Le Vert & Or saura samedi si le quart Xavier Owens peut renouer avec l’action.

Apprendre de ses erreurs

Le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke aura tout un défi sur les bras, samedi, avec la visite des Carabins de l’Université de Montréal. Sherbrooke voudra inscrire un premier gain en 2018 et surtout, tirer un trait au plus vite sur le match face à Concordia de samedi dernier.

On se rappelle les faits; Sherbrooke menait 20-5 avant de s’écrouler, au quatrième quart. Les Stingers l’ont finalement emporté 22-20, en réussissant leur poussée victorieuse en 15 secondes, à la fin du match.

Une succession de mauvaises décisions, notamment celle de bien contrôler les secondes au cadran, aura été fatale.

Le jeune personnel d’entraîneurs de l’équipe apprend de ses erreurs, comme ce fut le cas face à McGill.

« Oui, c’est le genre de match que l’on doit apprendre de nos erreurs. Il y a certaines décisions que je n’aurais pas dû prendre et c’est lié à mon manque d’expérience. Je vis un processus d’apprentissage, ça ne sera pas parfait. Il y a eu une accumulation d’erreurs de communication de notre part. En même temps, tout le mérite revient aux Stingers, qui n’ont jamais abandonné », a indiqué le tout nouveau coordonnateur offensif de l’équipe, Rémi Giguère.

Ce dernier est en poste depuis août seulement, en remplacement de Jason Hogan, qui a quitté pour les Carabins, après seulement quelques mois à l’emploi du Vert & Or.

Giguère, on le rappelle, jouait pour les Carabins, il y a deux ans à peine.

« C’est une leçon pour tout le monde, pour les joueurs aussi; on ne peut jamais savourer la victoire tant que le match n’est pas complètement fini. En même temps, il est évident que notre clock management doit être bien meilleur. »

Bilan positif malgré tout

C’est Joé Hudon qui a amorcé ce match contre Concordia.

Dans les circonstances, il a bien fait, dit Giguère.

« Dans l’ensemble, j’ai aimé ce que j’ai vu. C’est un gars de 1re année qui aurait eu besoin d’un peu plus de temps avant d’être lancé dans la mêlée. Il y a une grosse différence entre le football collégial et universitaire. Je n’ai pas peur de dire qu’il a bien fait, malgré ses erreurs de recrues, prévisibles. On ne peut enseigner ça, il doit les vivre, alors il comprendra l’essence de notre message », a dit Giguère.

Face à son ancienne équipe

Giguère a préparé son offensive à affronter son ancienne équipe, et certains joueurs avec qui il a évolué, dont Jordan Perrin, François Hamel et Karl Prévost.

« J’ai été en mesure de préparer mon plan de match sans être distrait par le fait que je voyais mes anciens chums sur les films. J’ai traité l’unité défensive de Danny Maciocia comme n’importe quelle autre. Elle est très bonne, c’est difficile de trouver des tendances claires. »

Owens de retour?

Rémi Giguère confirme que le quart-arrière Xavier Owens est encore sous le coup du protocole de retour au jeu après une commotion cérébrale.

« La décision sera prise le jour du match, alors je ne sais pas encore. On attend son retour avec impatience. On doit donc adapter le système selon le quart qui sera présent. Joé et Alex se ressemblent davantage, ils sont bons dans la pochette, à distribuer le ballon. Conor (Sinclair) aime bien courir. »

Giguère s’est aussi dit très satisfait du jeu de sa ligne offensive jusqu’à présent. Guillaume Pelletier et Dominic Frappier sont présentement blessés, par contre.

« Jonathan Doyon et Justin Amessam, deux jeunes joueurs, ont pris la relève avec brio et ils ont très bien fait face à Concordia. Doyon et Anthony Vandal sont arrivés en janvier et ils jouent du gros football pour nous. Quant à Justin, ses performances ne nous étonnent pas, on savait qu’il était bon. Il apprend vite. »