À deux semaines de l’ouverture du camp du Canadien, Matthew Peca ne se fait pas de souci avec ce qui l’attend.

Peca a travaillé à devenir un meilleur joueur de soutien

MONTRÉAL — Matthew Peca a passé une première saison complète dans la LNH l’hiver dernier, mais l’aventure n’a peut-être pas été pleinement satisfaisante pour l’attaquant franco-ontarien.

Écoulant la première année d’un contrat à un volet de deux ans à une valeur moyenne annuelle de 1,3 million $ US, Peca a été limité à seulement 39 rencontres avec le Canadien, récoltant trois buts et sept aides.

Après avoir connu un bon camp, il s’est finalement retrouvé dans la rotation des joueurs de soutien et il a notamment été écarté de la formation lors de 18 des 19 derniers matchs de la saison.

À deux semaines de l’ouverture du camp du Canadien, Peca ne se fait pas de souci avec ce qui l’attend.

«Mon rôle sera ce qu’il sera. Je suis prêt à tout», a-t-il dit plus tôt cette semaine, lors du tournoi de golf de Jonathan Drouin au profit des patients du CHUM.

Après un été un peu trop long à son goût, faute de l’échec du Tricolore à se qualifier pour les séries, Peca a un seul objectif en tête.

«J’ai travaillé toutes les facettes de mon jeu, que ce soit offensivement ou défensivement, pour m’aider à rester dans la formation», a affirmé Peca, qui a partagé son temps entre Montréal et la région d’Ottawa pendant la saison estivale.

«J’ai fait un peu de tout - du conditionnement physique et beaucoup de vidéo.»

Au cours de son parcours qui l’a mené à la LNH, Peca a toujours été un joueur productif à l’attaque. Il a récolté 143 points en 157 matchs à l’Université Quinnipiac, dans la NCAA, puis 134 points en 204 rencontres avec le Crunch de Syracuse, dans la Ligue américaine de hockey.

Âgé de 26 ans, Peca semble avoir compris au cours de la dernière année que s’il veut s’établir dans la LNH, son rôle sera plutôt celui d’un joueur de soutien. Il a d’ailleurs expliqué qu’il avait axé son travail estival dans l’objectif d’être plus utile dans ce rôle.

«Je me suis plus préparé pour être sur la troisième ou la quatrième ligne, a-t-il admis lorsque questionné à savoir si sa préparation avait été différente des autres années. L’an dernier, je n’avais pas un bon style de joueur pour ce rôle. Cet été, j’ai porté attention à ce qu’il faut faire pour être plus efficace dans ce rôle.

«Il faut que je sois rapide et difficile à affronter, bon lors des mises au jeu et en zone défensive. C’est une question de possession de rondelle.»

Malgré le départ de Nicolas Deslauriers et Andrew Shaw, échangés respectivement aux Ducks d’Anaheim et aux Blackhawks de Chicago, la compétition sera féroce lors du camp pour les quelques postes disponibles au sein de l’offensive du Tricolore. Dale Weise sera de retour, tandis que les contrats de Charles Hudon, Nate Thompson et Jordan Weal ont été renouvelés. Le Canadien a également embauché Nick Cousins.

C’est sans compter les plus jeunes, comme Nick Suzuki et Ryan Poehling, qui voudront prouver qu’ils peuvent commencer la saison avec le Canadien.

Mais ce n’est pas ça qui va ébranler Peca.

«L’an dernier, il y avait beaucoup de compétition à l’interne et le camp avait été intense, a rappelé Peca. Ensuite, les gars étaient prêts pour la saison. J’espère que ce sera la même chose cette année.»