Il s’en est fallu de peu pour que le gardien Cayden Primeau ne puisse mettre la main sur la rondelle du match à l’issu duquel il a savouré de son premier gain dans la LNH. Brady Tkachuk, qui avait récupéré le disque, a failli le donner à un jeune amateur. Heureusement, Carey Price est intervenu à temps. Tkachuk a depuis contacté Primeau pour expliquer qu’il ignorait l’importance de la rondelle pour le jeune cerbère du Tricolore.
Il s’en est fallu de peu pour que le gardien Cayden Primeau ne puisse mettre la main sur la rondelle du match à l’issu duquel il a savouré de son premier gain dans la LNH. Brady Tkachuk, qui avait récupéré le disque, a failli le donner à un jeune amateur. Heureusement, Carey Price est intervenu à temps. Tkachuk a depuis contacté Primeau pour expliquer qu’il ignorait l’importance de la rondelle pour le jeune cerbère du Tricolore.

Saga de la rondelle: Primeau accepte la version des faits de Tkachuk

BROSSARD — Le gardien du Canadien de Montréal Cayden Primeau a accepté la version des faits de l’attaquant des Sénateurs d’Ottawa Brady Tkachuk dans la saga de la rondelle après sa première victoire dans la LNH.

Quelques instants après la victoire en prolongation de 3-2 du Tricolore mercredi, Tkachuk a récupéré le disque et il a fallu l’intervention de Carey Price pour éviter que le souvenir soit perdu à jamais. Tkachuk a dit jeudi qu’il ne savait pas qu’il s’agissait de la première victoire de Primeau et qu’il avait l’intention de donner la rondelle à un jeune spectateur.

Questionné à ce sujet vendredi, l’attaquant du Canadien Brendan Gallagher a tourné sa langue sept fois dans sa bouche avant d’y aller d’une réponse diplomatique. De son côté, Primeau n’en voulait pas trop à l’agitateur des Sénateurs, qu’il a côtoyé au sein du programme national américain.

«Il m’a envoyé un texto pour m’expliquer ça, a dit Primeau. Il joue de cette manière et je respecte ça. Quand les gens ne l’aiment pas, ça veut dire qu’il fait son travail.»

Primeau était plutôt touché que ce soit Price qui soit intervenu pour lui permettre de garder la rondelle.

«Ça représente beaucoup à mes yeux. [Price] ne réalise peut-être pas à quel point c’est spécial pour moi d’avoir ce souvenir que je vais chérir pour le reste de mes jours», a dit Primeau.

Vendredi, Primeau a passé du temps avec l’entraîneur des gardiens Stéphane Waite à peaufiner son maniement de la rondelle. Il profite aussi des conseils de Price depuis son rappel, le 2 décembre.

«Je ne crois pas qu’il y ait des mots pour expliquer à quel point il est important pour lui de pouvoir observer Price, a noté Gallagher. Il y a des similitudes entre les deux. Nous le voyons dans sa détermination et son calme.»

Primeau a même affirmé déjà voir Price comme son grand frère.

«C’est aussi le cas avec le reste de l’équipe, a noté l’entraîneur-chef Claude Julien. Tous les joueurs sont très bons avec Cayden, sachant la pression que peut ressentir un jeune gardien. Quand il fait une erreur, c’est un but. Quand tout autre joueur fait une erreur, elle peut être corrigée.

«Les gars s’assurent donc de bien l’appuyer, de lui permettre d’être à l’aise», a-t-il ajouté.

Plus de grands frères

Le Canadien a besoin de plusieurs grands frères dans son vestiaire. Face aux Sénateurs, le Tricolore comptait sur cinq joueurs âgés de 23 ans et moins.

Les nombreuses blessures et quelques contre-performances de vétérans ont projeté certaines recrues à l’avant-scène.

Nick Suzuki et Cale Fleury ont commencé la saison avec le grand club et sont des joueurs qui ont gagné la confiance de Julien.

Primeau, Otto Leskinen et Ryan Poehling étaient les autres joueurs de moins de 23 ans en uniforme mercredi. Jesperi Kotkaniemi et Victor Mete se retrouvent dans la même catégorie, mais sont présentement blessés.

«Je crois qu’il n’y a pas eu autant de jeunes dans ce vestiaire depuis un bon moment, a reconnu le défenseur Jeff Petry. Et il y en a qui ont déjà des rôles importants, comme Mete, Suzuki et Fleury. Je crois que nous comptons sur un bon mélange entre les gars plus vieux, les gars dans le milieu et les plus jeunes.»

«C’est agréable de ressentir l’énergie des jeunes, de les voir gagner en maturité et s’améliorer», a ajouté Gallagher.