Jocelyn Thibault et les membres du personnel du Phoenix ont accueilli les recrues et les vétérans à l’occasion de l’ouverture du camp de sélection mercredi au Palais des sports.

Aux jeunes à prendre le flambeau

Le Phoenix affichera un tout nouveau visage avec le départ du tiers des membres de la formation, dont la majorité des leaders. À l’ouverture du camp de sélection du club sherbrookois mercredi, le directeur général Jocelyn Thibault espère voir les jeunes vétérans brandir le flambeau bien haut à leur tour.

« L’an dernier, on avait un beau noyau de vétérans qui ont élevé le niveau d’un cran, confie Thibault. On souhaite maintenant que les plus jeunes reprennent le flambeau et profitent de ce que les vétérans ont légué aux plus jeunes. On a un groupe de joueurs qui arrivent à leur troisième année dans le circuit et on comptera sur de jeunes vétérans de deuxième année. Ce sont de bonnes personnes qui adoptent une belle attitude et qui sauront nous amener encore plus loin. »

Avec le départ attendu des joueurs de 20 ans Hugo Roy, Nicolas Poulin et Mathieu Olivier, celui des Européens Marek Zachar et Yaroslav Alexeyev ainsi que la participation aux camps professionnels de Thomas Grégoire et Luke Green, dont le retour est peu probable, le DG sherbrookois se devait d’ajouter des munitions. Un gardien de 20 ans devra aussi certainement plier bagage : Reilly Pickard ou Brendan Cregan.

Alex-Olivier Voyer et Édouard St-Laurent arrivent en renfort et auront un grand rôle à jouer, sans parler des recrues Patrick Guay, de l’Allemand Taro Jentzsch et du Slovaque Oliver Okuliar.

« On vivra une année de transition, mais aussi de continuité parce que ça fait deux ans que la direction travaille sur le changement de mentalité, l’attitude et le caractère, indique Thibault. On veut des joueurs avec de la hargne, qui travaillent et qui patinent vite. On compte sur de nombreux nouveaux joueurs avec la venue de deux Européens, de nouveaux vétérans et de nombreuses recrues. On a perdu des joueurs très importants. Il y a aussi le volet chimie qui est essentiel. »

Beaucoup de candidats, peu d’élus

Malgré les nombreux départs, peu de sièges sont disponibles dans le vestiaire des Sherbrookois. 

« On s’attend à un camp très compétitif. On a beaucoup de profondeur et il y aura de bons combats à toutes les positions. Les joueurs ont beaucoup progressé et j’ai hâte que ça commence. »

En effet, l’exercice sera intéressant pour Thibault, qui aura le défi imposant de placer les dernières pièces du casse-tête au bon endroit. « Ce qui rend la chose excitante, c’est que j’ai de la difficulté à dresser le portrait de notre futur alignement. Plusieurs très bons joueurs sont sur la limite de faire l’équipe, donc ce sera intéressant de voir ce qui se passera dans les prochains jours. On aura tout un casse-tête. Des décisions importantes devront être prises. On s’attend certainement à un surplus de joueurs. Il y a des évidences, mais on a beaucoup de questionnements sur certains joueurs. »

Il ne serait pas étonnant d’ailleurs de voir des joueurs d’expérience céder leur place à des plus jeunes au grand potentiel, puisque l’équipe n’est pas encore arrivée à maturité, mais s’y approche tout de même rapidement. 

« On doit penser aux prochaines saisons aussi. Pas seulement à cette année », confie Jocelyn Thibault.