Olivier Léveillé, deuxième à partir de la gauche, a terminé cinquième lors du 1,6 km en catégorie junior A, qui servait de qualification pour les Jeux du Canada.

Coupe du Québec de ski de fond : les fondeurs devront s'adapter

C’était journée de sprint vendredi sur les allées enneigées du club de golf Vieux Lennox dans le cadre de la première journée de la Coupe Québec Subaru de ski de fond. Si les athlètes de la région ont relativement bien fait dans l’ensemble, tous les participants présents ont dû adapter leur style à un parcours exigeant et stratégique. D’ailleurs, les caprices de la météo risquent de modifier l’horaire des courses pour la fin de semaine.

Vendredi, Olivier Léveillé avait la chance de se qualifier pour la prochaine édition des Jeux du Canada, en prenant le départ de la course de 1,6 km en catégorie junior A.

Celui qui a reçu le Maurice pour l’athlète de l’année au Québec l’an dernier a bataillé ferme, mais il a complété l’épreuve en cinquième position sur les six participants.

Une course qui s’est cependant jouée au coude à coude, lorsqu’on constate les chronos finaux, alors que l’écart entre le gagnant John Lindfors (3 minutes, 19 secondes et 15 centièmes) et Léveillé au cinquième rang (3 minutes, 20 secondes et 79 centièmes) était minuscule.

« Les sprints, ce sont des grandes courses stratégiques ; comme on l’a vu, on est arrivés les cinq premiers un à côté de l’autre en dedans de moins d’une demi-seconde. Tout se joue dans les tournants, dans les dépassements à l’intérieur, dans tous les tournants serrés. Tu peux passer, mais en perdant de la vitesse, où passer à l’extérieur et prendre la chance de rester pris avec quelqu’un », a dit le jeune homme immédiatement après sa course.

« On voulait tous gagner, car le gagnant avait 90 % de chances d’être choisi pour aller aux Jeux du Canada, on a tous joué le tout pour le tout. Il m’a manqué un peu d’agressivité pour prendre le risque dans les virages, mais je suis content. »

« Je ne suis pas dans ma forme de sprint cette année, je suis plus un gars de longue distance, mais c’était un de mes objectifs d’au moins me rendre en finale ; je me suis qualifié cinquième et j’ai fini cinquième, alors c’est tout un accomplissement pour moi. »

La plus grosse course d’Olivier Léveillé se déroulera cependant samedi.

« Mon gros objectif de la fin de semaine, c’est le 15 km classique, samedi, qui agit aussi comme sélection pour les Jeux du Canada à Red Deer, c’est ma plus grosse course. Alors que dimanche, je vais participer au 30 km style libre, en catégorie ouverte avec les seniors. C’est une sélection pour les championnats du monde seniors, alors ça va être intéressant, car il va y avoir un gros peloton de coureurs. Le but sera de suivre les plus vieux qui tentent d’aller au Championnat du monde. C’est de l’expérience de course à 100 % pour moi ! »

Une météo capricieuse

Les organisateurs de la compétition ont dû trimer dur afin d’offrir un parcours de qualité aux 400 fondeurs présents cette fin de semaine. Les canons à neige ont été mis à contribution afin de rendre le tapis neigeux acceptable.

Par contre, le froid intense risque de jouer des tours au déroulement des compétitions, samedi, alors que les accumulations de neige prévues dans la nuit de dimanche, et en journée par la suite, rendront les conditions de courses plus difficiles.

« Aujourd’hui (vendredi), c’est parfait, avec une petite neige, juste assez pour que ça ne soit pas glacé et assez mou pour avoir de la “grip” dans les tournants. Samedi et surtout dimanche, ça va être assez extrême en classique. C’est un site vraiment intéressant, on manque un peu de neige, on a le strict minimum grâce à la production des canons à neige cette semaine, pour vrai c’est un beau parcours très exigeant. Il y a beaucoup de plats, les montées et les descentes sont abruptes, et il y a des longs plats où on peut moins se reposer, ça demande donc un effort constant. »

Lefebvre satisfait

Observateur attentif le long du parcours, Gilles Lefebvre, entraîneur-chef du Club de ski de fond du Mont-Orford, a apprécié l’effort de ses jeunes athlètes.

« Ce parcours est ultra tactique, avec les nombreux virages. Il y a du pilotage à faire et en sprint, tu ne veux pas laisser passer personne ; quand un athlète tente un dépassement, celui de devant va le bloquer et lui couper le chemin, c’est normal », a-t-il analysé.

« Généralement, lorsqu’on accueille une compétition, on a l’avantage de connaître la piste. Ce n’est pas le cas pour nous cette année ; on n’a pas l’avantage de jouer à la maison, comme on dit au hockey. Avec les conditions vécues dernièrement, on n’a pas pu non plus tester le parcours beaucoup en avance, à faire des intervalles. Il faut donc s’habituer. »

« Les athlètes ont bien fait ; Nicolas (Beaulieu) a fait une chute en qualifications et une chute dans les vagues, Léo Grandbois aurait probablement passé, il s’est fait menotté dans un virage, il a fait le “sling shot” en prenant de la vitesse pour attaquer l’intérieur, mais l’autre coureur s’est jeté devant, il a dû freiner et réaccélérer. Ce fut en gros une journée d’apprentissage technique », a-t-il poursuivi.

LES RÉSULTATS

Alexandra Racine a terminé au 20e rang au 1,3 km chez les femmes classe ouverte, alors que Jeanne Carrier-Carpentier a terminé 28e dans la même catégorie.

Arthur Petelle a terminé sixième chez les juniors B au 1,3 km, Axel Gref a fini 14e dans la même catégorie et Trevor Aitken a terminé 23e

Chez les seniors/U23, Léo Grandbois a complété le 1,6 km au 11e rang, Nicolas Beaulieu au 18e rang et Nicholas Pigeon au 28e rang. 

Chez les juvéniles filles 1000m, Morgan St-Martin a terminé neuvième et Marine Saint-Jean, au 56e rang.

Chez les juvéniles garçons 1000m, Jules Saint-Jean a conclu en 17e place, Émile Regnault en 23e place

Chez les midget filles prologue sur 2,5 km, Marick Dufresne a terminé troisième. 

Les compétitions se poursuivent samedi, fort probablement à compter de midi, à cause du froid intense annoncé en matinée.