Chercher du gros gibier en roulant, c'est chasser !

Le ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs a annoncé par voie de communiqué cette semaine la condamnation d'un homme de Lac-Drolet, Ronald Nolet, trouvé coupable de deux gestes de braconnage commis en novembre 2011.
M. Nolet devra payer une amende de 2325 $ (plus le frais de cour) pour avoir chassé le cerf de Virginie sans permis ainsi que pour avoir fait feu sur un gros gibier à partir d'un véhicule.
Dans cette cause, certains éléments sont particuliers. Ils donnent un aperçu des histoires abracadabrantes devant lesquelles se retrouvent parfois les officiers de la justice, qu'ils patrouillent sur la route ou dans la forêt.
Si l'on se réfère au jugement (disponible sur le site Soquij), deux agents de protection de la faune prenant place à bord d'un véhicule banalisé ont pris en filature ce jour-là un homme ayant fait l'objet de plaintes dans le passé. Ils auraient suivi sa camionnette durant une quarantaine de minutes, observant que le conducteur ralentissait et freinait en passant devant des champs.
Puis, la camionnette s'est immobilisée. Deux détonations ont été entendues. Les agents découvriront plus tard un cerf blessé qu'ils devront achever.
Bien qu'ayant observé la scène d'une distance d'environ 75 mètres, les gardes-chasses n'avaient pas un angle parfait. Ils n'ont pu être catégoriques sur qui a posé le geste, mais l'un d'eux a soutenu « avoir clairement vu la projection d'air chaud vis-à-vis la vitre du conducteur ».
Lors de l'interception, les agents ont trouvé des armes et des munitions, dont une douille chaude. Sauf qu'il y a cinq personnes à bord, dont trois jeunes.
C'est l'un d'eux, le fils du suspect alors âgé de 13 ans qui se déclare responsable du coup de feu. Lui et son père témoigneront en ce sens lors du procès, mais l'histoire paraîtra cousue de fil blanc aux yeux de la juge Sylvie Desmeules.
« Le Tribunal ne croit pas un mot des témoignages du défendeur et de son fils. Cette histoire est inventée de toutes pièces, dans ses moindres détails, dans le seul but de faire porter la responsabilité des événements sur les épaules d'un mineur. Le Tribunal déplore qu'un père se serve de son fils pour le disculper et qu'il l'incite à mentir devant la cour », relève la juge Des meules dans son analyse des faits exposés.
Un blâme qui, pour un père, est probablement aussi sévère qu'une amende salée ! « La seule conclusion rationnelle à laquelle en vient le Tribunal est que le défendeur a tiré le cerf de Virginie à partir du véhicule », lit-on dans le jugement.
La juge Des meules est également d'avis « que le ratissage auquel le défendeur se livrait en parcourant les chemins de campagne et en ralentissant à l'approche des champs, correspond à localiser le gibier ». Elle ne manque pas de préciser que « c'est d'ailleurs un cerf qui a été abattu ce jour-là ». Ne vous méprenez donc pas: chercher du gros gibier en roulant, c'est chasser !
Soirée cinéma
Le duo Normand Byrns- Daniel Gilbert est à Sherbrooke, ce soir, pour la projection de films de chasse et de pêche. Ce sera notamment l'occasion de voir la vidéo assez exceptionnelle tournée l'automne dernier à Saint-Malo, au cours de laquelle Sylvain Fontaine abat un majestueux orignal à l'arc pratiquement à bout portant. Une chasse époustouflante dont je vous ai parlé il y a quelques mois.
Cette soirée est organisée par le Regroupement des pêcheurs à la mouche de Sherbrooke et les profits serviront à ensemencer de la truite brune dans la rivière Magog. L'activité a lieu au Centre Julien-Ducharme et débute à 19h15.