Le gardien du CH Carey Price n'a vu que six rondelles au troisième vingt, et seulement 18 au total.

Le Canadien défait les Sénateurs 3-2

MONTRÉAL — Depuis le début du camp d’entraînement que les joueurs du Canadien de Montréal insistent sur l’importance de gagner des matchs de hockey dès maintenant. Après quatre sorties en calendrier préparatoire, ils comptent déjà un gain de plus qu’en huit parties l’année dernière.

Les hommes de Claude Julien ont signé une troisième victoire en septembre alors qu’ils ont vaincu les Sénateurs d’Ottawa par le score de 3-2 samedi soir au Centre Bell.

Face à une équipe qui se dirige vers une saison laborieuse et qui a subi une quatrième défaite en autant de matchs préparatoires, le Canadien ne l’a pas eu facile. Julien l’a d’ailleurs admis après le match.

«Ce que j’ai aimé de notre équipe ce soir, c’est qu’on a trouvé le moyen de gagner. Et quand ça ne va pas toujours bien et que tu trouves le moyen de gagner, c’est un bon signe.»

Comme ce fut le cas lundi contre les Devils du New Jersey, le Canadien a eu besoin de buts rapides en début de troisième période pour faire tourner le vent en sa faveur.

Paul Byron a sonné la charge avec son premier but du camp d’entraînement à 1:18, quand il a battu Craig Anderson d’un tir des poignets que le gardien des Sénateurs n’a pas semblé voir partir. Seulement 23 secondes plus tard, Tomas Tatar a brisé l’égalité en faisant dévier un tir à ras la glace de Brendan Gallagher, décoché de la ligne bleue.

Ces deux buts ont donné le ton à une période que le Canadien a totalement dominée alors qu’il a obtenu 14 de ses 32 tirs. De son côté, Carey Price n’a vu que sept rondelles au troisième vingt, et seulement 18 au total. Brady Tkachuk et Cody Ceci ont été les seuls à déjouer sa vigilance.

«Il y avait beaucoup de chimie aujourd’hui, a noté Price, qui en était à son premier match complet. Nous avons joué avec beaucoup de rapidité et j’ai eu l’impression qu’ils [les Sénateurs] étaient toujours à notre poursuite.»

Nikita Scherbak, tard en deuxième, a également touché la cible pour le Canadien.

Quant à Jesperi Kotkaniemi, qui a remplacé Max Domi entre Jonathan Drouin et Joel Armia, il a continué de gagner des points en continuant de jouer avec assurance. Pourtant, il a été tenu en échec et n’a pas obtenu de tirs au but... officiels. À sa décharge, le jeune homme a joué de malchance.

À mi-chemin de la première période, après de belles manoeuvres en zone adverse, le Finlandais a décoché un vif tir des poignets de l’enclave qui avait battu Anderson. Toutefois, la rondelle a donné sur la barre horizontale. Kotkaniemi a de nouveau vu un de ses tirs frapper le poteau avec un peu plus de trois minutes à jouer au premier vingt.

«Nous ne sommes pas de bons amis!» a d’ailleurs blagué Kotkaniemi en parlant des poteaux des buts.

Drouin a eu de bons mots à l’endroit de son jeune coéquipier.

«Je l’ai trouvé vraiment bon. Tu vois qu’il est calme, qu’il est capable de tirer la rondelle vraiment bien. Ce n’est pas le plus gros joueur, mais il s’implique quand même et il va dans les coins et devant le filet.»

Kotkaniemi se comporte comme quelqu’un qui ne semble pas intéressé à retourner en Finlande.

«C’est un excellent joueur. Tu vois les mains et le potentiel qu’il a, c’est énorme, a déclaré Phillip Danault. Ce sera une décision difficile pour Marc [Bergevin] et son personnel, c’est sûr. De ce que je vois, je le trouve excellent, mais je ne peux pas prendre la décision pour Marc.»

Après une journée de congé dimanche, le Canadien affrontera les Maple Leafs de Toronto lundi dans la Ville Reine et mercredi au Centre Bell. Le Tricolore complétera son calendrier préparatoire samedi prochain à Ottawa.

Tkachuk, le coup de vent

Avec son équipe composée majoritairement de vétérans face à une formation beaucoup moins étoffée, le Canadien a fait ce qu’il devait faire en première période: contrôler le jeu.

Mais malgré un avantage de 7-3 au chapitre des tirs, les hommes de Claude Julien sont rentrés au vestiaire en déficit de 1-0 grâce au premier but de Tkachuk depuis le début du camp.

Le premier choix des Sénateurs en juin dernier a complètement dérouté Jeff Petry avant de déjouer Price après seulement 75 secondes de jeu. Le tir suivant des Sénateurs n’est venu que quelque 16 minutes plus tard.

Le jeu a été plus égal au deuxième vingt, lors duquel les deux formations se sont échangé des buts tardifs. Ceci a d’abord battu Price d’un superbe tir des poignets d’une quarantaine de pieds après que Logan Brown eut servi une tasse de café à Jordie Benn dans le coin de la patinoire.

Scherbak a riposté 44 secondes plus tard en déjouant Anderson d’un angle presque impossible.

Les joueurs des Sénateurs ne le savaient pas encore, mais le Canadien venait d’amorcer sa remontée.