Félix Auger-Aliassime en action lors du tournoi Futures 2017 de Sherbrooke au Centre récréatif de Rock Forest.

CDESC : Gestion Loisirs Plus prend la relève

Un nouvel organisme à but non lucratif voit le jour afin de prendre le relais de la Corporation de développement économique, social et communautaire (CDESC) de Rock Forest. Gestion Loisirs Plus (GLP) amorcera sa gestion du Centre récréatif Rock Forest et de ses installations à compter du 1er janvier prochain.

La nouvelle a été confirmée mardi soir lors d’une assemblée générale extraordinaire, qui a exceptionnellement remplacé l’assemblée générale annuelle de la CDESC. Cette dernière termine son mandat de gestion le 31 décembre prochain.
Le Service des sports, de la culture et de la vie communautaire, par sa Division des sports et des événements, a reçu le mandat de mettre sur pied ce nouvel organisme de gestion.

Gestion Loisirs Plus aura un mandat de gestion d’infrastructures de sports et de loisirs.

La Ville de Sherbrooke est devenue propriétaire du CRRF en février 2016 au coût de 3,2 millions $, soit le solde de l’hypothèque et la dette de gestion accumulée de quelque 245 000 $.

Depuis, la CDESC en avait gardé la gestion.

Un conseil d’administration provisoire de trois personnes a été mis en place, formé d’Ingrid Dubuc, Élizabeth Brière et Pierre Bélanger et c’est le gestionnaire principal en place depuis un peu plus d’un an, Martin Bergeron, qui assurera la transition et la direction du nouvel organisme, à titre de directeur général.

« Pour l’instant, il n’y a que quatre personnes, car GLP va débuter ses activités seulement le 1er janvier prochain. Il n’y a que moi, présentement, pour assurer la transition et faire le transfert de responsabilités CDESC-GLP. Je trouve ça intéressant, ça donne un nouveau souffle et ça enlève un peu l’incertitude. L’achat des infrastructures par la Ville en 2016 a créé de l’incertitude chez les usagers puisque depuis 30 ans, le CRRF était propriétaire et gestionnaire en même temps des infrastructures. Là, il y a des contrats de gestion qui s’établissent entre GLP et la Ville, qui a un rôle important dans la gestion à titre de propriétaire », a dit Martin Bergeron.

« Je suis content de poursuivre le travail et je crois que la Ville a aimé ce que j’ai fait ici en un an au CRRF. Je suis aussi content que la trentaine d’employés syndiqués SCFP fasse aussi partie du transfert. Je commence à cerner les forces de l’équipe, alors c’est un gros plus pour moi que l’équipe soit impliquée aussi. On a commencé quelque chose ensemble et on veut le poursuivre. »

Revoir la gestion du tennis

Si la gestion de la patinoire reste inchangée, celle du tennis sera à revoir, confirme M. Bergeron.

« Autrefois, la CDESC gérait le tennis un peu comme un club privé. C’était ses membres de tennis à eux. La Ville s’attend à ce que ça soit désormais géré dans l’optique de l’accessibilité citoyenne ; ce sera donc un des changements à faire », a dit M. Bergeron.

« Quant à la tarification, on a donné un coup de barre quand je suis arrivé, un coup de barre quand même important, basé sur des études que la ville avait commandées de RCGT. C’était une correction tarifaire à la hausse avec une indexation au coût de la vie. Cette année, depuis le 1er septembre 2017, on a seulement appliqué un 2 % d’augmentation. »

« On ne prendra pas en charge le volet mandataire pour le développement du tennis. À ce sujet, la Ville a engagé une ressource externe qui a le mandat de revoir tous les rôles et responsabilités pour les mandataires pour le tennis afin de rebrasser tout ça. Il y a Tennis Sherbrooke, l’école Tennestrie. GLP n’aura pas le mandat de développer des produits ou des cours. »

Quant aux locaux destinés aux différents sports de raquette, tout est sur la table, mais aucune décision définitive n’est attendue prochainement.

« L’info que la ville a donnée mardi, c’est qu’on va se pencher sur le dossier à compter du printemps 2018 et que plusieurs scénarios seront étudiés. »

« Donc, rien ne va changer dans le court terme, du moins avant 2020, pour de nouveaux projets. On est en train de remonter la bâtisse, on a mis 90 000 $ en entretien/réparations. Là on a une meilleure lecture de la bâtisse. D’autres travaux sont à prévoir, comme la mise aux normes du système de réfrigération pour 2020 et l’entretien de nos surfaces de tennis. »

« Le CRRF est appelé à jouer un grand rôle dans l’élaboration du Plateau Loisirs, qui regroupera les nouveaux bureaux d’arrondissements, dès 2018, le centre culturel Pierre-Gobeil et la bibliothèque. »

La durée de l’entente de service entre GLP et la Ville de Sherbrooke n’a toutefois pas encore été déterminée.