Une autre saison difficile pour le Rocket de Coaticook.

Autre saison difficile pour le Rocket

Son équipe étant officiellement exclue des séries éliminatoires, l’entraîneur-chef du Rocket South Shore de Coaticook, Mike Goyette, est déçu d’avoir raté l’objectif que l’équipe s’était fixé en tout début de saison.

L’équipe coaticookoise, qui en est à sa cinquième saison d’existence, a fini la saison avec une fiche peu reluisante de 10 victoires contre 32 défaites. Le Rocket a conséquemment manqué l’objectif visé en début de saison par les dirigeants, de participer aux séries éliminatoires, par deux parties.

« C’est une saison décevante, tout à fait », avoue Goyette d’entrée de jeu. « On se voyait finir la saison entre 15 et 20 victoires et faire les séries éliminatoires, c’était nos objectifs. On a perdu une dizaine de parties par un point qui aurait pu aller d’un bord comme de l’autre et possiblement nous faire accéder aux séries. »

Le Rocket a manqué de constance au bâton ainsi qu’au monticule, devenant cependant une équipe plus compétitive en deuxième moitié de saison après s’être mesuré aux équipes dominantes de la ligue.

« On a manqué de profondeur sur la butte et au bâton, ça nous a fait mal. C’est sûr qu’on a commis des erreurs en défensive, mais dans une ligue où les scores sont élevés, on se doit de marquer plus de trois points par match en moyenne. On a été combattifs dans la grande majorité de nos parties et on a eu une deuxième moitié de saison potable, plus acceptable. Malheureusement, le mal était fait », résume l’entraîneur-chef, dont l’équipe a fini sa saison sur une lancée de 4 victoires contre 6 défaites.

Hommage à Karl Gosselin

Mike Goyette a profité du dernier match de la saison pour rendre un bel hommage au joueur d’arrêt-court de 22 ans Karl Gosselin, l’un des piliers de l’organisation depuis sa conception, à son dernier match dans la Ligue junior élite.

« Ça a été une soirée émotive, c’était un scénario digne d’Hollywood », se rappelle son entraîneur. « Lors de l’introduction officielle des joueurs en début de match, tous les gars sont arrêtés à l’arrêt-court pour attendre Karl, qui a été présenté en dernier. »

« Étant donné que Karl était lanceur quand il s’est amené avec nous il y a cinq ans, je lui ai donné la dernière manche de la partie au monticule. Il est sorti sous les applaudissements de la foule, c’était un beau moment qu’il a savouré », poursuit Goyette, choyé d’avoir pu compter sur un jeune aussi dévoué et apprécié.

Mike Goyette a aussi tenu à souligner les bonnes performances de son quatrième frappeur Jacob Laverrière-Ménard, qui a maintenu une excellente moyenne au bâton de .331 tout en produisant 29 points, ainsi que celle du lanceur recrue Charles Plourde.

« Jacob nous a donné ce à quoi on s’attendait. Il a produit au niveau des points et de la moyenne, sa saison a été très bonne dans les circonstances. Charles Plourde nous a surpris sur la butte, il a constamment lancé des prises sans avoir le bras le plus puissant. Il s’est rapidement adapté à la ligue et a acquis beaucoup d’expérience cette année », affirme l’homme de baseball.

L’avenir est cependant prometteur pour le Rocket South Shore, qui détient une multitude de choix en vue des repêchages de cet été et qui a vu ses jeunes joueurs gagner beaucoup d’expérience au fil de l’été.

« On a beaucoup de choix pour le repêchage universel, dont les trois premiers de l’encan. On a plusieurs questions à se poser quant aux 14 joueurs qu’on veut mettre sur notre liste de protection. »

« Le repêchage des joueurs de 17 ans se fera à l’hiver aussi cette année, ce qui nous permettra d’observer les jeunes plus longtemps avant de faire nos choix. On va avoir de longues discussions cet été, le président Alain Routhier, le directeur général Éric Poulin et moi », explique Goyette.

M. Routhier a d’ailleurs fait une sortie publique en début de semaine pour estomper les rumeurs comme quoi son équipe pourrait déménager à Drummondville dans les prochaines années.

Quant à Mike Goyette, il laisse entendre qu’il souhaite être de retour à la barre du Rocket pour la saison 2019, une décision qui revient ultimement à ses supérieurs. « Je vais écouter ce qu’on a à me dire et je vais réfléchir à tout cela. Je ne prends jamais de décision rapidement après une saison, on est fatigué quand ça se finit. On va prendre le temps de décanter et on passera aux autres étapes par la suite. »