La COVID-19 pourrait avoir raison de la cérémonie d’intronisation au Temple de la renommée du baseball.
La COVID-19 pourrait avoir raison de la cérémonie d’intronisation au Temple de la renommée du baseball.

Cooperstown pourrait reporter ses cérémonies une première fois

MONTRÉAL — 1960. C’est la dernière année où il n’y a pas eu de cérémonie d’intronisation au Temple de la renommée du baseball, à Cooperstown. Ses dirigeants craignent que cette séquence de 59 ans puisse bien prendre fin cette année.

La seule différence est que contrairement à 1960, alors qu’aucun joueur n’avait reçu suffisamment de votes pour y être admis, c’est la pandémie de la COVID-19 qui pourrait avoir raison de la semaine de festivités culminant avec la cérémonie d’intronisation, le 26 juillet prochain, de Derek Jeter et Larry Walker.

«Nous sommes en plein coeur des discussions au sujet du week-end d’intronisation. Nous avons quelques plans en place, dont celui de tenir cet événement en juillet si nous sommes en mesure de le faire. Mais la discussion au sujet des autres options se poursuit», raconte Jon Shestakovsky, vice-président communications du Temple de la renommée du baseball, rejoint à son domicile de Cooperstown par La Presse canadienne .

«Depuis le début de cette crise, la situation change rapidement, presque quotidiennement, poursuit-il. L’information est constamment mise à jour. Nous poursuivons donc l’étude des différents scénarios que nous avons établis jusqu’ici si jamais nous ne pouvons pas accueillir nos nouveaux membres en juillet.»

Jeter (99,7 pour cent) et Walker (76,6) sont les deux seuls joueurs inscrits au scrutin ayant obtenu le minimum des 75 pour cent requis auprès des membres votants de l’Association des chroniqueurs de baseball d’Amérique (BBWAA).

Chaque dernier week-end de juillet, le petit village de quelque 1800 habitants se transforme en Mecque du baseball, accueillant des foules de plusieurs dizaines de milliers d’amateurs de baseball. Sur Main Street, où se trouvent le Temple et son musée, les nombreux restaurants et boutiques souvenirs y font la majeure partie de leur chiffre d’affaires de l’année.

Autant Jeter et Walker que les propriétaires de ces commerces ont hâte de savoir s’ils pourront festoyer cette année.

«Nous prendrons une décision au début du mois de mai, qu’on aille de l’avant avec la date prévue ou pas», note Shestakovsky.

Le Temple de la renommée se trouve en territoire inconnu: bien peu de fois au cours de son existence il n’a pas tenu de cérémonie. En fait, aucune cérémonie prévue n’a été retardée ou annulée. Quand la météo ne collabore pas, la cérémonie se passe à l’intérieur du Clark Sports Center, où seuls parents, amis et journalistes sont alors admis. Mais il est arrivé dans son histoire qu’il n’y ait pas de cérémonie une année donnée.

«Quand on remonte aux plus vieilles cohortes du Temple, celles de 1936 à 1939 ont toutes été intronisées en même temps lors de la première cérémonie d’intronisation en 1939, soit à l’ouverture du musée, rappelle Shestakovsky. Il y a donc quelques précédents pour justifier qu’il n’y ait pas d’intronisation si c’est nécessaire, mais ça fait bien longtemps.»

En 2013, aucun nouveau membre n’avait été élu par la BBWAA, mais le troisième-but Deacon White, le dirigeant Jacob Ruppert, ainsi que l’arbitre Hank O’Day avaient été élus par le Comité des vétérans et il y avait donc eu cérémonie, quoique plus modeste qu’à l’habitude.

Comme en 1960, les élections de 1950 et 1958 n’ont pas octroyé les 75 pour cent requis à qui que ce soit et aucun joueur n’a été sélectionné par un autre comité électoral: il n’y a donc pas eu de cérémonie.
De 1958 à 1968, les élections n’avaient lieu qu’aux années paires, tandis qu’entre 1939 et 1945, les élections n’ont eu lieu qu’aux trois ans. Qui plus est, comme il était interdit de se déplacer en 1942 en raison des conditions imposées pendant la Deuxième Guerre mondiale, Rogers Hornsby, élu cette année-là, n’a été officiellement admis qu’en 2013!

«Disons que ce n’est pas une situation à laquelle nous sommes habitués», a noté Shestakovsky

Musée fermé et visites virtuelles

Le musée du Temple de la renommée n’a pas échappé au ralentissement économique mondial et, comme la plupart des commerces de Cooperstown, il est fermé, ce qui pourrait avoir de lourdes conséquences sur les activités à venir du Temple.

«Le musée est fermé au public depuis près d’un mois. C’est très significatif: nous ne fermons que trois jours dans l’année, a expliqué Shestakovsky. Évidemment, le Temple de la renommée n’est pas le seul à tenter de s’adapter à cette situation. Nous dépendons du tourisme, comme plusieurs entreprises de la région, et ce sera difficile. Les visiteurs du musée sont une importante source de revenus pour nous, qui sommes un OSBL. L’impact se fera sentir, comme pour plusieurs organismes du même type à travers le monde, comme pour plusieurs entreprises dans la région de Cooperstown.»

Pour l’instant, tout le personnel du Temple de la renommée a pu conserver son emploi, mais contrairement à ses plaques, ce n’est pas coulé dans le bronze. En attendant d’accueillir de nouveau des visiteurs, tout ce personnel s’affaire à faire découvrir les visites virtuelles du musée, sur baseballhall.org.

«Nous avons une section ‘Safe at Home’ (sauf au marbre, en termes de baseball, ou sauf à la maison, si on traduit littéralement en français) - une expression typique du baseball qui a plein de sens présentement. Dans cette section, nous avons mis tout ce qu’on peut voir de façon virtuelle dans le musée, y compris des entrevues, différents programmes portant sur les différentes époques de l’histoire du baseball, ainsi que des activités éducatives téléchargeables pour les enfants.

«Nous en sommes très fiers, surtout de l’impact positif que nous avons sur la vie des gens au cours de cette période difficile, car il ne faut pas se le cacher: nous nous ennuyons tous du baseball! C’est un petit geste qui n’a rien à voir avec ce que peuvent faire les employés de première ligne dans le domaine médical ou encore les commis d’épicerie, mais nous sommes fiers d’avoir un impact positif en ces temps difficiles.»

***

Le Temple de la renommée en quelques dates

  • 2020: Intronisation de Derek Jeter et du dernier Expo, Larry Walker, qui portera la casquette des Rockies;
  • 2018: Intronisation de Vladimir Guerrero, sous les couleurs des Angels;
  • 2017: Intronisation à sa 10e et dernière année d’éligibilité de Tim Raines, dernier à faire son entrée à Cooperstown avec une casquette des Expos;
  • 2015: Pedro Martinez (Red Sox) est élu;
  • 2013: Aucun joueur n’est élu par la BBWAA, une première depuis 1960;
  • 2010: Andre Dawson est intronisé comme porte-couleurs des Expos;
  • 2003: Gary Carter devient le premier joueur des Expos à faire son entrée au panthéon;
  • 1957 à 1967: les élections ont lieu lors des années paires seulement;
  • 1949: la cérémonie inclut les joueurs élus en 1948;
  • 1947: la cérémonie inclut les joueurs élus en 1946;
  • 1939 à 1945: les élections n’ont lieu qu’aux trois ans (1939, 1942, 1945);
  • 1942: Rogers Hornsby est admis au Temple de la renommée, mais l’interdiction de déplacement en vigueur pendant la Deuxième Guerre mondiale empêche la tenue d’une cérémonie. Il ne fera officiellement son entrée qu’en 2013;
  • 1939: première cérémonie d’intronisation et ouverture du musée du Temple de la renommée;
  • 1936: première cohorte; les légendaires Ty Cobb, Walter Johnson, Christy Mathewson, Babe Ruth et Honus Wagner sont les premiers membres du Temple de la renommée;

    En incluant la cohorte de 2020, le Temple de la renommée du baseball compte 333 membres, dont 235 joueurs et 22 gérants de la MLB.