Taro Jentzsch et Oliver Okuliar se plaisent bien à Sherbrooke et semblent s’être bien intégrés à leur nouvelle formation.

Au Canada pour attirer l’attention

Si Oliver Okuliar et Taro Jentzsch ont décidé de quitter l’Europe, leur famille et leurs amis, ce n’est que pour une seule raison : attirer l’attention des recruteurs de la LNH.

Les deux nouveaux joueurs européens du Phœnix de Sherbrooke ont laissé derrière eux leur vie en  Slovaquie  et en Allemagne afin de poursuivre leur développement à des milliers de kilomètres de la maison.

Pas parce qu’il n’y a pas de bonnes ligues de hockey dans leur région. Bien au contraire. Mais simplement parce qu’il n’y a pas autant de recruteurs professionnels par chez eux. 

« Je jouais avec des joueurs plus vieux en  Slovaquie  : ils sont très bons, mais en jouant dans la LHJMQ, je profite d’une bien meilleure visibilité, admet Oliver Okuliar. Tous les jeunes joueurs de hockey rêvent à la LNH. Moi aussi! Ce serait mon rêve de jouer chez les professionnels, que ce soit ici ou dans la KHL. »

« Je connais quelques joueurs de la Ligue de l’Ontario et on ne m’a dit que de bons mots sur le calibre junior majeur au Canada, souligne l’Allemand Taro Jentzsch. Pour ma part, je trouve que les joueurs sont plus rapides ici. Je ne sais pas si c’est à cause de la surface de jeu qui est plus petite, mais j’ai dû m’adapter au rythme de jeu lors du camp d’entraînement du Phœnix. »

Le style de jeu nord-américain

Bien sûr, tout est différent pour Okuliar et Jentzsch. 

« Je dois apprendre l’anglais rapidement. Je suis capable de bien comprendre et de me faire comprendre, mais c’est une barrière importante. C’est la chose que je trouve le plus difficile. Sinon, ce n’est pas la première fois que je m’éloigne de ma famille pour jouer au hockey, donc ça va de ce côté », souligne le Tchèque, Oliver Okuliar. 

« J’ai trouvé le camp difficile, avance l’Allemand. Mais j’ai appris beaucoup en peu de temps et je veux être prêt pour le début de la saison afin d’aider notre jeune équipe à faire les séries et à atteindre ses buts. » 

« Taro a un excellent sens du hockey, estime l’entraîneur Stéphane Julien. Il est bien positionné défensivement. Il devra s’adapter à la petite surface. Je sais ce que c’est, je l’ai vécu en Allemagne. Offensivement, il peut s’améliorer en prenant entre autres plus de force et plus de poids. Nos deux Européens devront prendre de l’expérience rapidement, parce que la saison commence dans une semaine. J’aime leur attitude et leur comportement. Ça augure bien. »

Les attentes semblent plus grandes du côté du Slovaque.

« Oliver a eu un très bon début de camp et par la suite, ce fut plus difficile un peu, poursuit le pilote du Phœnix. L’effort est là. Après les deux premières semaines, les équipes présentaient un alignement plus complet et Oliver doit s’habituer au style de jeu en bougeant un peu plus ses pieds. Il est habitué aux grandes glaces. Il a un bon lancer. Il a obtenu sa part de points durant le camp et je lui trouverai certainement un rôle qui lui convient au sein de l’équipe. »