Le Québecois Jean-François Caron est classé cinquième au monde à l’édition 2018 du World’s Strongest Man et sera au Festival des hommes forts de Warwick tout le week-end.

Caron vise le podium

Avec une place déjà promise pour la grande finale du circuit mondial, l’homme fort Jean-François Caron aurait pu s’absenter du Festival des hommes forts de Warwick pour se reposer et éviter les blessures, mais ce n’est pas dans sa nature.

« À ce niveau-là, tu ne penses pas à te ménager. Tu commences, alors tu finis », confie l’homme originaire du Bas-Saint-Laurent.

La seule compétition d’hommes forts internationale du Canada se déroule à Warwick, du 5 au 8 juillet. Il était impensable pour Caron de manquer son évènement favori. « À Warwick, on a des foules superbes, c’est tout le temps plein. Je suis là depuis le début et c’est une place que j’ai toujours aimée ». Il s’agira d’une 14e édition pour le festival.

Il faut aussi mentionner qu’il s’agit de la compétition la plus dure de l’année pour les participants. « Il y a 10 épreuves. Il faut que les athlètes soient complets, la charge est assez extrême. Il y a tout le temps deux ou trois athlètes qui ne finissent pas ».

Les avantages de Caron ? L’homme fort du Québec n’aura pas à faire de longs voyages avant sa compétition. Toutes les autres épreuves auxquelles il participe sont disputées aux quatre coins du monde. Aussi, le Québécois récupère vite, alors plus il y a d’épreuves disputées, plus il sera avantagé. « Je vise le podium, mais ça ne sera pas facile. C’est très relevé ».

La plus grande force de Caron reste le soulever de terre. « Ç’a toujours été ma meilleure épreuve, tout le monde le sait », lance celui qui a d’ailleurs atteint un plateau prestigieux cette année. Il est devenu le septième homme à lever plus de 1000 lbs.

Ce week-end, il sera présent que pour participer. Caron n’a pas à se battre pour une place en finale du circuit, puisqu’il l’a déjà obtenu avec une victoire à l’étape d’Afrique du Sud. « C’était la première fois que je gagnais une étape, l’année passée j’avais fini deuxième dans les points pour me qualifier », explique-t-il. Caron s’envolera donc vers cette finale convoitée, en mars prochain, à Colombus en Ohio.

Il s’agit du World’s Strongest Man 2018, l’évènement le plus prestigieux qui dure deux semaines entières. Depuis trois ans, Caron termine au cinquième rang, il espère atteindre le podium l’an prochain.

PAS DE RETRAITE ENVISAGÉE

« Tant que je vais être compétitif, je vais continuer ». C’est aux alentours de 35 ans que les hommes atteignent le sommet de leur forme dans ce sport. À 36 ans, Caron espère continuer aussi longtemps qu’il le pourra. Pour l’instant, il s’améliore encore. « Cette année j’ai battu des records, j’espère juste ne pas me blesser et faire encore quelques années ».


«  À Warwick, on a des foules superbes, c’est tout le temps plein. Je suis là depuis le début et c’est une place que j’ai toujours aimée. Je vise le podium, mais ça ne sera pas facile.  »
Jean-François Caron

Pour les hommes forts, les blessures sont fatales. Un mélange de bonne préparation et de chance a permis à Caron d’éviter les blessures majeures jusqu’à aujourd’hui. « Je touche du bois, mais on n’est pas à l’abri d’un accident. Je fais chaque compétition comme si c’était ma dernière ».

Si la génétique en est pour beaucoup, le travail pour atteindre le sommet n’est pas à négliger. « C’est devenu un travail. Je n’ai jamais lâché, je n’ai jamais pris une semaine de pause, je me suis toujours entraîné. Je pense que c’est ça le secret », termine Caron.