Audrey Lagarde a représenté le Canada aux Universiades en 2015

Campagne de financement pour participer aux Universiades

Les Universiades sont l'une des plus prestigieuses compétitions multisports au monde. En termes de participation, elles se classent au deuxième rang derrière les Jeux olympiques. Pourtant, selon les disciplines sportives, les athlètes doivent payer pour y participer. C'est le cas entre autres au soccer canadien.
L'Université de Sherbrooke aura deux joueuses de son équipe de soccer sur la formation canadienne qui sera en compétition à Taipei, en Chine.
Marie-Ève Jacques et Audrey Lagarde représenteront l'unifolié pour une deuxième Universiade consécutive, elles qui étaient à Gwangju, en Corée du Sud, en 2015. Le Canada y avait alors récolté une surprenante quatrième place chez les femmes.
Cette fois, encore, les deux filles devront débourser des frais importants liés à cette compétition : 4600 $.
« Ce montant comprend un camp de quatre jours en Californie, de même que le vol aller/retour, l'hébergement et la nourriture pour la compétition, prévue du 14 au 31 août », a précisé Lagarde, qui sera de retour pour une dernière année d'admissibilité avec l'équipe du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke, dès l'automne.
Originaire de Laval, Lagarde profitera d'un coup de pouce de 500 $ de sa ville, de 500 $ de la part d'Excellence sportive Sherbrooke (ESS) et de 500 $ de la part de l'Université de Sherbrooke.
Il lui reste donc un montant de 2800 $ à amasser d'ici son départ, le 9 août.
« J'ai fait plusieurs démarches auprès d'éventuels commanditaires privés, mais ce n'est pas facile de dénicher des commandites individuelles lorsqu'on pratique un sport collectif. »
Voilà pourquoi elle a démarré une campagne de financement sur internet, via le site www.gofundme.com. Son objectif est d'atteindre les 1500 $. Elle a amassé un peu plus de 400 $ jusqu'à présent par cette méthode.
Audrey Lagarde se questionne toutefois sur le retrait du support financier accordé par la Fédération canadienne de soccer et sur l'importance des Universiades au sein du processus de développement des joueuses et des joueurs de soccer au Canada.
« Il y a deux ans, on a quand même terminé au quatrième rang, en grande partie grâce à notre gardienne de but. Pourtant, malgré cela, elle n'a jamais reçu de coup de fil ou d'invitation. Je trouve ça un peu décevant que les Universiades ne soient pas reconnues. Je trouve ça un peu insensé. On a prouvé notre place, on a joué contre de grosses équipes. C'est comme si on n'était pas dans la ''machine'' comme les autres joueuses; c'est dommage, car c'est le rêve de plusieurs jeunes filles de jouer pour le Canada », a-t-elle indiqué.
Le Canada a récolté en 2015 son meilleur résultat depuis que le soccer féminin a fait son entrée aux Universiades, en 1993.
« Les États-Unis font un mini-tournoi et c'est l'Université gagnante qui a le privilège de représenter le pays aux Universiades. Et lorsqu'on a joué contre la France, il y a deux ans, c'était leur équipe internationale sur le terrain. »
L'équipe féminine de soccer est composée uniquement de joueuses évoluant au Canada.
En Corée du Sud, il y a deux ans, Audrey Lagarde a aussi dû débourser pour participer à l'aventure; elle a amassé 1500 $ et déboursé le reste de la facture de sa poche.
« Ironiquement, j'avais perdu mon emploi à cause de ça! Je travaillais en soccer à Repentigny, et je ne pouvais m'absenter pour la durée des Universiades et revenir. Présentement, je travaille à Soccer Estrie (elle est coordonnatrice adjointe aux compétitions, NDLR) et mon employeur m'a dit de ne pas m'en faire! »