Marie-Pierre Tardif, la directrice de l’école primaire Jean-XXIII, se réjouit qu’un terrain de soccer synthétique soit construit sur le terrain de son école. Ce terrain sera très utilisé par les écoliers et par les résidents de ce secteur d’Ascot.
Marie-Pierre Tardif, la directrice de l’école primaire Jean-XXIII, se réjouit qu’un terrain de soccer synthétique soit construit sur le terrain de son école. Ce terrain sera très utilisé par les écoliers et par les résidents de ce secteur d’Ascot.

« C’est la FIFA à toutes les récréations »

Sherbrooke — « Le soccer est plus qu’une passion pour les élèves de notre école. Les enseignants disent en riant que c’est la FIFA ici à toutes les récréations », dit en riant Marie-Pierre Tardif, directrice de l’école primaire Jean-XXIII de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS).

C’est un grand jour pour l’école primaire Jean-XXIII ainsi que pour tous les résidents du quartier d’Ascot : l’école primaire aura dès cet été son propre terrain de soccer synthétique. Cet investissement de 100 000 $ est rendu possible grâce à la participation financière de la Fondation Justin-Lefebvre et du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.

L’école primaire accueille près de 200 élèves provenant de 138 familles. « De ce nombre, 93 familles sont issues de l’immigration. Elles proviennent de 33 pays différents », illustre Mme Tardif.

Faire la promotion du sport, favoriser l’intégration sociale, amener les enfants à s’amuser ensemble, voilà quelques-uns des objectifs rencontrés par l’installation de ce terrain de soccer synthétique sur le terrain de cette école ayant un indice de défavorisation de 10 sur 10.

L’école Jean-XXIII a déjà un terrain en gazon, mais il n’a pas duré un an parce qu’il est surutilisé.

Il n’y a qu’une seule autre école primaire de la CSRS qui possède un terrain de soccer synthétique. Ce nouveau terrain est cependant le premier à être construit dans une école en milieu défavorisé.

« Nous avons déjà un terrain en gazon, mais il n’a pas duré un an; il est maintenant en terre battue! Il est surutilisé. Les élèves jouent le matin, le midi, aux récréations, le soir, les gens du quartier l’utilisent le soir et les fins de semaine. Notre terrain est accessible aux gens du quartier quand l’école est fermée », dit-elle.

C’est l’organisme SAFRIE (Soutien aux familles réfugiées et immigrantes de l’Estrie) qui a reçu l’offre de la Fondation Justin-Lefebvre pour construire un terrain de soccer dans ce milieu défavorisé. Le SAFRIE a redirigé l’offre vers l’école qui possédait déjà l’espace requis pour recevoir un tel cadeau.

« L’offre était valable si le terrain était accessible aux gens du quartier, et c’est tout à fait dans le mandat de notre école de penser "quartier ". Nous avons aussi réussi à aller chercher un montant équivalent de la part du MEES. Nous aurons donc un terrain de soccer synthétique, mais nous pourrons aussi ajouter des arbres et de la verdure à notre cour d’école, en plus d’ajouter du mobilier comme des bancs », se réjouit la directrice de l’école Jean-XXIII.

Tous les détails ont été réfléchis pour que le terrain soit le mieux aménagé possible, qu’il soit le plus efficace possible. Par exemple, on fera le lignage pour qu’il y ait deux petits terrains à l’intérieur du grand. « Ce sera plus facile pour jouer pour nos tout-petits », mentionne Marie-Pierre Tardif.

La construction du terrain devrait se faire dès cet été. Mais pour la suite… « On espère pouvoir faire des rassemblements à la rentrée pour pouvoir jouer des matchs! » souligne la directrice de l’école.