Le nouveau coordonnateur à l’attaque de l’équipe, Justin Chapdelaine, a confirmé son choix au principal intéressé dimanche dernier.

Baptême de feu pour Anthony Robichaud, nouveau meneur de l’attaque du vert et or

Le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke a fait son choix ; c’est Anthony Robichaud qui amorcera le match inaugural de l’équipe, dimanche à Québec face au Rouge et Or, à la position de quart-arrière.

Le nouveau coordonnateur à l’attaque de l’équipe, Justin Chapdelaine, a confirmé son choix au principal intéressé dimanche dernier, à l’aube de la semaine d’entraînement en vue du premier affrontement de la saison au football universitaire en 2019 pour les Sherbrookois.

« Justin nous a rencontrés, moi et Zach (Cloutier) et il nous a expliqué son choix. Zach est un excellent quart-arrière aussi, alors je crois que l’équipe est en bonne posture », a dit Robichaud.

Robichaud a connu une saison très intéressante en 2018, avec Édouard-Montpetit, au football collégial division 2.

Anthony Robichaud a connu une saison très intéressante en 2018, avec Édouard-Montpetit, au football collégial division 2. Il a cumulé des gains de 2012 verges (3e), avec 22 passes de touché (2e) et seulement six interceptions (3e).

Il a cumulé des gains de 2012 verges (3e), avec 22 passes de touché (2e) et seulement six interceptions (3e).

Quart-arrière de gros gabarit, il s’est imposé par sa capacité d’adaptation pendant le camp du Vert & Or.

Une adaptation qui connaîtra un nouveau chapitre dimanche, à Québec.

« Je suis prêt à commencer la saison, j’ai vraiment hâte. C’est un bon stress qui vient d’embarquer », a-t-il expliqué, vendredi.

Avec Robichaud, le Vert & Or espère stabiliser une position qui a connu plusieurs changements depuis le départ de Jérémi Roch.

« J’ai appris beaucoup depuis mon arrivée avec l’équipe l’hiver dernier. Mais mon acclimatation s’est très bien faite. Oui, au départ tout se déroulait un peu plus rapidement que ce que j’avais connu, mais je me suis rapidement habitué. Au niveau universitaire, chaque détail compte ; j’ai dû entre autres adapter ma ligne de vision à cause du gabarit des joueurs de ligne offensive et défensive. Les gars sont grands et gros! »

« Pour les types de couvertures en défensive, ça se ressemble pas mal ; sauf que la fenêtre d’opportunité pour frapper ta cible est beaucoup plus mince. Aussi, au football à trois essais, il faut minimiser les erreurs. »

La foule imposante et bruyante du Stade Telus à Québec, la longue tradition victorieuse de l’équipe, les caméras de télévision, voilà autant d’éléments qu’Anthony Robichaud devra assimiler, rapidement, dimanche.

« Les vétérans de l’équipe m’aident à me préparer à tout ça, ils sont vraiment très présents. Je ne suis pas un gars stressé de nature, mais c’est un appui apprécié. Des gars comme Christian Sénéchal, Louis-Charles Moisan ou William Flamand, ont été très utiles. »

L’Unité défensive devra se lever

Si le Vert & Or a connu toutes les misères du monde à inscrire des points en 2018, son unité défensive a grandement limité les dégâts à plusieurs reprises. Et avec un jeune quart-arrière aux commandes de l’attaque en 2019, il faudra qu’elle soit encore plus solide.

Le Vert & Or a accordé 228 points en 2018, soit le troisième meilleur total au Québec, derrière le Rouge et Or et les Carabins.

Mais surtout, elle a fini deuxième au chapitre des revirements avec un +3, pas trop loin des Carabins de l’Université de Montréal, à + 7.

Les joueurs de ligne défensive Mickaël Badra et Samuel Piché-Luneau seront les pierres angulaires de cette unité.

« Il n’y a pas eu trop de changements sur notre unité, plusieurs vétérans sont de retour ; on préconise le VIP, notre philosophie (violence, intensité et passion) et c’est dans l’ADN des gars. On veut faire attention aux détails. Les gars sont plus matures dans le système, on le maîtrise davantage, on est là, on n’a qu’à jouer », a dit Badra, qui a participé au dernier Défi Est-Ouest.

« J’ai rarement été prêt comme ça, je m’attends à une très bonne saison personnellement. Piché-Luneau et moi, ça fait huit ans qu’on joue ensemble, et on va ajouter la cerise sur le gâteau en jouant une dernière saison ensemble. On a tellement travaillé fort ensemble, et avec coach (Mathieu) Lecompte. On se voyait chaque jour. »

Pas de doute, Badra devrait obtenir un peu d’attention des bloqueurs à l’attaque des équipes adverses.

« Ça fait deux ans que c’est comme ça et les gars des autres équipes me le confirment. On est très bien préparés, notre coffre à outils a plusieurs atouts, on va cacher des stratégies, je ne peux pas être plus prêt pour affronter une double couverture. Justement, j’ai eu de la misère contre Laval les dernières années à ce niveau-là. Coach (Guillaume) Boucher a bien fait les choses pour m’adapter. »

L’ajout des recrues Dylan Côté et Emeric Hamelin, entre autres, stimule Badra au plus haut point.

« Ces gars-là sont affamés, ce sont deux gars intenses qui vont avoir un impact direct. Ils ont connu un énorme camp. J’ai travaillé avec eux assez tôt cet été, et ils étaient présents, très présents. Ils se sont collés à nous, ils nous ressemblent beaucoup. Ils auraient pu jouer partout, ces deux gars-là, mais ils ont choisi Sherbrooke, parce qu’ils savent que ça bouge ici. »

« On veut réinstaurer la crainte du Vert & Or, juste de remettre la couleur verte sur la mappe. Le focus c’est ça. On a toujours été comme ça ; je reviens du Défi Est-Ouest et les gars m’ont confirmé que c’est dur jouer contre Sherbrooke. Mais ça ne doit pas être seulement un match physique, mais un meilleur match tout court. On a tout ce qu’il faut pour réussir. Là, c’est le temps de laisser notre marque cette année. »