Malgré une production offensive de plus de 400 verges, le Vert & Or n'a pu battre les Stingers.

Concordia bat Sherbrooke au quatrième quart

SHERBROOKE — Les Stingers de Concordia ont inscrit 24 points au quatrième quart samedi après-midi, pour se sauver avec une victoire de 27-19 face au Vert et Or de l’Université de Sherbrooke. Avec cette défaite, les Sherbrookois doivent maintenant battre le Rouge et Or de l’Université Laval, samedi prochain à Sherbrooke, pour espérer participer aux éliminatoires du football universitaire québécois.

Le Vert & Or (2-5) n’avait besoin que d’une victoire pour devancer les Stingers (2-5) au classement et s’assurer une place en éliminatoires.

Sherbrooke, Concordia et McGill se retrouvent donc à égalité au classement avec une fiche de 2-5.

Concordia et McGill s’affrontent la semaine prochaine.


Des revirements coûteux


Pourtant, tout allait relativement bien pour le Vert & Or lors de ce match en rose, en appui à la lutte au cancer du sein.

En avance 16-3 au début du quatrième quart, Sherbrooke a vu le ciel lui tomber sur la tête alors que les visiteurs ont réussi deux interceptions au dépends du quart-arrière Anthony Robichaud, deux revirements qui se sont concrétisés par 14 points au tableau.

Ces deux revirements, combinés à quelques bonnes chances ratées d’inscrire des touchés en première demie, auront été fatale au Vert & Or.


Un bon départ


Sherbrooke a connu deux bonnes séquences offensives consécutives en début de rencontre, mais il a dû se contenter d’un placement au final.

Louis Tardif a doublé l’avance du Vert & Or en début de deuxième quart; pendant ce temps, les Stingers peinaient à orchestrer une séquence offensive valable.

À preuve, ils ont obtenu leur premier premier essai au tout début du deuxième quart.

Andrew Stevens a coupé l’avance de Sherbrooke de moitié, au milieu du deuxième quart.

Sherbrooke croyait bien avoir porté un coup d’assommoir aux visiteurs, en fin de première demie; Robichaud (24 en 38, 283 verges de gain, une passe de touché et deux interceptions) a rejoint le receveur de première année Charles Giroux sur 13 verges sur le jeu; Giroux a bataillé ferme et il a brisé quelques plaqués avant de rejoindre la zone des buts pour une première fois dans les rangs universitaires.

En avance 13-3 à la demie, Sherbrooke était en plein contrôle du match; à preuve, l’attaque du Vert & Or a amassé 246 verges de gain lors des 30 premières minutes, contre seulement 105 pour les Stingers.

Louis Tardif a ajouté un troisième placement, alors qu’il restait cinq minutes à faire au troisième quart, pour porter le compte 16-3 Sherbrooke.

Pratiquement invisibles pendant trois quarts, les gros canons offensifs des Stingers ont attendu le début du quatrième quart pour se manifester.

Le quart Adam Vance (13 en 21 pour 188 verges et une passe de touché) a d’abord rejoint Jeremy Murphy pour le majeur, resserrant ainsi l’écart à 16-10.

Ensuite, une tentative de passe d’Anthony Robichaud a été déviée par un joueur de ligne défensive des Stingers, et c’est William Benoît qui a cueilli le fruit mûr, retournant par la suite le ballon dans la zone du Vert & Or.

L’unité défensive du Vert & Or a une fois de plus tenu le coup, forçant les Stingers à se contenter d’un placement.

En avance 16-13, Sherbrooke était encore en contrôle. Mais on sentait que le vent commençait à tourner.

Vance et le receveur James Tyrrell se sont ensuite connectés; passe de 42 verges du premier au deuxième, à la porte des buts de Sherbrooke.

Le porteur de ballon Kevin Foster a inscrit le touché quelques jeux plus tard.

Soudainement, le calme est tombé sur la foule d’un peu plus de 3000 personnes; Concordia était en avance pour la première fois dans le match, par 20-16, avec un peu moins de trois minutes à faire au match.

Le Vert & Or a amorcé sa séquence offensive suivante du bon pied, mais une interception de Kadeem Pierre, retournée sur 65 verges dans la zone des buts pour un touché, a scié les jambes des locaux.

Louis Tardif a réussi un placement en toute fin de rencontre, mais les carottes étaient cuites.

Les joueurs des deux équipes se sont serrés la main sous la surveillance des entraîneurs de chaque équipe, en tout de fin de match, avant de retraiter rapidement, très rapidement, vers leurs vestiaires respectifs.

On voulait probablement éviter les débordements qui auraient pu survenir à cause des événements qui ont ponctué la fin du premier duel entre les deux équipes, le 21 septembre dernier à Concordia.

«On n’a pas joué notre meilleur football, honnêtement, on n’est pas sorti comme on voulait. La deuxième demie par contre, on est rentré dedans. On voulait jouer 30 minutes de bon football, et c’est ce qui s’est passé. Les gars ont joué avec plus de confiance et c’est ce qu’on demande chaque semaine, de jouer avec confiance, de jouer ensemble, et de bonnes choses vont arriver», a dit l’entraîneur-chef des Stingers, Brad Collinson.

«C’est une grosse victoire pour nous, énorme. C’était notre but, au début de la saison. La semaine prochaine, on joue pour la troisième place.»

La défaite est particulièrement difficile à avaler pour le Vert & Or, qui avait battu les Carabins de l’Université de Montréal, il y a une semaine.

L’attaque de Sherbrooke a été productive, avec 419 verges de gain, alors que son unité défensive a limité Concordia à 263 verges de gain offensif.

«La première interception, c’était une passe déviée. La deuxième, le receveur était ouvert, mais j’ai trop poussé. Ça fait suer, car je trouve qu’on a eu une bonne partie. Sauf ces deux passes-là. Je me sens coupable, honnêtement. J’ai joué un bon match, mais j’ai fait deux erreurs. Pour vrai, on les a dominés, à l’attaque, on les a découpés, mais on n’a pas été capable de marquer un touché au bon moment, on a raté des placements, j’ai raté des passes de touché faciles. Collectivement, on n’a pas conclu, on n’a pas été capable de mettre le clou dans le cercueil, en première demie», a dit Robichaud après la rencontre.