Jean Arel, François Fouquet et Paul Deshaies, président du comité du Mérite sportif de l’Estrie, ont présenté le Victor spécial à Bertrand Beaulieu dans le cadre d’un 5 à 7, mercredi.

Bertrand Beaulieu enfin honoré

Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Le Comité des Sages l’a prouvé mercredi soir, en offrant le Victor spécial à Bertrand Beaulieu, qui sera honoré lors du 39e gala du Mérite sportif de l’Estrie, mercredi soir prochain.

« Il est le père des Jeux du Québec en Estrie. Il a toujours été en arrière-plan. Jamais en avant! » a souligné le président du comité organisateur du Mérite sportif de l’Estrie, Jean Arel.

« Imaginez, ce sera notre 39e édition, poursuit M. Arel. Mais aujourd’hui, le Comité des Sages a réparé ce qui aurait pu être un oubli dans l’histoire du sport amateur estrien. C’eut été une bien grave erreur de passer sous silence, ou d’oublier partiellement, ce que Bertrand Beaulieu a fait pour le développement du sport amateur en Estrie. Il aura 90 ans dans trois mois. Il a travaillé pendant 35 ans dans le domaine! »

Natif de Rivière-du-Loup, Bertrand Beaulieu a encore toute sa mémoire.

« Mais nous, on a manqué de mémoire pour ne pas l’avoir honoré avant. Il n’est jamais trop tard pour bien faire et nous allons l’honorer mercredi prochain lors du 39e Mérite sportif de l’Estrie! » note Jean Arel. 

Bertrand Beaulieu a été derrière les premiers Jeux régionaux qui célébreront leur 50e anniversaire.

« Même quand il s’est impliqué dans le monde du soccer, il était le seul Québécois de souche. Il était entouré de Français ou d’Italiens. Bertrand Beaulieu a participé à l’organisation du soccer en Estrie en plus d’être un témoin de l’évolution du sport en région! » note encore Jean Arel. 

« Il a été un bâtisseur, mais il était aussi un athlète, poursuit-il. Bertrand Beaulieu a participé trois fois au Marathon de Montréal et fera son entrée au Temple de la renommée du sport amateur de l’Estrie, mercredi. Tout cela en plus d’être bénévole pour les Paniers de l’espoir de la Fondation Rock-Guertin et pour Caritas. Il est Monsieur Bénévolat en Estrie. Donc avec un peu de retard, le Comité des Sages est fier de vous honorer aujourd’hui. »

« J’accepte cet honneur avec humilité, répond M. Beaulieu. Je n’ai jamais fait tout cela pour les médailles. Je l’ai fait pour le sport et les jeunes! J’ai un parcours de vie mouvementé. Je viens de Rivière-du-Loup, la plus belle ville du Québec... après Sherbrooke. J’ai aussi travaillé dans le coin de Montréal, à Mont-Laurier et à Lac-Mégantic. »

Celui qui se cache derrière la mise sur pied et l’élaboration du programme des Jeux du Québec en Estrie admet qu’il ressent toute une fierté lorsqu’il voit les centaines de jeunes Estriens festoyer à chaque cérémonie d’ouverture ou de clôture des Jeux du Québec. 

« Mais le summum est lorsque je vois des athlètes d’ici aux Jeux olympiques. Ces derniers ont pris leur envol aux Jeux du Québec et j’aime croire que j’ai eu mon mot à dire dans leur épanouissement », résume M. Beaulieu.