Chaque paysage urbain devient un terrain de jeu pour le planchiste sherbrookois Antonin Chamberland.

Antonin Chamberland : le roi de la planche urbaine (vidéo)

Rien n'arrête le planchiste sherbrookois Antonin Chamberland. Pas même une rampe d'escalier d'une cinquantaine de pieds située dans une côte à forte dénivellation. Ni même un mur de dix mètres à descendre d'un seul bond.
Les acrobaties effectuées dans son univers urbain ou naturel lui ont déjà valu l'appui d'une tonne de commanditaires. Des marques bien connues dans le monde de la planche à neige.
Les compagnies telles que DC Snowboard ont en effet choisi de miser sur lui afin de promouvoir leurs produits.
C'est donc en multipliant les vidéos de ses exploits ou les présences dans les grandes compétitions que le planchiste réussit à faire parler de lui.
Grâce à son audace qui frise parfois la témérité, Antonin Chamberland a empoché de nombreux prix. Autant pour ses images tournées par caméra que pour ses prestations sur les pistes des grands monts.
De North Hatley jusqu'au Japon
Tout a commencé alors qu'il avait 11 ans. Sur les pentes de Montjoye près de North Hatley, Antonin apprenait les rudiments de son sport.
Plus il s'améliorait, plus le degré de difficulté de ses sauts augmentait. Tout comme la longueur des rampes sur lesquelles il glisse avec une fluidité étonnante.
«Le parc de snowboard de Montjoye constituait déjà tout un défi dans le temps. Je me suis inscrit à plusieurs compétitions quand j'étais jeune et j'ai compris que j'étais doté d'un certain talent lorsque j'accumulais les premières positions. Ce n'est qu'à l'âge de 21 ans que je me suis vraiment rendu compte que je pouvais aller loin grâce à la planche à neige.»
Tellement loin qu'il a même été attiré sur les pistes de la France, de la Turquie, de Whistler et du Japon lors des dernières années.
«Au fil du temps, je suis devenu un outil de marketing pour mes commanditaires. J'obtiens des contrats nationaux et internationaux et chaque année, ils se renouvellent et deviennent de plus en plus importants. Plus mes vidéos sont impressionnantes et plus mes résultats sont bons durant les compétitions, plus les contrats prendront de l'ampleur», précise celui qui retourne bientôt en Asie.
Sur une pente ascendante
La bonne nouvelle pour lui, c'est qu'il obtient beaucoup de succès ces temps-ci : en plus de remporter le rendez-vous Shakedown au mont Saint-Sauveur récemment, il a également obtenu le deuxième rang pour l'une de ses vidéos dans le cadre d'un important concours.
Maintenant âgé de 25 ans, Antonin Chamberland travaille à temps plein l'été à titre de pompier pour la Ville de Montréal. Dès les premières neiges, il se consacre à sa passion hivernale.
«Je ne pourrai pas pratiquer ce sport de façon aussi intense encore bien longtemps. Une fois arrivés dans la trentaine, les planchistes prennent ça plus tranquille normalement. Je sens que je suis encore en progression et j'ai bien l'intention de poursuivre les compétitions et la production vidéo. Plus tard, je donnerai peut-être encore des conférences, comme prochainement à l'Université Bishop's. Aujourd'hui, j'adore beaucoup ce que je fais. Je ne peux pas demander mieux.»
L'ancien élève de l'école secondaire du Triolet tient d'ailleurs à remercier son tout premier commanditaire, la boutique Illusion.
«Sans elle, je ne serais peut-être pas rendu là où je suis!» note celui qui revient régulièrement à Sherbrooke afin de tourner des images qui feront probablement encore le tour du monde.