Janick Asselin

Asselin jouera en division 1 de la NCAA

Tout tourne pour le mieux pour le petit attaquant Janick Asselin, des Cougars du Collège Champlain, qui vient de s'entendre avec les Golden Knights de Clarkson University, une formation qui évolue dans la puissante division 1 au hockey universitaire de la NCAA.
La nouvelle a circulé mercredi, mais Asselin avait reçu une offre lundi à laquelle il a répondu mardi, réalisant ainsi son grand rêve d'aboutir dans la division 1 de la puissante NCAA. Peu de joueurs au Québec y arrivent. Chez les Cougars, il faut remonter au milieu des années 2000, juste avant que les Cougars alignent deux années de championnat en 2007 et 2008, pour trouver les derniers joueurs qui ont eu droit à une telle invitation, soit le défenseur Martin Nolet et l'attaquant Michael Lecompte.
« Rien n'est encore signé, mais puisque la nouvelle a été annoncée et que nous avons une entente verbale, j'imagine qu'elle est officielle, confirmait Janick Asselin hier au cours d'un entretien téléphonique. Il me reste juste à faire les 3 heures et demie de route pour aller signer l'entente. C'est un moment que j'attendais depuis longtemps. »
Ça fait déjà deux ans que le petit attaquant de la région de Coaticook discute avec les entraîneurs de Clarkson. Mais les pourparlers se sont accentués depuis le tournoi de la Central Canada Cup présenté à Terrebonne à la fin décembre. Capitaine de l'une des deux formations d'étoiles de la LHJAAAQ, l'équipe d'Asselin a remporté le tournoi et le petit capitaine a su se faire remarquer. « À partir de là, j'ai reçu des appels de quelques universités. »
Les entraîneurs de Clarkson ont effectué une dernière visite à Sherbrooke dimanche dernier et le tout s'est conclu dans les heures suivantes. « Après notre match dimanche, l'entraîneur m'a dit qu'il ne doutait pas de mon talent, mais il voulait voir comment je réagissais aux contacts. Malheureusement, il n'a rien vu parce que nous avons dominé 9-1 et qu'il y a eu peu de contacts physiques dans cette rencontre, raconte Asselin. Après la rencontre, il m'a dit que ce n'était pas très grave parce que même si j'étais petit, je jouais comme un gros et que c'était vraiment à mon avantage. »
L'entraîneur Casey Jones s'est donc tourné vers d'autres entraîneurs qui ont bien connu Asselin, dont Judes Vallée, du Phoenix de Sherbrooke, qui n'a pas manqué de lui vanter les qualités de joueur de centre qui fait à peine 5'6'', mais qui sait sortir régulièrement des coins de patinoire avec la rondelle.
Asselin n'était pas en mesure de dévoiler le montant de la bourse qu'il recevra pour étudier à Clarkson University, à Potsdam, dans l'état de New York (au sud-ouest de Cornwall). « Mais une bonne partie de mes études sera payée. » Asselin devra donc réfléchir à son programme académique. Je sais qu'on y offre des études préparatoires en droit, mais je devrai vérifier si ce qu'on y étudie est reconnu au Québec. Sinon, l'université offre d'excellents programmes en administration et en sciences politiques. »
Il y a longtemps que Janick Asselin rêvait à cette éventualité. Et c'est un peu aussi ce qui le retenait face aux Phoenix de Sherbrooke. En passant plus de 48 heures avec une formation de la LHJMQ, il aurait perdu son admissibilité à jouer dans la NCAA. « Aujourd'hui, je peux dire que ce fut une bonne décision, mais à l'époque je ne le savais pas vraiment ce qui était le mieux pour moi. »
Chose certaine, il se dit heureux que toute cette question soit réglée avant les séries éliminatoires dans la LHJAAAQ. « Ça me stressait un peu parce que je savais que c'était ma dernière chance cette année. Maintenant, on pourra se concentrer entièrement aux séries. On a une coupe à aller chercher et j'espère qu'on y arrivera à ma dernière saison junior. »