Charles-Anthony Poulin: «J'ai eu ma leçon»

Charles-Anthony Poulin n'a pas besoin qu'on lui explique de long en large. Il devra trouver un moyen pour mieux contrôler ses émotions et éviter le banc des punitions lors de la prochaine série entre les Cantonniers de Magog et le Blizzard du Séminaire Saint-François dans la Ligue midget AAA du Québec qui débutera vendredi  soir à l'aréna de Magog.
L'ailier au caractère bouillant a reçu 113 minutes de punitions en saison régulière, ce qui en fait de loin le mauvais garnement de l'équipe. Avec 31 points en 35 parties, qui lui confèrent le troisième rang des pointeurs de l'équipe, on convient qu'il sera beaucoup plus utile à son équipe en évitant le cachot.
«Il ne faut pas que je place mon équipe dans le pétrin comme je l'ai fait le 7 février dernier contre Antoine-Girouard alors que l'enjeu du match était la première position de notre division. J'apprends de mes erreurs et ça ne se reproduira pas dans les séries», promet le patineur magogois
Le lendemain, les Cantonniers clôturaient leur saison contre Trois-Rivières et Poulin avait passé la moitié du match sur le bout du banc.
«J'ai eu ma leçon. Il y a sûrement des joueurs adverses qui vont essayer de me jouer dans la tête, mais ils vont frapper un mur», ajoute Poulin.
Fait sur mesure pour les séries
Pour plusieurs, Charles-Anthony possède un style bâti sur mesure pour les séries. Ailier de puissance, doté d'un bon lancer, robuste, celui qui appartient au Titan d'Acadie-Bathurst aura certainement un rôle important à jouer au cours des prochaines séries. «J'ai l'habitude de me vider à chacune de mes présences sur la glace. Je sais aussi que mon style peut déranger l'adversaire. Tant mieux s'il en est ainsi. C'est payant quand ça se produit», affirme Poulin, qui est catégorique lorsqu'il est question d'expliquer les succès de l'équipe, surtout en seconde moitié de saison.
«Nous sommes une équipe contre qui ce n'est pas facile de jouer. Nous ne formons pas l'équipe la plus flamboyante, mais c'est le résultat qui compte. Nous savons ce qu'il faut faire pour gagner dans cette ligue. On ne modifiera pas une recette gagnante», assure Charles-Anthony Poulin.