Aurélien Tortet a courageusement défié les éléments pour remporter le Marathon de Magog.

Aurélien Tortet gagne le marathon de Magog

Ça prenait une bonne dose de motivation, de détermination et de courage pour prendre le départ du Marathon de Magog dimanche. Le froid, la pluie, quelques flocons de neige, le vent à certains endroits plus élevés sur le trajet, tout y était pour donner du fil à retordre aux participants sur un parcours déjà étiqueté comme très exigeant. Dans ces conditions, il n’était pas étonnant de voir Aurélien Tortet, vainqueur du 42,2 km, manifester sa joie d’en avoir fini avec le parcours.

Preuve que les conditions atmosphériques ont représenté un facteur déterminant du marathon, Tortet, originaire de la France, a franchi la ligne d’arrivée en 2 h 57 m 57 s, comparativement à 2 h 39 m 51 s pour Samuel Trudel qui avait triomphé en 2017. Champion des éditions 2015, 2016 et 2017, Trudel, natif de Magog, brillait par son absence cette année. Le triple champion du Marathon de Magog est à l’extérieur du pays pour participer à une autre compétition.

Pour en revenir au nouveau champion, celui-ci a soutenu avoir laissé toutes ses énergies sur le parcours. « Je suis vidé, s’est-il exclamé. Le parcours ne pardonne pas avec autant de côtes. Comme si ce n’était pas suffisant, une météo maussade est venue mettre son grain de sel. Je me sentais quand même bien sur la première boucle de 21,1 km, mais sur la seconde, ce fut plus ardu. En plus, j’étais isolé car je ne voyais pas mes plus sérieux poursuivants. La bataille mentale pour rester motivé et concentré s’est avérée un obstacle supplémentaire. Heureusement, je pouvais discuter avec l’ouvreur de piste. »

Conscient qu’il ne serait pas rejoint, Tortet, qui a terminé avec plus de 16 minutes d’avance sur Mathieu Plante, a ralenti la cadence en fin de parcours. Je commençais à sentir mes jambes inconfortables à cause du froid. Je me suis permis de ralentir. Je crois sincèrement que j’aurais pu finir avec une dizaine de minutes de moins au chronomètre, mais la prudence s’imposait à la fin », a commenté Tortet qui est établi à Magog depuis quatre mois seulement.

Au début du mois de septembre, Tortet avait été le plus rapide sur 30 km au Défi des collines de Sainte-Catherine de Hatley. En voilà un qui doit commencer à apprécier sa nouvelle région d’adoption.

Chez les femmes, le temps le plus rapide appartient à Marie-Line Poirier et s’établit à 3 h 52 m 22 s.

Bénévoles

Organisateur de l’événement, Patrick Mahony applaudissait l’acharnement des coureurs et coureuses des différentes épreuves. « Ça prenait une volonté de fer pour se présenter au départ avec le sourire aux lèvres et c’est ce que j’ai constaté. Tous les départs ont été faits sous le signe de la bonne humeur. On a pris soin d’eux à l’arrivée. Ils avaient froid. Il fallait s’assurer de les prendre rapidement en charge pour les réchauffer. C’est le genre de course que tu racontes à tes petits-enfants plus tard », a exprimé Mahony qui a accueilli un peu moins de 1200 coureurs et coureuses.

Celui-ci a aussi rendu hommage à son équipe de bénévoles. « Eux, ils étaient plantés debout. Ce n’était pas facile. Je les remercie pour leur fidélité. Ils ont eu une bonne journée au bureau », fait valoir Mahony.

Autres gagnants

Les autres gagnants de la journée sont Alex Lord et Kim Baillargeon sur 5 km, Ted Lowther et Marie-Elisabeth Bouchard sur 10 km, Guillaume Gary et Hélène Meunier-Asselin sur 21,1 km, ainsi que Maryon Sirois-Dompierre et Jake Bouvier chez les enfants de moins de 12 ans qui ont couru 1 km.