Trois mois après la tenue de la Classique hivernale, le comité organisateur a présenté son bilan financier lundi à Drummondville.

Classique hivernale : un bilan à l’encre rouge

Le comité organisateur de la Classique hivernale présentée à Drummondville du 9 au 11 février craignait de devoir écrire le bilan financier à l’encre rouge après avoir annoncé qu’il frôlerait probablement le seuil de la rentabilité. L’événement a finalement essuyé un déficit de 143 981 $ à cause de « l’achalandage plus faible ».

Les 11 781 spectateurs attirés sur le site n’auront pas suffi à rendre la Classique hivernale rentable. Rappelons que 9716 ont assisté aux parties de la LHJMQ opposant les Voltigeurs de Drummondville au Phœnix de Sherbrooke et aux Tigres de Victoriaville et 2065 amateurs étaient présents au match de la Ligue de hockey midget AAA du Québec entre les Cantonniers de Magog et les Gaulois de Saint-Hyacinthe.

Or, les retombées ont été évaluées à 1 166 122 $ par une firme externe : 632 380 $ de retombées financières comprenant les dépenses des spectateurs évaluées à 289 090 $ et les achats locaux de l’ordre de 343 290 $, sans oublier les 473 103 $ en retombées médiatiques.

« Nos prévisions avaient été établies selon les chiffres de la Classique présentée à Saint-Tite, souligne le maire de Drummondville et président de la Société de développement économique de Drummondville, Alexandre Cusson. Le déficit s’explique à 80 % par cet écart au guichet. Si l’ensemble des billets avait été vendu, on aurait été à zéro. Heureusement, l’investissement est extrêmement rentable pour la ville de Drummondville. C’est assez rare de voir du dix pour un en termes de retombées. Pour nous, l’opération est largement réussie et très positive. »

L’objectif était de remplir les gradins lors des deux parties de la LHJMQ. Pour atteindre le seuil de la rentabilité, le comité espérait 90 % (10 800 personnes) de la capacité maximale (12 000). Toutefois, 9716 personnes ont assisté aux deux matchs du junior majeur.

« Évidemment, on aurait aimé accueillir plus de gens et on aurait voulu que les gradins soient pleins, admet le maire de Drummondville. Différents facteurs peuvent expliquer ça, comme l’écart de billets de saison vendus entre les Cataractes de Shawinigan et les Voltigeurs de Drummondville, étant donné que nos prévisions étaient basées sur l’expérience à Saint-Tite. On a fait l’erreur de se fier à l’achalandage à Saint-Tite en 2015. On a également présenté un match en soirée, ce qui a attiré moins de spectateurs à cause du froid. Il y avait aussi le Grand prix de Valcourt au même moment en Estrie. Tout ça a probablement eu un impact qui aurait pu être prévu au départ. »

« Nous pouvons spéculer sur les raisons pour lesquelles nous n’étions pas à guichets fermés, mais la vérité absolue, nous ne la détenons pas », a expliqué Yanick Gamelin, directeur du tourisme et des grands événements à la SDED.

Ce sera le fond des grands événements de la SDED qui injectera la somme de 143 981 $. Ce fonds de stabilisation est bonifié par les surplus créés lors des autres événements présentés par la Ville et ses partenaires.

La LHJMQ appelée à contribuer

Si la ville de Drummondville a profité des retombées « importantes », c’est aussi le cas pour la LHJMQ selon le maire Alexandre Cusson. « Pour la pérennité de cette activité, la LHJMQ devrait envisager des investissements pour soutenir les marchés qui se lancent dans l’organisation de la Classique. Auparavant, la Ligue offrait peu de contribution pour la présentation du repêchage et elle a ensuite compris qu’il était important de soutenir l’organisation qui présentait l’encan annuel afin de lui permettre de répondre aux exigences. »

« Nous allons étudier tous les scénarios pour les futures classiques hivernales de la LHJMQ », a répondu le directeur des communications de la LHJMQ, Maxime Blouin, contacté par La Tribune.

« Cette activité s’inscrivait dans notre plan de visibilité, mais est-ce que les autres villes voudront elles aussi investir 150 000 $ dans une classique hivernale? C’est à voir. La Ligue a aussi son bout de chemin à faire », soutient Alexandre Cusson.

Notons que la LHJMQ n’a offert qu’une légère contribution afin d’assurer la télédiffusion des matchs en plein air.

Le maire encourage ses homologues

Malgré le déficit accumulé. Alexandre Cusson invite ses homologues des autres villes à organiser l’événement.

« Allez-y! Faites-le. L’activité est extrêmement positive. Les gens en sont fiers. La visibilité est importante. Ça rend une ville plus dynamique. »

Rappelons que les Cataractes de Shawinigan présenteront pour une deuxième fois la Classique hivernale en 2019 et le Phœnix de Sherbrooke serait intéressé à faire pareil en 2020 ou 2021.

« Si j’accroche Steve Lussier, le maire de Sherbrooke, je l’encouragerai à aller de l’avant et à assumer cet investissement. Investir 143 981 $ pour créer 1 166 122 $ en retombées, c’est très rare. Dans la tête de certains, Drummondville était l’arrêt entre Montréal et Québec. Plus maintenant. Peut-être que la personne qui entend parler souvent de Drummondville sera intéressée à habiter la ville et à postuler ici, parce qu’il y a une pénurie de main-d’œuvre à Drummondville. En plus, on a fait plaisir à nos citoyens en leur proposant ce bel événement. »

Selon M. Cusson, le défi d’installer des gradins dans un lieu précis, autour de la patinoire réfrigérée déjà présente, a été plus imposant que celui d’installer une patinoire réfrigérée devant des gradins déjà en place, comme à Saint-Tite.

C’est donc dire que si Sherbrooke opte pour le stade de l’Université de Sherbrooke, la tâche sera moins imposante qu’à Drummondville.

« Une ville qui n’a pas de gradins et de patinoire, ce serait une autre histoire », croit le maire.

D’après le directeur des opérations des Voltigeurs, une organisation pourrait connaître du succès en présentant un format miniature dans un marché plus petit ou un format géant de l’événement dans un marché plus important.

« Tous les formats peuvent être viables. Il faut cependant savoir que les organisations qui ont déjà des gradins permanents économiseront temps et argent. »