Complexe L'Évasion

Arrestation d'un joueur des Tigres : un manque de jugement, estime Courteau

SHERBROOKE — À la suite de l’arrestation pour conduite avec les facultés affaiblies d’un joueur d’âge mineur des Tigres de Victoriaville, la LHJMQ a réagi vendredi en estimant que l’organisation avait « manqué de jugement et d’encadrement en n’établissant pas des balises claires et strictes à ses joueurs ».

Rappelons que le joueur des Tigres âgé de 17 ans a été retrouvé assoupi au volant d’une voiture lorsque les policiers l’ont interpellé pour ensuite estimer qu’il se trouvait en état d’ébriété, tel que rapporté par Radio-Canada et confirmé par le président des Tigres, Charles Pellerin.

Afin de récompenser les joueurs pour une victoire de 2-0 contre l’Océanic à Rimouski le samedi 12 janvier dernier en après-midi, la direction des Tigres aurait remis 500$ à ses joueurs. À leur retour à Victoriaville, les joueurs se seraient rendus au Complexe Évasion vers 23 h. L’entraîneur Louis Robitaille aurait fait un saut à cet endroit avant de saluer ses joueurs et quitter les lieux.

À 3 h du matin, le membre des Tigres aurait échoué à l’alcooltest en bordure de la route 116 à Victoriaville.

« Bien qu’il s’agisse d’une équipe bien intentionnée qui a voulu récompenser ses joueurs, nous sommes d’avis que l’organisation a fait preuve d’un manque de jugement et d’encadrement en n’établissant pas des balises claires et strictes à ses joueurs. Nous croyons fermement qu’il est primordial que les membres du personnel des équipes redoublent de prudence dans de telles circonstances », a laissé savoir le Bureau du Commissaire, présidé par Gilles Courteau.

Or, ce dernier refuse de jeter tout le blâme sur l’équipe.

« Il s’agit également d’une mauvaise décision prise par ce jeune homme. L’équipe et le programme d’aide aux joueurs de la LHJMQ ont pris en charge ce joueur et lui donnent actuellement tout le support nécessaire. »

Le Bureau du Commissaire réitère que la sécurité des joueurs doit primer dans la prise de décisions des individus en autorité au sein de la LHJMQ.

« Toutes les équipes doivent tirer une leçon de ce malheureux événement afin qu’il ne se reproduise pas à nouveau dans le futur », résume Gilles Courteau par le biais d’une déclaration officielle envoyée aux médias.

Notons que l’identité du joueur ne peut être dévoilée en raison de son âge.

Pas monnaie courante

Les différentes organisations ont reçu l’ordre de la Ligue de hockey junior majeur du Québec de ne pas commenter cet incident. L’entraîneur Louis Robitaille et les joueurs des Tigres ont aussi reçu la consigne de ne pas en parler.

Du côté du Phoenix de Sherbrooke, le directeur général et actionnaire Jocelyn Thibault indique simplement que le fait d’offrir de l’argent en récompense aux joueurs n’est pas une pratique courante.

« On ne donne pas de bonis aux joueurs et on ne veut pas que nos joueurs de moins de 18 ans se retrouvent dans les bars. Je ne prétends pas que ce n’est jamais arrivé dans l’histoire du Phoenix de retrouver un joueur de moins de 18 ans dans un bar, mais c’est à ses risques, parce que c’est contre les règlements de l’équipe », explique-t-il, tout en se limitant à dire que les règlements ont tous été expliqués lors d’une rencontre avec les joueurs, leurs parents et la famille de pension.