Selon la poursuite, l'ex-Gaiters Kevin Kwasny a été forcé par ses entraîneurs à retourner sur le terrain malgré des symptômes de commotion cérébrale.

Commotion cérébrale: Kevin Kwasny poursuit Bishop's pour 13,7 M$

La famille de Kevin Kwasny a presque doublé ses demandes et exige désormais 13,7 millions de dollars à l'Université Bishop's pour la blessure subie par le jeune homme lors d'un match de football universitaire, le 11 septembre 2011 contre l'Université Concordia.
Le procès entre les deux parties s'ouvrira le 5 octobre à Montréal. De l'aveu de l'avocat Jamie Kagan, du bureau Thompson Dorfman Sweatman LLP, cette poursuite civile est l'une des plus importantes concernant des blessures impliquant un étudiant fréquentant une université canadienne.
La famille du jeune footballeur qui avait été victime d'un hématome cérébral, le 11 septembre 2011 lors d'un match contre Concordia, soutient même qu'il avait été forcé de jouer avec une grave commotion cérébrale même s'il avait averti un responsable de l'équipe de son état.
Le 10 septembre 2013, la famille avait déposé une poursuite de 7,5 millions de dollars, qui a été majorée à 9,3 millions en 2014.
Le montant exigé servira principalement à couvrir les frais médicaux encourus pour le jeune homme.
« Le montant a été majoré à cause des frais médicaux et le fait que la famille a dû engager des experts pour prendre soin de lui. Aussi, le fait que le dossier est lancé depuis six ans a fait grimper les coûts généraux. Le procès aura lieu à Montréal, à la demande de la partie défenderesse, puisque la blessure a eu lieu au Québec. C'est leur droit » , a expliqué Me Jamie Kagan.
Lésions permanentes
L'ex-joueur de football de Winnipeg a lancé cette poursuite en justice après avoir subi des lésions permanentes au cerveau lors d'un match en septembre 2011. Sa famille et lui réclament ce montant parce que les entraîneurs des Gaiters de l'Université Bishop's l'auraient obligé à jouer au moment où il présentait des symptômes de commotion cérébrale.
Selon des documents présentés en cour à l'époque, le jeune homme de 21 ans avait averti ses entraîneurs qu'il ne se sentait pas bien après avoir reçu un coup à la tête dans un match contre les Stingers de l'Université Concordia.
Ses entraîneurs lui auraient ordonné de retourner sur le terrain, malgré ses douleurs. Kevin Kwasny aurait alors été frappé de nouveau à la tête et c'est à la mi-temps, lorsque les Gaiters se trouvaient dans les vestiaires, que les premiers signes d'un malaise se sont manifestés.
Le joueur se serait plaint d'étourdissements et aurait commencé à vomir. Il a été transporté à l'hôpital. Les médecins l'ont plongé dans un coma artificiel pour soigner un hématome au cerveau.
L'ancien ailier défensif est, depuis, incapable d'effectuer des tâches quotidiennes et a de la difficulté à marcher. Selon les documents déposés en cour, il ne pourra jamais détenir un emploi.
C'est à Winnipeg, en 2013, qu'a été déposée la première poursuite à l'endroit de l'institution anglophone. Une nouvelle poursuite a été déposée au Québec, en Cour supérieure, l'année suivante.
Le procès devrait durer jusqu'à la fin octobre. Kevin Kwasny risque d'être l'un des premiers appelés à témoigner.