Marc-Étienne Bussières.
Marc-Étienne Bussières.

Bussières et Blais sont prêts

Sébastien Lajoie
Sébastien Lajoie
La Tribune
La qualité des participants sera relevée, dès lundi à Bromont, pour la troisième édition du tournoi de golf Invitation Bromont, l’un des premiers tournois d’importance de cette saison 2020 de golf marquée par la COVID. Et les golfeurs professionnels sherbrookois Marc-Étienne Bussières et Jérôme Blais sont prêts pour le défi.

Quelque 120 des meilleurs golfeurs et golfeuses professionnels et amateurs se donnent rendez-vous sur les allées du Club de golf du Château Bromont pour un tournoi de trois rondes, de lundi à mercredi. Il y aura une coupure à 60 % du peloton et égalité, après la 2e ronde.

Avec la pandémie et le début de saison retardée, et avec un bébé tout neuf, Marc-Étienne Bussières ne croyait pas avoir la chance de disputer des tournois compétitifs, en 2020.

Mais les nuages se sont dissipés lentement, le déconfinement de la fin mai a permis le retour des golfeurs sur les allées, et l’organisation de tournois s’est matérialisée.

Bussières a disputé un premier tournoi la semaine dernière au Club de golf Saint-Raphaël, dans le cadre du East-Coast Pro Tour. Il a terminé à égalité au sixième rang.

« Ça a quand même bien été, j’ai fini sixième sur 95 avec deux rondes de -2. À ma grande surprise aussi, j’ai très bien frappé la balle. Seule facette de mon jeu qui n’a pas été au rendez-vous, ce fut mon jeu sur les verts. C’était un contexte différent ; avec ma nouvelle réalité, on ne joue pas au golf avec les mêmes motivations. Un peu moins de pression, mais on joue pour la compétition, et non pour l’importance du chèque qu’on va ramasser, et qui va nous permettre de boucler la fin de mois. C’est différent. Mais une fois que la balle est au sol, l’intensité est toujours la même », a dit le pro en titre, et copropriétaire, du Club de golf Longchamp.

L’an passé, Marc-Étienne Bussières a terminé au septième rang de l’Invitation Bromont (69-67-72 -- 208).

« C’est un terrain que je connais bien, et que j’aime beaucoup. J’ai entendu d’excellents commentaires quant à son état cette année. On va avoir des verts ultrarapides, je m’attends à de très belles conditions. Et tout le monde a hâte de jouer des tournois, je pense ! »

« Au départ de la pandémie, on ne savait pas trop à quoi s’attendre, alors c’était difficile de penser participer à des tournois. Au Longchamp, les choses se placent bien, on apprend à vivre avec cette situation-là. »

« Je m’attends toujours à gagner, mon jeu est là. Le mental et le désir sont toujours là. Si mon jeu sur les verts est au rendez-vous, je serai en bonne position. Cet hiver, j’ai travaillé au Zone Golf In et j’ai beaucoup pratiqué mes fers courts et jusqu’à présent, je frappe d’excellents fers courts et très précis. Ça m’a aidé d’avoir pratiqué à l’intérieur et j’ai la confiance, quand je me retrouve avec un wedge dans les mains, que je vais avoir une bonne chance d’oiselet », a-t-il dit.

Des cours pour Blais

Jérôme Blais aura peut-être un avantage sur ses compétiteurs, cette semaine.

Le golfeur de Magog est en effet le pro en titre au Château Bromont, pour une première année. 

Ainsi, chaque jour, il se retrouve sur ses allées notamment pour donner des cours.

Jérôme Blais

S’il n’a toujours pas participé à un tournoi cette saison, Blais veut profiter de cet avantage, et de son expérience de jeu, pour viser le sommet.

« J’ai fait beaucoup d’enseignement depuis l’ouverture de la saison. J’ai repoussé plusieurs groupes qui étaient programmés le printemps dernier, alors je n’ai pas eu l’occasion de me pratiquer autant que je voulais pour un tournoi. Il y a eu quelques tournois du East-Coast, quelques tournois de Golf Québec. Moi, j’ai concentré mes efforts sur des revenus un peu plus sûrs ! », a dit Jérôme Blais.

« Ce sera probablement le seul tournoi auquel je vais participer cet été. Il y a des chances que je fasse le championnat des pros, plus tard dans l’été, également. »

« La connaissance du terrain va m’aider, certainement ! Le parcours est excellent, la vitesse des verts est belle. Ça fait plusieurs groupes que j’accompagne et je les aide à lire les verts. Alors ça peut être un avantage. »

« Mes attentes sont en fonction du contexte et elles sont en conséquence. Pour maintenir une qualité de jeu, pendant trois jours, pour gagner et performer, il faut mettre beaucoup d’heures d’entraînement et de pratique. Je frappe bien la balle, mon jeu est bien, mais je n’ai pas le volume d’entraînement. Je n’ai pas trop d’attentes, je vais prendre ça un coup à la fois. Quand tu es en mode tournoi, semaine après semaine, la concentration, la précision, et la confiance, ça devient plus facile. Là, je n’ai pas beaucoup de références en ronde de compétition. Je vais espérer que mon expérience de compétiteur va refaire surface au bon moment ! »

Jérôme Blais amorcera son tournoi lundi à 10 h 10, alors que Marc-Étienne Bussières sera sur le tertre de départ à compter de 10 h 40.

Notons également la présence de Noémie Paré de Victoriaville, Valérie Tanguay, Benjamin Chassé (Milby), David Lamontagne (Milby), Scott Loach (Milby), Connor Lyon (Milby), Sébastien Robert (Lonchamp) et Shawn Robillard (Milby).

Yohann Benson est le champion en titre.