Canadien

Drouin étincelant dans la victoire du Canadien face aux Jets

MONTRÉAL — onathan Drouin a une fois de plus été étincelant, récoltant quatre points, et le Canadien de Montréal s'est imposé 5-2 face aux Jets de Winnipeg, jeudi soir.

Drouin a d'abord nivelé la marque en enfilant l'aiguille en première période et il est revenu en force au deuxième engagement, faisant bouger les cordages après seulement 43 secondes pour donner les devants 2-1 au Canadien.

L'attaquant a par la suite ajouté deux points à sa fiche, se faisant complice des buts de Shea Weber et de Jesperi Kotkaniemi au troisième engagement.

Phillip Danault a également touché la cible pour le Canadien (30-18-6), qui a amorcé en force sa séquence de quatre matchs face à des équipes dominantes de la LNH.

Il s'agissait du quatrième but de Kotkaniemi en autant de rencontres et son 10e depuis le début de sa saison recrue.

Carey Price a repoussé 32 des 34 tirs dirigés vers lui et a récolté une septième victoire d'affilée.

Mark Scheifele et Brendan Lemieux ont répliqué du côté des Jets (34-16-3), qui ont encaissé un second revers d'affilée après s'être incliné en prolongation devant les Sharks de San Jose, mardi.

Connor Hellebuyck a effectué 48 arrêts.

Le défenseur Dustin Byfuglien était de retour dans la formation des Jets après avoir raté les 15 dernières rencontres de l'équipe à la suite d'une blessure au bas du corps.

Le Canadien a amorcé la rencontre en force et a montré quelques bonnes séquences avant d'encaisser le premier but. Les Jets ont profité d'un mauvais changement pour prendre les devants, grâce au 27e but de Scheifele, lors d'une descente à deux contre un.

Le Tricolore a toutefois retraité au vestiaire avec un pointage égal de 1-1, après que Drouin eut inscrit son premier but de la rencontre, moins de trois minutes après celui des Jets.

Si le long congé du Canadien a semblé être bénifique pour quelques joueurs, ça semble être d'autant plus vrai dans le cas de Drouin: il a amassé neuf points lors des trois derniers matches.

Le Canadien a dominé au chapitre des tirs, dirigeant 19 rondelles vers le filet adverse lors des 20 premières minutes de jeu. Le manège s'est répété au deuxième engagement, alors que la troupe de Claude Julien a lancé 18 fois en direction de Hellebuyck.

Malgré les nombreuses chances répétées obtenues par le premier trio (piloté par Danault) et par le défenseur Victor Mete au deuxième tiers, seul Drouin a été en mesure de percer la garde de Hellebuyck.

En troisième période, Weber a permis au Tricolore de se souffler un peu en creusant un écart de deux buts grâce à un superbe boulet de canon décoché de la pointe, à 4:02. Danault a soulevé la foule en marquant son deuxième but en autant de match, quelques instants avant que Kotkaniemi ne fasse exploser les décibels dans l'amphithéâtre.

À sa première visite à Montréal, Brendan Lemieux, fils de Claude Lemieux, a battu Price, avec 51,6 secondes au cadran dans le match.

Le Canadien sera de retour devant ses partisans samedi soir, pour y affronter les Maple Leafs de Toronto.

Canadien

Claude Julien garde la tête froide

MONTRÉAL — ll n’a fallu que 54 matchs au Canadien pour surpasser son nombre de victoires acquises pendant l’ensemble de la saison dernière, mais même si les acquis dans la course aux séries semblent de plus en plus solides, Claude Julien résiste encore à la tentation de regarder trop loin devant.

Le Canadien a atteint les 30 victoires (30-18-6) en venant à bout des Ducks d’Anaheim mardi, après s’être contenté d’un dossier de 29-40-13 la saison dernière. Avant les matchs de mercredi, le Tricolore occupait le troisième rang de la section Atlantique, à un point des Maple Leafs et du deuxième rang et avec un coussin de huit points sur les Sabres de Buffalo, neuvièmes dans l’Association de l’Est. Les deux équipes ont toutefois deux matchs de plus à disputer que le Canadien d’ici la fin de la campagne.

La troupe de Julien semble donc en voie de gagner son pari et de déjouer les pronostics de nombreux observateurs, qui s’attendaient à une deuxième saison difficile de suite. Questionné à savoir s’il sentait que son groupe pouvait accomplir quelque chose de spécial d’ici la fin de son parcours, Julien n’a toutefois pas voulu y aller de grandes prédictions.

«Présentement, nous voulons simplement passer à travers une éreintante saison, a dit Julien. Nous voulons rester dans la lutte, rester dans le moment présent. Nous disons souvent qu’il ne faut jamais avoir le moral trop haut ou trop bas et c’est ce que nous faisons. Personne n’est particulièrement enthousiaste, mais nous allons dans la bonne direction.

«Ça ne veut pas dire que nous n’avons pas le droit d’être heureux de ce que nous avons accompli jusqu’ici, mais nous ne pouvons pas être satisfaits. Nous devons continuer à nous battre dans les tranchées.»

«Encore du travail à faire»

Avec encore 28 matchs à disputer, il n’y a toujours rien de garanti pour le Tricolore. Mais le plateau atteint mardi pouvait apporter une certaine fierté pour les joueurs qui ont vécu le long calvaire de la saison passée.

«Je ne le savais pas. C’est bien, a reconnu Brendan Gallagher au sujet du nombre de victoires du Tricolore par rapport à la dernière campagne. Mais bien sûr que nous ne sommes pas encore là où nous voulons être et il y a encore du travail à faire.

«Nous sommes dans une position décente, nous avons la chance de nous battre pour une place en séries, ce qui était l’objectif. C’est excitant. Il y a beaucoup de joueurs dans notre vestiaire qui n’ont jamais vécu les éliminatoires à Montréal. C’est un facteur de motivation.»

Si les trois premiers matchs du Canadien au retour de son long congé ont été contre des équipes à la dérive ou en fond de classement — les Devils du New Jersey, les Oilers d’Edmonton et les Ducks —, les choses seront bien différentes à compter de jeudi. Les Jets de Winnipeg, meneurs de la section Centrale, seront alors les visiteurs au Centre Bell. Le Tricolore accueillera ensuite les Maple Leafs samedi.

Le Canadien s’envolera ensuite pour un voyage de trois rencontres avec des arrêts à Nashville, Tampa Bay et Sunrise.

«Il ne faut pas regarder trop loin, mais il faut profiter du reste de notre séquence à domicile pour nous installer en bonne position», a indiqué Gallagher.

«Nous avons bien commencé la saison, mais nous ne voulons pas seulement 30 victoires, a renchéri Jonathan Drouin. Nous en voulons 40, 45, 50. Et si nous continuons à jouer de la même manière, ça va bien aller.»

Canadien

L'ex-joueur du Canadien André Boudrias s'éteint à 75 ans

MONTRÉAL — L'ex-joueur du Canadien de Montréal André Boudrias est décédé à l'âge de 75 ans, a confirmé l'organisation montréalaise mercredi.

Boudrias, qui habitait l'île Paton, près de Laval, se trouvait à Whistler, en C.-B., pour un voyage de ski, a précisé Réjean Houle, le président de l'Association des anciens Canadiens de 1983 à 1995. Selon de nombreuses sources médiatiques, il serait décédé d'un infarctus.

«La grande famille des Canadiens offre ses sincères sympathies à son épouse Ginette, et membres de la famille», pouvait-on lire dans le communiqué de l'équipe.

Le Montréalais, qui évoluait au poste de centre, a disputé sept matchs lors de ses trois premières saisons dans la LNH avec le Canadien, entre 1963 et 1967, un séjour ponctué de deux passages avec les As de Québec, dans la LAH.

«Le Canadien l'avait rappelé au milieu des années 1960, Yvan Cournoyer et lui, et les deux avaient eu un essai de quelques matchs, et les deux avaient excellé», s'est souvenu l'ex-journaliste du Journal de Montréal Serge Touchette.

«C'était un excellent joueur de hockey, a renchéri l'ex-directeur général du Canadien Serge Savard, un ami de longue date de Boudrias. À sa dernière année dans la Ligue de hockey junior de l'Ontario, André avait fini premier compteur de la ligue. C'était un joueur qui avait de grandes qualités offensives, un bon manieur de rondelle, de très bonnes mains.»

Il a ensuite été échangé aux North Stars du Minnesota avec Bob Charlebois et Bernard Côté le 6 juin 1967 en retour de leur premier choix au repêchage de 1971, qui est devenu Chuck Arnason. Boudrias avait en quelque sorte écopé en raison de la profondeur du Tricolore au poste de centre - un certain Jean Béliveau y faisait la pluie et le beau temps, selon Savard.

Canadien

Le Canadien défait facilement les Ducks 4-1

MONTRÉAL — Le Canadien a baissé légèrement la garde en deuxième période, mais a su ne pas relâcher sa proie, mardi, pour éventuellement vaincre les Ducks d'Anaheim 4-1.

Après un revers en prolongation de 3-2 face aux Devils du New Jersey samedi, les membres de la formation montréalaise avaient reconnu devoir retenir la leçon et ne pas permettre à leurs adversaires de revenir dans le match. Le Tricolore a su appliquer la leçon face aux Ducks.

«Les gars ne revenaient pas assez et restaient trop loin pour attendre des longues passes sans appuyer leurs coéquipiers», a indiqué l'entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien, au sujet du relâchement en deuxième période.

«Il est important que nos joueurs reviennent pour relancer l'attaque en unité de quatre ou cinq joueurs. Nous ne l'avons pas fait en deuxième période et ça s'est ressenti dans notre jeu. Nous nous sommes replacés en troisième en recommençant à le faire.»

Brendan Gallagher, deux fois, et Jesperi Kotkaniemi ont permis au Canadien de retraiter au vestiaire avec une avance de 3-0 après le premier tiers.

Ryan Getzlaf a relancé les Ducks en deuxième période, mais le Tricolore a repris le contrôle en troisième et Phillip Danault a porté le coup de grâce.

Le Canadien a ainsi atteint le plateau des 30 victoires cette saison (30-18-6), soit une de plus que lors de l'ensemble de la dernière campagne.

Gallagher a également amassé une aide, tandis que Jonathan Drouin en a accumulé trois, et le Tricolore a inscrit une septième victoire à ses neuf dernières sorties (7-1-1).

Les deux buts de Gallagher étaient ses 20e et 21e de la saison. Il a donc atteint le plateau des 20 buts pour une troisième fois en carrière. De son côté, Kotkaniemi a fait bouger les cordages dans un troisième match d'affilée, une première dans l'histoire du Canadien pour un joueur âgé de 18 ans.

Carey Price a effectué 24 arrêts et a inscrit une sixième victoire de suite pour une première fois depuis le printemps 2017, quand il avait aussi gagné six matchs d'affilée, du 25 février au 12 mars.

Les Ducks (21-24-9) se sont avérés une proie facile, eux qui ont maintenant perdu leurs cinq dernières parties par un pointage combiné de 27-6. Ils ont également gagné seulement deux de leurs 19 dernières rencontres (2-13-4).

Chad Johnson a stoppé 28 lancers.

Le Tricolore était privé de Tomas Tatar, ennuyé par un virus. Matthew Peca le remplaçait à la gauche de Max Domi, tandis que Charles Hudon complétait cette unité à la place de Paul Byron, blessé à l'avant-bras gauche.

Kenny Agostino et Michael Chaput effectuaient des retours au jeu, à la gauche de Nicolas Deslauriers au sein du quatrième trio. Agostino avait été laissé de côté lors des trois parties précédentes du Tricolore et Chaput, les deux dernières.

La victoire du Canadien a permis à Julien de rejoindre Jacques Martin au 17e rang de l'histoire de la LNH au chapitre des victoires comme entraîneur-chef, avec 613.

Le Canadien disputera son prochain match jeudi, quand il accueillera les Jets de Winnipeg.

Échos de vestiaire

Brendan Gallagher soutient que le long congé a fait du bien à Jesperi Kotkaniemi :

«Il a beaucoup joué pendant la dernière année. Il a disputé sa saison en Finlande puis a participé à plein d'activités pour les recrues pendant l'été. Il est ensuite arrivé au camp et a joué beaucoup cette saison. On peut voir qu'il est revenu du congé avec une nouvelle énergie.»

Jonathan Drouin n'était pas prêt à discréditer le travail des Ducks sur les deux buts de Brendan Gallagher, même s'ils ont commis plusieurs revirements et laissé beaucoup d'espace aux joueurs du Canadien :

«Ce n'est pas tant qu'il y avait de l'espace que c'était des jeux rapides. C'était bang! Bang! "Gally" est bon pour trouver les petits espaces en avant du filet et il a profité de ses chances.»

Jonathan Drouin ne voulait pas revivre le scénario de samedi face aux Devils, quand le Canadien a laissé ses rivaux revenir dans la rencontre :

«Surtout en troisième période et à domicile, nous ne voulions pas les laisser revenir à 3-2, leur laisser le prochain but. Il ne fallait pas être trop conservateurs non plus et les laisser rentrer dans notre zone. Nous avons continué à jouer de la bonne façon. Nous avons continué à jouer dans leur zone. Ç'a bien fonctionné et nous sommes contents.»