En livrant une bagarre face à Roddie Sandilands samedi dernier et Jordan Spadafore dimanche à ses deux premiers matchs dans la LHJMQ, Jacob Rabouin a montré à son entraîneur qu’il était prêt à tout pour se retrouver dans l’alignement.

Après sept matchs, surprises et déception pour le Phoenix

Il n’y a que sept matchs de disputés et Stéphane Julien passe déjà ses messages chez le Phœnix, mais se montre aussi patient envers certains. Après une semaine réservée à l’entraînement, le pilote sherbrookois espère que les joueurs visés aient bien saisi l’avertissement.

Quelques contre-performances ont poussé l’entraîneur du Phœnix à adapter sa dernière semaine de préparation et à prendre certaines décisions.

« On ne jouait pas de matchs cette semaine et on a probablement vécu notre plus belle semaine d’entraînement, indique-t-il. Je n’ai pas aimé notre structure de jeu dernièrement, alors on s’est concentrés sur le système et l’engagement des joueurs. On ne bloquait pas de rondelle, on avait oublié la base et je ne sentais pas mes joueurs déterminés dans toutes les phases du jeu. On a eu l’effort de tout le monde cette semaine. »

Quelques-uns ont effectivement déjà goûté à la médecine de Coach Julien. C’est entre autres le cas de Jaxon Bellamy, qui a été envoyé dans les gradins lors de la dernière partie contre l’Océanic de Rimouski. Même chose dans le cas Jacob Arsenault.

« Mon travail est de laisser de côté les joueurs qui ne jouent pas à leur niveau et dans le cas de Jaxon, je n’ai pas du tout aimé son match contre les Cataractes de Shawinigan. Il est capable de faire mieux. Il a un beau potentiel, mais il doit aller chercher plus de constance et ne pas tenter de trop en faire », souligne Julien.

Guay à la recherche de son 1er but

Un autre joueur dont les attentes sont élevées : Patrick Guay, qui n’a obtenu qu’une seule mention d’aide en sept matchs. Le choix de premier tour du Phœnix en 2018 ne collectionne pas les points. À sa défense, il a été ennuyé par une blessure au bas du corps, qui n’a toutefois pas semblé nuire à son jeu, puisqu’il a tout de même disputé les dernières parties.

« Sa blessure est maintenant guérie », assure l’entraîneur.

Celui qui a brûlé la Ligue midget AAA la saison dernière est à la recherche de son premier but même s’il a montré de beaux flashs, en touchant notamment le poteau à quelques reprises. Pendant ce temps, les prochains adversaires du Phœnix, les Saguenéens de Chicoutimi, ont déjà vu leurs choix de premier tour marquer (voir le face-à-face).

Bizarrement, il aura aussi fallu attendre quelques semaines l’an dernier avant d’assister au réveil offensif de Samuel Poulin, le premier choix de Sherbrooke en 2017.

« Patrick a connu un bon camp et une bonne première partie à Shawinigan. Après, ce fut parfois plus difficile. Il doit revenir à la base. J’aimerais pouvoir l’utiliser dans toutes les situations. Mais pour ça, il doit s’impliquer dans toutes les facettes du jeu et il le sait. »

Reconnu normalement pour sa fougue, Benjamin Tardif s’est quant à lui vu accorder un rôle secondaire lors de la dernière partie en évoluant sur le quatrième trio, qui a d’ailleurs été l’un des meilleurs dimanche. Une mesure punitive appliquée par l’entraîneur, qui n’aimait pas sa façon de jouer.

« Il retrouvera le top 9 vendredi », assure Stéphane Julien, qui a le luxe de pouvoir compter sur quelques joueurs en extra, comme Jérémy Rainville. Ce dernier se trouve toutefois davantage dans les gradins que sur la patinoire en ce début de saison.

« Il sait qu’il ne disputera pas tous les matchs et comme c’est le cas pour nos nouvelles recrues, on a parlé avec lui après le camp pour lui expliquer quel travail on souhaitait faire avec lui. Mais au total, je crois qu’il a été autant utilisé que Vincent Anctil par exemple », précise le pilote des Oiseaux.

Rabouin et Savenkov impressionnent

L’attente a été longue, mais elle en a valu la peine dans le cas des défenseurs Jacob Rabouin et de Dilan Savenkov, appelés en renfort lors des deux dernières rencontres.

Rabouin n’a pas perdu de temps pour se faire connaître auprès des amateurs. Lors de ses deux premières parties dans la LHJMQ, il a livré les deux premières bagarres de sa vie. Et il s’en est bien sorti.

« Il m’a impressionné par sa détermination, admet Julien. Disons qu’il a su se faire des amis rapidement au sein de l’équipe. Il m’a surpris, parce qu’il n’a pas la personnalité de ce type de joueur. On ne demande à personne de jeter les gants. Mais parfois, le moment est bien choisi. Pour ce qui est de Savenkov, j’ai vraiment aimé ses deux matchs. »

Autre belle nouvelle dans le clan sherbrookois : la tenue de Samuel Poulin, qui a déjà marqué à six occasions en huit parties pour un total de neuf points. Sachant que seulement cinq buts ont été comptés dans les trois derniers matchs, le Phœnix aura certainement besoin de son apport vendredi, à 19 h, au Palais des sports afin de prendre sa revanche sur les Saguenéens de Chicoutimi, qui ont blanchi les Sherbrookois 5 à 0 il y a plus d’une semaine.

En vitesse

Le Phœnix tiendra son traditionnel match en rose au profit de la Fondation du cancer du sein du Québec vendredi lors de la visite des Saguenéens de Chicoutimi. L’organisation réserve d’ailleurs un tout nouveau design de chandails roses. Cinq chandails seront mis à l’encan : ceux du gardien vétéran Brendan Cregan, du défenseur Alexandre Joncas, de l’Européen Oliver Okuliar, de l’attaquant sherbrookois Alex-Olivier Voyer et du 1er choix au repêchage 2018 Patrick Guay. Vingt chandails seront tirés au sort parmi tous ceux qui auront acheté des billets de tirage. Rappelons que tous les bénéfices de ces ventes seront reversés à la Fondation du cancer du sein du Québec.

***

Le but de Nathael Roy samedi contre les Cataractes de Shawinigan a fait le tour du pays. La séquence a d’ailleurs reçu le plus grand nombre de votes des amateurs canadiens, qui avaient à choisir le jeu de la semaine dans la Ligue canadienne de hockey.

***    

L’ancien gardien du Phœnix Evan Fitzpatrick a été rétrogradé dans la Ligue américaine de hockey par les Blues de Saint-Louis. Les Rampages de San Antonio ont ensuite envoyé le gardien dans la Ligue de la côte Est, chez les Oilers de Tulsa. Il a d’ailleurs disputé son premier match chez les professionnels jeudi soir.

***

Le portier Reilly Pickard, qui a quitté le camp du Phœnix cette saison quelques mois après avoir été impliqué dans la transaction d’Evan Fitzpatrick, porte maintenant les couleurs de l’Université de Dalhousie et connaît un excellent départ.