Alex Boisvert-Lacroix a renoué avec la compétition internationale, lors des tranches de Coupes du monde disputées aux Pays-Bas et en Pologne.

Boisvert-Lacroix heureux de renouer avec la compétition

Le Sherbrookois Alex Boisvert-Lacroix a renoué avec la compétition internationale de la Coupe du monde, en Europe, après avoir manqué les deux premières tranches disputées en Asie.

Le Sherbrookois, qui a terminé 11e au 500 m lors des Jeux olympiques de Pyeongchang l’hiver dernier, a décidé de replonger dans le bain de la compétition cet automne. Cependant, ce retour ne s’est pas déroulé exactement comme prévu.

L’athlète de 31 ans ne s’est pas qualifié pour les deux premières Coupes du monde. L’épreuve de 500 m des sélections canadiennes s’est faite en une seule course, au lieu de deux, comme dans le passé. Boisvert-Lacroix a terminé quatrième.

« Je suis très content de retrouver le circuit de la Coupe du monde ici en Europe (Pologne et Pays-Bas) après avoir manqué les deux premières Coupes du monde en Asie. Malheureusement, une semaine avant la Pologne, je me suis barré le dos assez sévèrement et ça m’a un peu ralenti en Pologne. Lorsqu’on ne sait pas si son dos va « tenir » sous la force que je vais générer, ce n’est jamais idéal pour foncer dans une course qui se gagne par des centièmes de secondes », a dit le grand patineur.

« Heureusement, mon état de santé s’est amélioré et j’ai pu donner une excellente performance lors du 500 m. J’étais dans le groupe B (Le groupe A regroupe les 20 meilleurs patineurs au classement mais ayant manqué l’Asie, j’étais loin dans les points), Étrangement le groupe B était extrêmement gonflé de patineurs talentueux, avec la présence d’un médaillé d’argent et de bronze de Sochi, un médaillé de bronze de Pyeongchang, et bien d’autres gros noms. Ça ne m’a pas intimidé puisque j’ai raflé les grands honneurs », a dit celui qui a remporté la finale du groupe B avec un chrono de 35,113 s.

Maintenir la flamme

Alex Boisvert-Lacroix a connu sa meilleure saison en carrière de longue piste l’an dernier, avec deux victoires en Coupe du monde, une médaille de bronze, un record personnel au 500 m et le meilleur résultat canadien au 500 m lors des derniers Jeux olympiques.

« Une fois qu’on touche au podium international pendant deux ou trois saisons, après, on n’a plus de plaisir à finir 30e. L’objectif en ce moment, c’est d’aller chercher ma préqualification pour les Championnats du monde. Ce sera possible si j’obtiens un temps rapide et en étant dans les deux Canadiens les plus rapides à ces Coupes du monde en Europe. »

« Je reviens au Québec pour une semaine pour fêter Noël et le 26 décembre, je reprends la route de Calgary pour tenter de me qualifier pour le Championnat du monde. Cette victoire en Pologne était exactement la course qu’il me fallait pour me redonner pleinement confiance et m’assurer d’avoir retrouvé mes repères de sprinteur international! »

« Oh et le meilleur dans tout ça, c’est que pour la première fois dans ma carrière, à moins de 20 minutes avant ma course, j’ai réalisé que j’avais oublié mon « skin suit » à l’hôtel! J’ai eu des sueurs froides, mais heureusement un collègue avait un deuxième skin à me prêter! »

Les Championnats du monde se dérouleront à Inzell, en Allemagne, en février prochain. Avec Sportcom