À 28 ans, Christophe Normand a l’intention de jouer au football encore quelques années.
À 28 ans, Christophe Normand a l’intention de jouer au football encore quelques années.

Christophe Normand jouera s’il y a une saison dans la LCF

Christophe Normand s’est ravisé : le porte-couleurs des Alouettes jouera finalement si la Ligue canadienne de football parvient à présenter un semblant de saison à compter du mois de septembre.

Vers la mi-juin, on s’en souviendra, le Bromontois avait déclaré à La Voix de l’Est qu’il n’avait pas l’intention de laisser sa famille derrière lui afin de jouer dans une «ville-bulle». Ses propos, bien sûr, avaient fait jaser. Et depuis, on a appris que Winnipeg avait été choisie par la Ligue canadienne pour accueillir les matchs du circuit en 2020.

«Oui, je vais y aller, mentionne Normand. J’en ai discuté avec ma conjointe et elle est la première à m’encourager à y aller. Mon métier, c’est de jouer au football et le football, c’est mon gagne-pain. Ce n’est pas l’idéal de laisser sa famille comme ça, c’est certain, mais on parle de deux à trois mois maximum…»

Normand a reçu un appel d’André Bolduc, un des adjoints à l’entraîneur en chef Khari Jones. Bolduc ne lui a pas mis de pression, il voulait simplement savoir si les Alouettes pouvaient compter sur lui si on joue au football à l’automne, explique le centre-arrière.

En même temps, l’athlète de 28 ans n’est pas fou. Il sait fort bien qu’il va se placer dans une situation délicate s’il décide de faire impasse sur la saison 2020.

«J’ai bien l’intention de jouer au football encore quelques années. Je ne sais pas, peut-être que ce serait difficile de reprendre ma place si je sautais par-dessus la saison à venir.»

Dans la même veine, les joueurs de la Ligue canadienne, on le sait, sont loin de faire les millions $ de ceux de la Ligue nationale de football.

«J’ai tout le respect du monde pour Laurent Duvernay-Tardif, croyez-moi. Mais Laurent a déjà fait pas mal d’argent dans sa carrière et il peut se permettre de faire les choix qu’il a décidé de faire. Très peu de joueurs de la Ligue canadienne ont ce luxe.»

Normand aurait pu ajouter que Duvernay-Tardif, même en ne jouant pas en 2020, touchera 150 000 $ en vertu de l’excellente convention collective de la NFL.

Rien de réglé

Mais voilà, l’association des joueurs et la Ligue canadienne ne se sont pas encore entendus sur les modalités de la relance des activités du circuit. Joueurs et propriétaires devront s’entendre rapidement, le mois de septembre approchant à grands pas.

«On entend plein de choses, on lit plein de choses, mais on n’a très peu d’informations, reprend Christophe Normand. Le plus gros des nouvelles que j’aie, personnellement, je les prends dans les médias. Je le répète depuis des mois : c’est frustrant de ne pas savoir ce qui se passe.»

Évidemment, tout est une question d’argent. Et il y a aussi cette aide en provenance du gouvernement fédéral tant attendue par la Ligue canadienne qui tarde à être confirmée.

«Ce n’est pas simple. Mais moi, je continue à garder la forme et quand on nous dira que c’est le temps de se rapporter à l’équipe, je serai prêt», termine Normand.