André Bolduc a donné un coup de main aux receveurs de passes des Alouettes la saison dernière, dont Samuel Giguère, qu'il a dirigé aussi avec le Vert & Or de l'Université de Sherbrooke.

Bolduc veut travailler avec Chapdelaine

André Bolduc ne sait toujours pas s'il pourra poursuivre son association avec les Alouettes, mais la nomination de Kavis Reed à titre de directeur général de l'équipe, de même que la confirmation de Jacques Chapdelaine comme entraîneur-chef, lui laissent croire qu'il a toujours sa place à Montréal.
L'ancien entraîneur-chef du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke occupait la fonction d'adjoint au coordonnateur des unités spéciales en 2016, qui était alors nul autre que Kavis Reed. Il a aussi donné un coup de pouce au sein de la brigade offensive menée par Chapdelaine, lors des six derniers matchs de l'équipe, plus précisément avec les receveurs de passes, alors que le Sherbrookois dirigeait aussi la formation.
Sans confirmer que les astres étaient alignés pour que non seulement il revienne avec l'équipe, mais qu'il puisse voir son rôle être bonifié, Bolduc entrevoit l'avenir avec optimisme.
Son présent contrat avec les Alouettes vient à échéance le 31 décembre.
« Ça augure bien, c'est le scénario que je souhaitais, surtout pour l'équipe. C'est dommage, le départ de Mark Weightman, mais l'arrivée de Patrick Boivin, c'est gros. J'ai déjà travaillé avec lui, alors qu'il était à Concordia. Il voulait savoir si j'étais intéressé au poste d'entraîneur-chef, puisque je suis un ancien de l'université; je ne l'étais pas, mais je leur ai donné un coup de pouce qui a mené à la nomination de Mickey Donovan à la barre de l'équipe. On est resté en contact », a indiqué Bolduc, qui a assisté au point de presse des Alouettes, mercredi.
Pour lui, la nomination de Reed et de Chapdelaine était l'évidence même.
« On a maintenant un trio qui a vu les problèmes vécus par l'équipe, qui les ont identifiés et qui pourront apporter les correctifs nécessaires, que ce soit au niveau des joueurs, du repêchage, de la présence dans la communauté. Il fallait que ça bouge. »
« Kavis est sorti numéro un après les entrevues. C'est un choix logique, les autres candidats ont le droit d'être déçus. Il a joué pro dans la LCF et la NFL, il a une très bonne communication avec les joueurs, il a des contacts partout en Amérique du nord, tout le monde l'appelle pour des conseils et il est très respecté dans le milieu. »
« Quant à Jacques, j'espère bien avoir la chance de travailler avec lui à nouveau sur l'unité offensive, ce que j'ai pu faire en fin de saison. »
« Les gars ont été clairs après la saison, ils voulaient que Jacques soit de retour. Je pense que ça pesé lourd dans la balance; et Kavis était aux premières loges pour constater cet enthousiasme, lui qui était coordonnateur des unités spéciales l'an dernier. Il était donc dans le vestiaire. »
Pour une première fois dans sa carrière d'entraîneur, André Bolduc s'est engagé un agent, Tim Fleiszer (Fleiszer Consulting Inc.) afin de mener ses prochaines négociations avec les Alouettes.