Cantonniers: le championnat doit attendre

Les Cantonniers de Magog ont été incapables de concrétiser leur championnat de division en fin de semaine dans la Ligue midget AAA du Québec. Après avoir baissé pavillon 5-4 vendredi à Châteauguay, les troupiers de Félix Potvin ont subi à nouveau les affres de la défaite dimanmche, cette fois par la marque de 2-1 au domicile des Riverains du Collège Charles-Lemoyne.
Ce matin les Cantonniers se réveillent en ayant de la compagnie au premier rang de la section Reebok qu'ils doivent partager avec les Grenadiers de Châteauguay, victorieux hier contre les Lions du Lac-Louis.
La situation est la suivante avec une seule semaine d'activités au calendrier du circuit Gaston Therrien : Magog et Châteauguay totalisent le même nombre de points, soit 49. Magog a deux parties à disputer contre une seule pour Châteauguay. Advenant une égalité au terme du calendrier, les Cantonniers seront avantagés en raison de leur plus grand nombre de victoires en temps réglementaire cette saison. À ce chapitre seul Lévis fait mieux que Magog.
Le vent a tourné
Le fait demeure que le vent a tourné au cours des dernières rencontres pour les Cantonniers. Devenus des spécialistes en seconde moitié de saison des duels serrés qui tournaient constamment en leur faveur, les Cantonniers viennent de se faire servir la même médecine en fin de semaine, deux fois plutôt qu'une.
« On n'entre pas à Magog la tête entre les deux jambes, a confié Félix Potvin. Nous avons démarré le match exactement comme on voulait et c'était de bon augure. Cependant, nous avons perdu notre rythme quand on a commencé à visiter le cachot. Je ne peux même pas en vouloir à mes joueurs. Dans un match aussi important, je ne m'attendais jamais à ce qu'une des deux équipes soit jugée aussi sévèrement comparativement à l'autre », a exprimé Potvin qui veut tourner la page rapidement.
« On retourne enfin à la maison après un mois sur la route. On fera nos devoirs à l'entraînement et nous serons prêts pour notre plus gros week-end de la saison », promet le mentor magogois.