Anne Marcotte a peaufiné sa préparation, au cours des derniers jours, en vue des qualifications canadiennes pour les Jeux olympiques de 2020, en compagnie de son entraîneur Jean Gauthier.

Anne Marcotte en route vers les Jeux olympiques

La boxeuse sherbrookoise Anne Marcotte participera aux qualifications canadiennes de boxe, dès lundi prochain à Montréal, en vue de se tailler une place pour les Jeux olympiques de Tokyo en 2020. Une première pour une athlète du Club de boxe de Sherbrooke (CBS).

Pour espérer réaliser son rêve, Marcotte doit changer de catégorie de poids ; celle qui boxe chez les 106 livres habituellement évoluera chez les 112 livres, à Montréal.

Au total, une dizaine de boxeuses se disputeront la chance de passer à la prochaine étape de qualification en vue de la participation aux Jeux olympiques.

Et parmi elles, Mandy Bujold qui a remporté l’or à deux reprises aux Jeux panaméricains (2011 et 2015).

Anne Marcotte aborde cette compétition avec confiance, elle qui est double championne canadienne.

Elle a fait la transition vers les 112 livres pour la dernière compétition des Gants dorés, avec succès, puisqu’elle a remporté la compétition.

« Je suis fébrile à l’idée de participer à cette compétition. J’ai un certain déjà vu, puisqu’il s’agit en gros d’une compétition canadienne, mais c’est le contexte et l’objectif qui sont différents. Je connais la plupart des filles qui seront à la compétition », a lancé Anne Marcotte.

Changer de catégorie de poids suppose-t-il une modification de la stratégie, de la tactique, afin d’affronter des filles un peu plus lourdes ?

« Je ne change rien, je dois me servir de mes atouts, de mes forces. En préparation, j’ai travaillé sur ce que je fais de bien. »

La compétition se déroulera à l’hôtel Westin de Montréal ; le tirage au sort s’effectuera dans la journée et le bruit de la cloche se fera entendre dès le mardi.

« Le “challenge” est vraiment l’fun. C’est clair que je ne serai pas perçue comme l’une des favorites parce que j’arrive de la catégorie des 106 livres. Les attentes et la pression ne seront pas sur moi. En tout cas, ce ne sera pas la même que pourra avoir Mandy Bujold, par exemple », a analysé Anne Marcotte, âgée de 29 ans.

Bujold et Marcotte ont déjà mis les gants ensemble il y a quelques semaines, mais ne se sont jamais affrontées lors d’un combat.

C’est l’entraîneur Jean Gauthier qui a mis la touche finale à la préparation de sa protégée ; la semaine prochaine, c’est Stéphane Monast qui sera aux côtés de Marcotte à Montréal.

« Anne doit gagner la compétition afin de poursuivre le processus de sélection olympique. Ainsi, elle deviendrait la représentante du Canada pour les tournois de qualification olympique. C’est un long processus de sélection, car les places sont limitées », a dit Jean Gauthier.

« Le tirage au sort pèse lourd dans la balance. On connaît certaines boxeuses présentes. Anne peut s’imposer si elle boxe comme elle en est capable. Elle est rapide et très forte techniquement. On n’a rien changé, à l’entraînement, elle doit rester avec ses forces, avec ce qui l’a amené là. Son style est déjà bien ancré. »

Anne Marcotte est la première athlète du CBS à suivre ce chemin olympique.

« Et en plus, c’est dans la catégorie senior, la plus haute catégorie. Et ce qui est significatif, c’est qu’elle est double championne canadienne en titre chez les 106 livres et que là, elle boxera chez les 112 livres. Elle a l’expérience nécessaire pour composer avec la situation », a précisé Jean Gauthier.

Pour la première fois dans l’histoire, il y aura cinq catégories de poids en boxe féminine aux Olympiques de Tokyo en 2020.

Le Canada ne pourra envoyer qu’une athlète, par catégorie de poids.

Quatre compétitions internationales se dérouleront début 2020, à titre de première étape de qualification ; la compétition pour les Amériques se déroulera à Buenos Aires, en Argentine, fin mars.

Une chance ultime de qualification se déroulera en France, en mai, dans le cadre d’un tournoi mondial de qualification.