L'entraîneur-chef des équipes masculine et féminine de l'Université de Sherbrooke Richard Crevier est parti mardi avec un premier contingent d'athlètes en direction d'Edmonton, où se déroule le Championnat canadien universitaire SIC d'athlétisme qui commençait jeudi.

Athlétisme : les gars montrent les dents, les filles cherchent la stabilité

L'athlétisme universitaire ne fait pas différent des autres disciplines sportives; c'est une question de cycle. À ce titre, l'équipe masculine d'athlétisme du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke arrive au sommet de son cycle; classée troisième au pays, elle a un podium en tête. L'équipe féminine, elle, est davantage à la phase reconstruction. Classée 12e au pays, elle veut bâtir sur ses acquis.
Un premier contingent d'athlètes et d'entraîneurs s'est embarqué à destination d'Edmonton, hier matin, où se déroulera le Championnat canadien universitaire SIC d'athlétisme à compter de demain.
Et pour l'entraîneur-chef des deux formations, Richard Crevier, les objectifs du début de saison sont respectés.
«Nous voulions faire un top 5 chez les gars et un top 10 chez les filles. Jusqu'à présent, ça se présente bien, puisque nous sommes 3es et 12es à l'issue du championnat provincial. À Edmonton, on veut maintenir le cap.»
Vieux routier, Richard Crevier sait d'expérience que la saison régulière ne veut plus rien dire lorsque vient le temps de participer à la grande danse nationale.
Chez les garçons, il faudra surveiller Harold Vulgaire, qui est en position de médaille. «Il a des chances au 60 m, au 300 m et au relais 4X200m. C'est un maillon important de l'équipe. Nous comptons aussi sur Yann Thibaudier, qui est présentement classé 3e au pentathlon.»
D'autre part, la recrue Mathieu Sturkenboom en a épaté plus d'un à sa première saison; il a été nommé recrue de l'année au Québec et il est en nomination pour recevoir le même titre au niveau canadien.
«Il est présentement classé premier au Canada à l'épreuve de 600 m. Tout est nouveau pour lui, il a quitté le foyer familial, il doit apprendre à gérer le sport de haut niveau et les études, ça fait beaucoup en même temps. On tente de l'encadrer le mieux possible afin que ces succès rapides n'affectent pas sa concentration», a analysé M. Crevier.
Simon Léveillé, au 60 m haies, qui a effectué sa meilleure course à vie récemment, ainsi que Gabriel Slythe-Léveillé, le fils des olympiens Christine Slythe et Pierre Léveillé, participants aux Jeux olympiques de Los Angeles en 1984 en athlétisme, sera à surveiller aux haies et aux relais (4X200 et 4X400).
«Sans oublier nos deux gros joueurs, Alexandre Gagné et Marc-Antoine Lafrenaye-Dugas. Ce dernier est 1er au Canada au lancer du marteau avec 19,60 m et il voudra défendre son titre. Il devra se méfier d'Éric Brathwaite, de York, un vétéran qui est tout près derrière (19,57 m cette saison. Quant à Alex, il est classé 7e; s'il peut améliorer son rang un peu, cela va nous valoir de précieux points.»
L'Université York et l'Université Guelph dominent le classement avec 90.5 points, le Vert & Or suit avec 64.5 points, suivi de Windsor à 62 points. L'Université Laval est l'autre université québécoise dans le top 10, installée au 10e rang avec 30 points.
Marie-Ève Jacques à toutes les sauces
La Sherbrookoise Marie-Ève Jacques a été nommée meilleure joueuse de soccer universitaire au pays, l'automne dernier.
Elle fait un retour au Championnat canadien, cette fois en athlétisme.
«Elle revient en quelque sorte à ses amours, elle qui a déjà fait de la compétition avec le Club d'athlétisme de Sherbrooke (CAS). Elle s'est qualifiée pour le 600 m. Dans son cas, une finale serait un très bon résultat, car le peloton est très relevé.»
«Pour l'ensemble du groupe, ce sera un peu plus ardu sur le plan individuel; Eloïse Rheault est classée 6e au saut en longueur, Frédérique Djoussou-Lorng est dans le peloton au triple saut et pourrait faire une finale au 60m. Notre équipe est en reconstruction. Allez chercher de l'expérience est aussi un objectif.»