L’entraîneur du Phoenix Stéphane Julien attend de ses joueurs qu’ils élèvent leur jeu d’un cran lors de la troisième partie de la série qui les oppose au Titan d’Acadie-Bathurst.

Arrêter de regarder jouer le Titan

Pour la première fois de sa courte histoire, le Phœnix de Sherbrooke jouera un match de deuxième tour éliminatoire à domicile, mardi, pour le troisième match dans sa série face au Titan d’Acadie-Bathurst. En retard 0-2, les joueurs du Phœnix auront besoin de toute l’aide possible de leurs partisans.

D’abord, les mauvaises nouvelles. Le défenseur Luke Green est blessé au bas du corps, et il sera absent pour les deux matchs à domicile de mardi et mercredi. La date de son retour est indéterminée.

Quant à l’attaquant Mathieu Olivier, blessé lors du deuxième match à Bathurst, son cas sera réévalué avant la rencontre de mardi soir.

Après une victoire émotive lors du septième et dernier match face aux Huskies à Rouyn-Noranda, le Phœnix n’a pas du tout démontré la même détermination lors de l’amorce de la série, dans les Maritimes, lui qui a subi deux échecs de 5-1.

Dans l’adversité, les joueurs du Phœnix devront se regrouper et revenir à ce qu’ils ont fait de bien depuis les Fêtes, martèle l’entraîneur-chef Stéphane Julien.

« Il faut mieux jouer, c’est tout. Je n’ai pas aimé du tout notre premier match là-bas; ce fut notre pire depuis plus d’un mois. Et qu’on ne me parle pas de fatigue ou des nombreux kilomètres parcourus pour disputer les matchs. On a manqué d’engagement, point. »

« Le deuxième match fut beaucoup plus positif dans l’ensemble, et le score final n’explique pas le résultat. On a travaillé. Donc, depuis qu’on est revenus à Sherbrooke, les gars savent qu’on est capable de jouer contre le Titan. Mais pour ce faire, il faut arrêter de faire des erreurs. »

« Contre une équipe aussi forte que le Titan, tu ne peux te permettre aucun répit. Par exemple, lors de la deuxième période du deuxième match, on a rien donné du tout. Tout à coup, un petit revirement en zone défensive et ils marquent. Il faut arrêter ça », a analysé Stéphane Julien.

Si ce dernier a sous la main une bande de joueurs qui, pour la plupart, n’avait pas connu, ou très peu, la frénésie des séries de la LHJMQ ou celle d’un septième match, le constat est le même au deuxième tour.

Le Phœnix s’en rend compte, le défi est autre.

Le Titan n’a pas terminé au deuxième rang du classement général de la LHJMQ pour rien. Et il l’a prouvé lors des deux premières rencontres.

« Ce que j’ai dit aux gars, c’est qu’ils ont tout fait pour faire écarquiller les yeux de bien du monde en première ronde. On a attiré le regard des amateurs, des recruteurs, des autres équipes. Il faut maintenir l’intérêt et pour ça, il faut monter notre jeu d’un cran. »

En jouant à domicile, Stéphane Julien aura le dernier mot pour les changements de trio. Une situation dont son vis-à-vis a tiré avantage, notamment lors du deuxième match au cours duquel le quatrième trio du Phœnix fut sur la glace pour deux filets.

Et le duel de gardiens que l’on attendait entre les deux portiers qui ont été échangés l’un contre l’autre en janvier ne s’est pas matérialisé. Du moins pour l’instant.

Reilly Picard a amorcé les deux matchs, mais il a été remplacé chaque fois par Brendan Creegan. Quant à Evan Fitzpatrick, il a bloqué 57 des 59 lancers dirigés vers lui.

« Oui Evan a bien fait, mais il faudra être opportunistes. En avance 1-0 lors du premier match, on a raté des filets ouverts trois fois par la suite », a dit coach Julien.

« Ce n’est pas le temps de tout changer. Contre Rouyn, outre des ajustements mineurs, on a gardé la même recette qui a fait notre succès en fin de saison. On a misé sur notre rapidité, on a travaillé fort. C’est comme ça qu’on va revenir dans la série. Il faut compétitionner plus fort, être plus engagés et monter notre niveau de jeu. L’énergie de la foule va nous aider. » Stéphane Julien a indiqué que Nathaël Roy avait été rappelé et qu’il serait disponible pour le match de mardi.

Reilly Pickard obtiendra le départ pour le Phœnix.

Le match commence à 19 h