Xavier Ouellet, qui connaît un bon camp d'entraînement, a aidé sa cause en inscrivant deux buts à Toronto lundi soir.

Ouellet et Chaput surprennent, Suzuki retourne à Owen Sound

BROSSARD — Le 1er juillet dernier, Xavier Ouellet et Michaël Chaput ont signé des contrats à deux volets à titre de joueurs autonomes avec le Canadien de Montréal. Moins de trois mois plus tard, les voilà qu’ils cognent à la porte du Centre Bell plutôt qu’à celle de la Place Bell de Laval.

Ouellet et Chaput ont échappé à la vague de coupures qui a notamment emporté le jeune attaquant Nick Suzuki, renvoyé à son club junior de l’Attack d’Owen Sound dans la Ligue de l’Ontario, le centre Michael McCarron et le défenseur Rinat Valiev, dont les noms ont été soumis au ballottage.

Comme il fallait s’y attendre, Jesperi Kotkaniemi est demeuré avec le Tricolore, à huit jours du début de la saison régulière.

Ouellet, qui connaissait déjà un bon camp, a aidé sa cause avec une performance de deux buts — ses premiers points du camp — dans le gain de 5-1 contre les Maple Leafs de Toronto, lundi soir.

«Je l’ai vécu ces dernières années quand j’étais à Detroit. Ce n’est jamais vraiment acquis, tu dois compétitionner tous les jours. Je suis content d’être ici, je suis content d’avoir d’autres opportunités de montrer ce que je peux faire, a déclaré Ouellet après l’entraînement de l’équipe, mardi midi, à Brossard.

«En général, je trouve que je joue bien, a ajouté le défenseur natif de Bayonne, en France. J’essaie d’être solide défensivement et mon jeu de transition est l’une de mes forces. C’est un aspect que j’ai été capable d’apporter lors des trois matchs que j’ai joués. Maintenant, c’est d’être constant et de le faire à chaque fois.»

Quant à Chaput, il représente possiblement la plus belle surprise du camp, si l’on exclut Kotkaniemi. Il a fait sentir sa présence à chacun des matchs qu’il a disputés. Ses efforts se sont traduits par une récolte de trois points en trois matchs, un ratio défensif de + 4 et cinq tirs au but.

«Ces journées-là sont toujours stressantes, mais j’essaie de ne pas trop y penser, car c’est là que ça commence à jouer dans la tête. Je ne peux rien contrôler de ce qui se passe en haut», a déclaré Chaput en faisant allusion à la direction de l’équipe.

Chaput s’est présenté au camp avec un objectif tout simple : prouver qu’il pouvait apporter quelque chose de concret au Canadien. Il pense avoir eu l’occasion de se montrer sous son meilleur jour jusqu’à maintenant.

«C’est un camp d’entraînement et j’essaie de faire mes preuves de n’importe quelle manière possible. Je veux faire l’équipe et je me suis dit que j’allais tout donner, que je ne laisserais rien derrière et que je les forcerais à prendre des décisions. Je joue des matchs, j’ai des opportunités de jouer sur de bons trios et je pense qu’ils veulent voir ce que je suis capable de faire.»

Éloges pour Suzuki

Du groupe des joueurs retranchés, Valiev a connu le camp le plus productif. En trois matchs préparatoires, le défenseur russe a inscrit un but et deux aides avec un ratio défensif de + 5. Il a également obtenu quatre tirs au but.

Toutefois, selon Julien, ce ne fut pas suffisant.

«Quand on regarde notre groupe de défenseurs présentement, on ne le voyait pas dans nos sept ou peut-être même huit premiers. Il nous reste deux matchs préparatoires, il faut prendre des décisions et il faut les prendre quand même assez rapidement.»

De son côté, McCarron n’a obtenu aucun point et présenté un ratio défensif de - 1 lors des deux rencontres auxquelles il a participé.

«Avec la compétition et les joueurs qui restent, on ne pouvait pas lui trouver une place», a résumé Julien au sujet de l’ancien choix de première ronde.

L’entraîneur-chef du Canadien a été plus élogieux à l’endroit de Suzuki, qui n’a toutefois pas réussi à imiter Victor Mete il y a un an en se taillant un poste à Montréal à l’âge de 19 ans.

«Nous avons aimé ce que nous avons vu. Par contre, nous croyons sincèrement que c’est mieux pour lui de retourner au niveau junior. Il a des chances d’être avec Équipe Canada junior aussi. Ce serait une bonne expérience. Je crois que c’était la meilleure décision quand on regarde notre groupe présentement, a d’abord expliqué Julien.

«Mais j’ai aimé ses habiletés et même durant le camp, nous avons vu une amélioration, a-t-il aussi analysé. C’est un jeune qui a une vision incroyable. Encore hier [lundi], il l’a prouvé sur certains jeux qu’il a faits. C’est sûrement un gars de la Ligue nationale, mais peut-être pas cette année ou tout de suite.»

Les attaquants Hunter Shinkaruk, Byron Froese et le défenseur Brett Lernout passeront aussi par le ballottage, tandis que le vétéran Joel Ward a été libéré. Enfin, les défenseurs Michal Moravcik et David Sklenicka ont été réaffectés au Rocket.

À la suite de toutes ces décisions de la direction de l’équipe, le Canadien compte 33 joueurs à son camp d’entraînement, soit 18 attaquants, 12 défenseurs et trois gardiens. La liste inclut cinq joueurs blessés soit Shea Weber, Andrew Shaw, Nicolas Deslauriers, Jarret Tyszka et Matt Taormina.