Match après match, à la Coupe Telus, les Cantonniers ont été les meilleurs sur la glace, les plus intelligents, les plus travaillants, le tout agrémenté d’une exécution qui provoquait l’admiration des spectateurs.

Ce n’est pas un échec

CHRONIQUE / Les équipes les plus valeureuses ne sont pas toujours récompensées dans le monde ingrat du sport. Les Cantonniers de Magog ne méritaient pas de revenir de la Coupe Telus avec une médaille autre que l’or. Pas besoin d’une analyse approfondie et vouloir tout décortiquer ce que j’ai constaté la semaine dernière à Thunder Bay. Une seule statistique et une question pour vous, chers lecteurs. Une équipe qui accorde huit buts en sept parties dans le tournoi le plus relevé au pays et qui repart les mains vides, puisque l’objectif ultime demeurait la Coupe Telus, y voyez-vous une forme quelconque de justice? Je connais votre réponse.

Match après match, les Cantonniers ont été les meilleurs sur la glace, les plus intelligents, les plus travaillants, le tout agrémenté d’une exécution qui provoquait l’admiration des spectateurs. On parlait de leur jeu de puissance qui épatait la galerie, de leur relance en attaque.

Puis arrive le dernier week-end et les arbitres rangent leur sifflet dans leurs poches.

Nous n’étions pas loin du hockey des années 1980 avec de l’accrochage à outrance sur les Doucet, Robidas, Dion et compagnie. On créait de l’obstruction. Les hommes au chandail rayé ne sont pas responsables de la défaite des Magogois en finale, vraiment pas, mais maudit qu’ils ont influencé le déroulement de la partie.

La fatigue

Cette finale a opposé la formation la plus jeune de la Coupe Telus, les Cantonniers, et la plus âgée, les Young Nationals. Ces derniers avec leurs 12 joueurs de 17 ans avaient quasiment des allures d’un club junior. Les Cantonniers n’ont jamais été intimidés, jamais. Ils ont aussi affronté des équipes plus costaudes jour après jour et en finale la fatigue a commencé à faire son œuvre. Les passes étaient plus molles, les tirs manquaient de vélocité. Les joueurs s’essoufflaient plus rapidement. Sept parties en sept jours, c’est inhumain. La plupart du temps le septième match devient une comédie d’erreurs. Ça doit changer.

Les porte-couleurs des Cantonniers ont appris à ne jamais prendre congé sur la glace. Je ne peux en dire autant des nouveaux champions qui ont eu des performances en dents de scie en ronde préliminaire. Je les soupçonne d’avoir volontairement gardé de l’énergie pour le dernier week-end. Pourquoi les Cantonniers n’ont-ils pas agi de la même manière me direz-vous? Parce que ce n’est tout simplement pas dans leur ADN de mettre les freins.

Malgré tout, un seul jeu, un petit jeu a fait la différence. Vraiment frustrant pour les joueurs qui, soit dit en passant, ont encaissé cette défaite cruelle avec classe.

Quelle saison

Le rideau est maintenant tombé sur la 40e saison des Cantonniers. Cette défaite en finale de la Coupe Telus ne doit pas faire oublier cette campagne tout à fait exceptionnelle. Avec le départ il y a un an des Guay, Villeneuve, Beaudoin, Pinard, pour ne nommer que ceux-là, combien de gens croyaient que cette équipe garderait le même niveau d’excellence et même plus? Une fiche globale pour l’ensemble de l’année de 53 victoires et 11 défaites. Mais attention : seulement cinq revers en temps réglementaire. Phénoménal!

Lorsqu’ils ont sauté sur la glace du Fort William Gardens de Thunder Bay pour la finale de la Coupe Telus, les Magogois étaient sur une séquence de 11 victoires d’affilée. Pas contre des pieds de céleri. Non, là où c’est le plus difficile à gagner, en demi-finale et en finale de la ligue et contre les champions des différentes régions du Canada.

Pas certain que les Cantonniers formaient l’équipe la plus talentueuse. Pas loin, mais ils se sont surtout retrouvés au sommet à grands coups de résilience, à défoncer les portes et à croire en leurs moyens et sur chacun de leurs coéquipiers. Une belle famille d’ados que je vous dis. Pendant 10 jours je les ai côtoyés à Thunder Bay, logeant au même hôtel. Des jeunes plein de vie, qui s’amusent et qui savent faire la part des choses quand c’est le temps de passer aux choses sérieuses.

Il se passe quelque chose à Magog avec les Cantos comme on se plaît à les appeler. Dans le cœur des Magogois, ils sont leurs champions, le modèle de leurs enfants, du moins ceux qui jouent au hockey. La couleur de la médaille à la Coupe Telus ne change rien.

Et puis, juste un petit rappel comme ça. Deux ans de suite que les Cantonniers montent sur le podium du championnat national midget avec une médaille d’argent chaque fois. Il s’agit de la seule équipe, je dis bien la seule, au Canada à montrer pareil bilan au cours des deux dernières saisons.

Avec près de 150 équipes midget AAA au Canada et se retrouver parmi les deux meilleures deux ans de suite, l’exploit est tout simplement grandiose.

Moi, ils m’ont fait vibrer comme jamais une autre équipe ne l’a fait en 40 ans chez les Cantonniers. Merci aux p’tits gars!