Erik Karlsson

Ces défenseurs qui feront la différence

Qui dit début du mois d’octobre dit pool de hockey. Et qui dit pool de hockey dit prédictions. La grosse semaine de préparation s’amorce. Afin de vous aider à mieux repêcher et peut-être réussir à soutirer un petit 20 $ à votre meilleur ami, notre journaliste Jérôme Gaudreau vous prépare une série de textes sur les joueurs à surveiller lors de la prochaine saison. Après ces joueurs masqués, les gardiens, place aujourd’hui aux défenseurs. Voici ceux qui pourraient faire toute la différence dans votre pool!

Erik Karlsson
Blessé au pied, Erik Karlsson ratera probablement quelques parties en début de saison. Mais le général à la ligne bleue des Sénateurs d’Ottawa demeure tout de même mon premier choix. En fait, comme bien des poolers, j’hésite entre lui, Brent Burns et Victor Hedman. Difficile de miser contre Karlsson, qui a terminé trois fois au sommet des meilleurs pointeurs chez les défenseurs, et ce, lors des quatre dernières années. La saison dernière, il a terminé au troisième rang à cinq points du meneur, Burns, mais avec cinq matchs en moins.
Brent Burns
En repêchant Brent Burns, vous pouvez être aussi fier qu’en sélectionnant Karlsson. Un coup de dés. L’ancien attaquant s’est franchement habitué à sa position de défenseur et se trouve dans le top 2 des meilleurs pointeurs chez les défenseurs depuis deux ans. Le joueur des Sharks de San Jose vient tout juste de signer une nouvelle entente, ce qui le rend intéressant dans un pool à vie qui tient compte des années de contrat. On ne peut pas se tromper avec lui. Rarement blessé, en plus.
Victor Hedman
Karlsson est parti en première ronde? Burns aussi? Vous cherchez un candidat qui puisse leur faire la barbe? Pas de panique, il y a Victor Hedman. Il est le roi de la relance, il assure en avantage numérique et son gabarit fait de lui un joueur peu fragile. Certains le placent même devant Burns et Karlsson, mais pas moi. Il demeure l’un des meilleurs producteurs de points de la LNH. Attention, il serait surprenant de le voir mieux faire que la saison dernière. Faites la moyenne des deux dernières saisons. Il n’avait obtenu  que 47 points il y a deux ans en jouant presque tous les matchs. L’an dernier: 72...
John Klingberg
Là, on vient de passer à la catégorie inférieure. Parce que les trois autres demeurent dans une classe à part. John Klingberg fait partie de ces défenseurs qui peuvent obtenir une contribution de plus de 50 points, mais de moins de 60 points. Le défenseur des Stars de Dallas appuie une solide offensive et semble en constante progression. Ce qui explique mon choix.

Kris Letang

Kris Letang
Un retour en force pour le Québécois? Kris Letang s’est dit en pleine forme et ça, chers poolers, ça peut être dangereux pour les gardiens. On doit prendre une chance avec lui en l’insérant dans le top 5 des meilleurs défenseurs du circuit. Mais c’est risqué. Ce qui explique la valeur sûre de Klingberg au quatrième rang. Vous aimez le risque? L’arrière des Penguins de Pittsburgh est pour vous. Il pourrait vous faire gagner le pool. Le seul défenseur qui pourrait atteindre les 60 points selon moi après Karlsson, Burns et Hedman. Mais aussi le plus susceptible à ne pas disputer une pleine saison.
Roman Josi
Comme tout le monde, vous hésitez entre lui, Klingberg, Kevin Shattenkirk, P.K. Subban, Dougie Hamilton, Torey Krug, Alex Pietrangelo et Oliver Ekman-Larsson. Après tout, quelques points seulement les sépareront au classement. Vous avez absolument raison. Mais avec seulement 72 parties de disputées l’an dernier, le membre des Predators de Nashville a réussi à s’insérer dans le clan des producteurs d’environ 50 points. S’il demeure en santé, il ne peut que faire mieux. Depuis le départ de Shea Weber, c’est sur lui que Nashville compte pour piloter l’avantage numérique.

En forte progression

Zach Werenski
Il est jeune, il a épaté la galerie à sa première saison et il peut encore s’approcher des 50 points cette année. Vous avez un pool à vie, il devrait être l’un de vos premiers choix. La guigne de la deuxième année pourrait s’abattre sur lui, mais il pourrait aussi faire mieux que la saison dernière.
Rasmus Ristolainen
Également âgé dans la jeune vingtaine comme Werenski, Ristolainen attire l’attention par son jeune âge. S’il a été capable de produire 45 points la saison dernière, cette fois il peut monter son jeu d’un cran encore. Toutefois, ne comptez pas sur lui pour remplir le filet. Il est l’un des moins bons buteurs, mais touche souvent à la rondelle avant un but grâce à son temps de jeu important.
Mentions honorables

Seth Jones, Shayne Gostisbehere, Oscar Klefbom, Ivan Provorov, Justin Schultz, Charlie McAvoy, Shea Theodore, Troy Stetcher, Jacob Trouba.


​Zach Werenski

Un pensez-y-bien

Dustin Byfuglien
Âgé de 32 ans, il a joué deux saisons complètes lors des deux dernières campagnes, mais malgré sa stature imposante, il a tendance à subir quelques blessures. Et il n’est jamais à l’abri des suspensions. Il pourrait très bien intégrer le top 5 des meilleurs défenseurs du circuit, mais ce que je crains, c’est qu’il ne dispute pas les 82 matchs de saison. Peut toutefois faire 55 points environ.
Shea Weber
Est-ce que ses meilleures années sont déjà derrière lui? Probablement. Même si le Canadien comptera sur Weber pour diriger l’attaque à cinq, il a connu une forte baisse de neuf points la saison dernière, ce qui a porté sa collection à 42 points. Il peut toutefois surprendre et revenir à ses bonnes habitudes. Son tir dévastateur est son arme de prédilection et fait trembler les gardiens.

Shea Weber

À LIRE DEMAIN
Les jeunes loups changent la donne à l’attaque