos lui ayant été attribués dans un communiqué de presse de la CAQ, il jugeait « inconcevable que les Québécois peinent à profiter de l’une de nos plus belles richesses et qu’il fallait redonner à la population l’accès à nos étendues d’eau, en révisant les tarifications ».

À défaut de pouvoir m’entretenir avec le porte-parole désigné, un attaché de pesse du service de recherche de la CAQ m’a précisé les intentions du parti.

« Le communiqué émis est la base d’une réflexion qui s’amorce. L’idée est de s’asseoir, en partenariat avec les municipalités et les groupes concernés, afin d’assurer l’accessibilité à nos cours d’eau », a répondu Ewan Sauves.

Oups, soudainement la promesse s’avère une démarche très embryonnaire.

« Que la CAQ se positionne est une bonne chose. C’est un signe d’intérêt que ne nous a jamais manifesté le gouvernement libéral, qui n’a d’ailleurs toujours pas la moindre réceptivité à éliminer des irritants de sa Loi sur l’immatriculation des armes. Ça ne tient vraiment pas debout d’avoir à prévenir le contrôleur si des armes entreposées pratiquement à l’année à la maison se retrouvent dans un chalet pendant plus de quinze jours consécutifs.

« Cela dit, j’ai des réserves. Je doute que la CAQ parvienne à faire baisser les coûts des rampes de mises à l’eau, qui semblent être un symbole inattaquable de l’autonomie municipale » décode le président Dufort, l’un des représentants des pêcheurs et des chasseurs à la table de concertation régionale.

Excellent baromètre de la vigueur de la relève, la participation record à la Fête de la pêche, durant la dernière fin de semaine à Sherbrooke, vient renforcer la volonté de préserver des accès publics peu coûteux aux cours d’eau populaires parce que poissonneux.

Le beau temps aidant, plusieurs autres associations de l’Estrie qui parrainaient des activités ont aussi remporté un franc succès lors de l’édition 2018 de la Fête de la pêche.

AU TOUR DU LAC WALLACE

C’est ce samedi 16 juin, entre 6 h et 17 h, qu’aura lieu le tournoi de pêche du lac Wallace. Cinq bourses sont à l’enjeu et plusieurs prix seront offerts par tirage au sort parmi les participants, qui doivent être inscrits avant leur première prise.

Fiers de leurs efforts assurant un renouvellement des ensemencements, les bénévoles de l’Association sportive du lac Wallace vous attendent en grand nombre.